Il rêve de jouer dans les plus grands clubs mais compte marquer son passage à Marseille de son empreinte. C'est bien parti. L'avenir d'Arkadiusz Milik se dessinera peut-être loin de la Canebière. Mais pour ce qui est du présent, les Marseillais peuvent se réjouir de ce qu'il se passe avec lui. La recrue hivernale de l'OM a montré tout ce qu'il pouvait apporter la semaine passée lors de la victoire contre Brest (3-1). Ce n'était qu'une demi-occasion. Mais il se l'est créée. Sa frappe n'était pas un modèle du genre. Mais il a marqué. Et donné au club phocéen tout ce qu'il attend de son nouvel attaquant.
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre vos événements préférés en LIVE et sans PUB.
Milik, c'est clinique. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait parler son instinct de buteur. Il avait déjà trouvé les filets pour sa première titularisation à Lens (2-2). Il avait récidivé sur penalty pour offrir un point à l'OM dans le choc face à Lyon (1-1). Il avait été l'un des rares Marseillais à surnager dans le naufrage à Canet-en-Roussillon (2-1) avec un but à la clé. En sept apparitions sous le maillot marseillais, dont six titularisations, Milik affiche déjà quatre buts au compteur. Un ratio encourageant qui illustre l'adaptation à vitesse grand V du Polonais.
Ligue 1
Cuisance sans langue de bois sur son avenir : "Mon souhait est de rester à l'OM"
18/03/2021 À 15:30

Heureusement qu'il y a Milik... : la jolie égalisation de l'OM en vidéo

Mieux que Drogba, Niang ou Gignac

Ce n'est pas si fréquent. Depuis une petite vingtaine d'années, les recrues marseillaises en attaque connaissant régulièrement un retard légitime à l'allumage. Didier Drogba n'avait marqué que deux buts sur ses sept premiers matches à l'OM, comme Mamadou Niang. André-Pierre Gignac n'en avait inscrit qu'un seul. Cela n'avait pas empêché ces trois joueurs de briller par la suite et répondre pleinement, voire plus, aux attentes placées en eux par Marseille.
Sur les deux dernières décennies, seulement quatre joueurs s'étaient montrés plus prolifiques que Milik en inscrivant cinq buts lors de leurs sept premiers matches. Dont Valère Germain, qui les avait tous marqués dans les phases de qualifications de la Ligue Europa. Et Djibril Cissé, avec notamment un triplé salvateur face aux amateurs de Cambrai en Coupe de France. Mario Balotelli et Bafétimbi Gomis complètent le quatuor, tandis que Dario Benedetto avait fait aussi bien que Milik avec quatre buts sur ses sept premiers matches à l'OM.

Un contexte loin d'être idéal

C'est remarquable que la recrue marseillaise soit partie sur d'aussi bonnes bases. Car il est loin d'avoir bénéficié du meilleur contexte pour cela. En conflit avec Naples, l'attaquant polonais n'avait pas joué la moindre minute avec le club italien durant la première moitié de la saison. Il est arrivé sur la Canebière sans avoir le rythme de la compétition. Et dans un club en crise. En l'espace de deux mois, Milik a ainsi connu pas moins de trois entraîneurs différents avec André Villas-Boas, Nasser Larguet, qui avait assuré l'intérim sur le banc olympien après la mise à pied du Portugais, et Jorge Sampaoli.

Sampaoli, un grand nom dans le viseur à faire rêver les supporters de l'OM

A cela, il faut ajouter cette blessure à la cuisse qui l'a laissé sur le flanc une bonne partie du mois de février. Quatre matches manqués qui auraient pu contrarier l'adaptation de l'ancien Napolitain. Il n'en a rien été. Milik a retrouvé les filets dès son retour à la compétition face à Lyon, même si c'était sur penalty. Une preuve supplémentaire de sa capacité à être performant malgré les éléments contraires. C'est peu de dire qu'il y en a eu cette saison pour lui. Comme pour le club phocéen qui peut se réjouir de l'impact immédiat de son nouvel avant-centre dans ces conditions.

Bien plus qu'un buteur

Milik apporte surtout des qualités qui font un bien fou à l'attaque marseillaise. Pas seulement ce côté "tueur" devant le but qui fait si régulièrement et cruellement défaut à Benedetto. Son rayonnement sur le collectif olympien va au-delà de ses talents de finisseur. "Il est capable de prendre la profondeur comme de jouer dos au but, en calant les ballons, décrivait Larguet durant son court mandat sur le banc olympien. Il peut jouer avec un autre attaquant ou un numéro 10, cela donne beaucoup de solutions."
Son profil convient aussi très bien aux autres éléments offensifs marseillais. En particulier Dimitri Payet et Florian Thauvin. Les trois hommes ont affiché une relation technique prometteuse, surtout depuis l'arrivée de Jorge Sampaoli sur le banc olympien, qui autorise de plus grandes ambitions dans le jeu aux Marseillais. "Quand vous jouez avec des attaquants d’une telle classe, ça vous facilite la vie, s'est réjoui Thauvin la semaine passée en conférence de presse. C’est un très grand attaquant, il n’en est qu’au début et quand il va trouver son rythme, ça va être encore plus beau." Milik a donné des raisons à l'OM d'attendre la suite avec enthousiasme. Dans une saison longtemps déprimante pour les Marseillais, c'est déjà une performance.

Longoria, les paliers d’une folle ascension

Ligue 1
Lees-Melou quitte Nice pour Norwich
13/07/2021 À 10:08
Ligue 1
Longoria : "Ben Arfa ? C'est lui qui a appelé Sampaoli…"
07/07/2021 À 14:33