C'était un soir de mai 2013... Le PSG, déjà sacré champion, recevait des Brestois déjà relégués en Ligue 2. A 18 ans, Brendan Chardonnet, né tout près de Brest et formé au club, évoluait alors dans l'équipe réserve.
Déjà ravi d'être inclu dans le groupe, il ne s'attendait pas à entrer jouer des coudes avec Zlatan Ibrahimovic pour la dernière demi-heure. "C'est un souvenir exceptionnel, surtout l'ambiance. Moi je jouais avec la réserve devant 100, 150 personnes, et là je me retrouve devant 45.000 personnes. Ça marque", raconte-t-il à l'AFP.
Ce jour-là, les caméras étaient cependant braquées sur David Beckham, qui disputait son dernier match: "Quand il est sorti, tout le monde s'est arrêté de jouer, tout le monde l'a applaudi, spectateurs, adversaires. C'était une icône du foot". Le retour en CFA2 dès le lendemain a été assez brutal, de même que les longues saisons sur le banc de Brest, en joker occasionnel en Ligue 2. Finalement, après un prêt d'une saison à Epinal (National) en 2015-2016, il a commencé à gagner du temps de jeu.
Ligue 1
Neymar forfait contre Brest, Icardi de retour
08/01/2021 À 13:40

"Prise de conscience"

"A chaque fois que je jouais j'étais toujours plutôt performant et il y avait des commentaires plutôt positifs. C'était agréable à entendre. Mais je n'enchaînais jamais, et au bout d'un moment c'est devenu vraiment pesant", raconte-t-il. Surtout quand Brest est remonté en Ligue 1 la saison dernière. Quand l'équipe se déplace dans les grands stades du pays, rester sur le banc est encore plus pesant. Au point qu'il a sérieusement envisagé de partir l'hiver dernier.
Finalement, sa chance arrive en février : une ouverture le temps de la suspension d'un concurrent, et le voilà qui enchaîne... jusqu'au confinement. Et depuis la reprise, malgré une claque 4-0 et un carton rouge d'entrée contre Nîmes, il monte en puissance. Fin décembre, il a inscrit son premier but en Ligue 1 contre Montpellier (2-2), quelques jours après avoir raté un penalty à Lyon (2-2). "J'espère qu'il y en aura d'autres" dit-il.

Brendan Chardonnet (Brest)

Crédit: Getty Images

Mercredi face à Nice (2-0), il a été l'un des meilleurs Brestois, impérial dans les duels, à terre comme dans les airs, tout en sérénité. "Il y a eu une prise de conscience chez Brendan. Il s'est rendu compte que le haut niveau exigeait plus de travail", a commenté son entraîneur Olivier Dall'Oglio. "Il a appris à se connaître, avec ses qualités et ses défauts. (..) Il est allé puiser dans ses ressources mentales et, pour le coup, il a progressé."

"Un peu foufous"

Dans un rapport de l'Observatoire du football du Centre international des études sportives (CIES), il est d'ailleurs classé 6e meilleur joueur d'Europe dans les duels, seul joueur de Ligue 1 dans le Top 10 de cet indicateur. Il a encore une marge de progression dans la relance, et parfois encore dans la concentration. "Un micro-oubli et les attaquants en profitent", reconnaît Chardonnet. A plus forte raison les flèches du PSG... D'autant que la défense brestoise n'a pas brillé par sa discipline cette saison: 31 buts encaissés cette saison, contre 30 marqués, soit une moyenne totale de 3,4 buts par match. Spectacle garanti !
"On aimerait bien être un peu moins spectaculaires défensivement. Mais il y a eu une évolution. On était un peu foufous, tous à l'abordage (...). On s'est dit qu'on allait être un bloc, arrêter de presser partout sur le terrain", explique-t-il. De bonnes résolutions à tenir face au PSG ? "On sait que Paris c'est plus compliqué", reconnaît Chardonnet. "Mais dans la tête, ça fait plus vibrer."
Ligue des champions
Messi probablement de retour, Navas confirmé : La compo attendue du PSG contre City
IL Y A UNE HEURE
Ligue des champions
"Ibra adorait mes asados" : Et maintenant, le restaurateur préféré des joueurs du PSG attend Messi
IL Y A 2 HEURES