C'était la blague du jour à Angers. Elle était facile. Comparer d’ores et déjà le bilan désastreux de Raymond Domenech (7 matches, 0 victoire) à celui de son remplaçant, Antoine Kombouaré (1 match, 1 victoire). Facile mais libératrice pour des Canaris qui n’en finissaient plus de s’habituer à la défaite et voyaient la Ligue 2 se rapprocher inexorablement. Ce dimanche, après la victoire à Angers (1-3), Nantes est toujours 18e mais dispose de quatre points d’avance sur Nîmes, premier relégable.
Ce n’est pas encore Byzance mais c’est déjà quelque chose. Après coup, Kombouaré ne disait pas autre chose : "Les résultats appartiennent aux joueurs, a-t-il glissé au micro de Canal +. C’est vrai que quand ça ne marche pas, ce sont les entraîneurs qui sont virés mais bon. Je suis super content de leur réaction, de la révolte qu’ils ont eu. Ça faisait quoi ? 16 matches sans en gagner un ? C’est une énorme récompense du travail qu’ils ont fait aujourd’hui donc je suis très heureux mais ce n’est qu’un match".
Ligue 1
Lille comme Lyon : Le LOSC lâche aussi des points
14/02/2021 À 17:55
"C'est une belle surprise, a-t-il détaillé en conférence de presse. Avant d'aborder ce match, j'ai pensé à des choses, travaillé en ce sens et ça s'est déroulé pratiquement comme je le pensais. On a fait un début de match exceptionnel, ce dont j'avais rêvé. C'est devenu compliqué quand Angers a marqué, mais on a réussi à se remettre dedans, et plier le match à la fin". Ce caractère, c’est évidemment ce qui faisait défaut ces dernières semaines.
"Ce qui a changé avec Kombouaré ? Déjà, c’est quelqu’un de nouveau, expliquait ainsi Kader Bamba après coup. Il y a de l’énergie, de la solidarité entre nous, on fait les efforts les uns pour les autres. C’est ce qui nous manquait". "Il nous fallait un petit coup de fouet pour se réveiller, a complété Alban Lafond. L'arrivée du coach amène de nouvelles choses, un nouveau cadre, une nouvelle façon de travailler (...). Il nous transmet de l'énergie, c'est ce qui nous faut, on a besoin de ça dans notre position. C'est un coach qui communique beaucoup, que ce soit dans le vestiaire ou sur le terrain".

Les joueurs du FC Nantes

Crédit: Getty Images

L’OM dès le week-end prochain

Voilà donc une énorme bouffée d’air frais pour le groupe nantais, qui semblait périclité à mesure que les mauvais résultats s’accumulaient. Cette victoire, c’est avant tout la fin d’une série ahurissante du club, la pire série de l'histoire des Canaris. Le cercle vicieux est désormais fini. Suffisant pour un nouveau départ ?
"Après 16 matches sans victoire, ça fait du bien, a confirmé le portier nantais. Mais il ne faut pas que ce soit une victoire isolée. Il faut bosser car un gros match nous attend samedi (contre Marseille). Le plus dur reste à venir". Son entraîneur était sur la même ligne : soulagé pour ses hommes mais pas forcément rassuré pour la suite. "Ce n'est pas parce qu'on a gagné que j'ai eu raison, a nuancé Kombouaré. Mais ça permet aux joueurs de retrouver de la sérénité, de la confiance. Les jours qui arrivent seront tout aussi compliqués, à commencer par le match de samedi prochain contre Marseille".
Au moins, c’est une semaine calme qui s’annonce à la Jonelière. Au vu des dernières vécues, ce n’est pas rien. "Je suis content de leur prestation dans une période compliquée pour eux, a conclu Kombouaré. La révolte, ce n'est pas parce que je suis arrivé, c'est parce qu'ils ont pris conscience de la situation. Je ne sais pas si cette victoire va nous donner de la confiance, mais elle va nous donner un peu de répit". Un luxe dans le contexte actuel.

Limogeage surréaliste de Domenech, Kombouaré choix par défaut : Comment Kita noie Nantes

Ligue 1
WBY, Lopes qui coûte cher et maillot "galaxie" : Les tops et flops de la 25e journée
14/02/2021 À 22:36
Ligue 1
Déjà dépassé il y a dix ans, Domenech est-il la pire idée de l'ère Kita ?
24/12/2020 À 14:55