Yacine Adli, milieu d'une équipe de Bordeaux (16e) engagée dans une course au maintien incertaine, a réfuté jeudi l'idée de tensions qui pollueraient le vestiaire girondin, affirmant qu'"il n'y a pas de clans, on n'est pas dans Koh-Lanta!". Qualifié de "médiateur du vestiaire" par son entraîneur Jean-Louis Gasset, Adli, malgré ses 21 ans, n'est pas du genre à se défausser ou à faire dans la langue de bois quand il se présente devant la presse.
"On a vu tout ce qui s'est dit sur le groupe mais ça n'a pas non plus été l'anarchie, explique-t-il. On croirait que c'était Bagdad notre vestiaire. Faut arrêter de croire tout ce qui se dit et que dans le vestiaire, c'était la guerre", a-t-il souligné. "C'est vrai que certains n'ont pas de rapports joviaux, dans le sens qu'ils n'iront pas en vacances ensemble, mais il y a toujours eu du respect entre les joueurs, jamais de débordement", a insisté le joueur.
Ligue 1
60 buts encaissés à eux deux : Bordeaux - OL, les passoires à la barre
05/12/2021 À 00:56
S'il reconnait un épisode tendu, "mais sans animosité", entre son capitaine Laurent Koscielny et Hatem Ben Arfa après le match contre Marseille (0-0), Adli a regretté certaines déclarations dans les médias qui ont, selon lui, créé "un contexte négatif".

Prendre "entre 3 et 6 pts" jusqu'à la fin

"On s'est demandé s'il n'y avait pas quelqu'un qui voulait descendre ce vestiaire, a-t-il estimé. Mais avec du recul, on se dit 'qu'est-ce qui s'est passé de grave ?' Rien. Mais on a créé ce contexte en faisant croire qu'il y a des clans. Mais il n'y a pas de clans, on n'est pas dans Koh-Lanta!"
"Ce contexte nous a amené à nous égarer, à nous éloigner du sportif et cela crée des tensions en interne qui n'ont pas lieu d'être", a-t-il martelé. Avant que son équipe ne s'envole pour un stage de trois jours en Bretagne, "qui doit nous permettre de souder encore plus notre effectif" avant son match à Lorient dimanche, l'ancien Parisien a affirmé que "le seul objectif à Lorient, c'est la victoire. C'est la priorité pour rendre fier nos supporters, les gens qui travaillent et qui mettent tout en oeuvre pour faire vivre ce club".

Jean-Louis Gasset avec Alain Roche, le directeur sportif des Girondins de Bordeaux.

Crédit: Getty Images

"On a cinq matches encore à jouer et il faut prendre entre trois et six points. Si on n'est pas capable, c'est qu'il y a un problème et qu'on n'est pas fait pour cette Ligue là", a-t-il conclu.
Ligue 1
Niang dénonce l'attitude des Girondins : "On commence à être arrogants, presque hautains"
21/11/2021 À 17:38
Ligue 1
Le réveil tonitruant des Verts, Monaco somnole encore
07/11/2021 À 15:55