Pour un baptême du feu, Raymond Domenech sera servi mercredi. La 18e journée de Ligue 1 lui a réservé un derby face à Rennes, 4e au classement et qui reste sur quatre victoires consécutives en championnat, pour sa grande première sur le banc nantais. Un défi d’autant plus délicat à relever pour lui que ses nouveaux joueurs n’ont, eux, pas gagné un seul de leurs 8 derniers matches dans l’élite. La dynamique n’incite pas vraiment à l’optimisme, mais à deux jours de la rencontre, l’ancien sélectionneur des Bleus a préféré voir le verre à moitié plein.
C’est avec l’énergie qui caractérise souvent les débuts d’une nouvelle aventure que Domenech s’est présenté devant la presse lundi. "Pour le moment, je peux dire ce que je veux, c'est un groupe sain qui fait des efforts. J'ai regardé tous les autres matches, au niveau des courses et de l'investissement, les joueurs sont présents. À part Marseille (défaite 1-3 le 28 novembre, NDLR) où les chiffres étaient nettement en dessous. Tout le reste était au niveau des autres équipes. C'est un groupe qui a les moyens, qui peut produire quelque chose de bien, qui a cette capacité à jouer. Sur ce que j'ai vu, il y a peut-être un souci à jouer tous ensemble et à faire la même chose. C'est sur quoi je travaille déjà depuis quelques jours", a-t-il souligné.
Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14
Je ne suis pas là pour faire un petit bout, je peux construire aussi
Titulaire d’un contrat de six mois pour accomplir ce qui ressemble fort à une mission commando pour assurer le maintien des Canaris dans l’élite, Domenech a pourtant insisté sur le jeu. Dans la droite lignée de sa première apparition médiatique dans ses nouveaux habits où la notion de "plaisir" avait été au centre de son discours. "On a l'image du FC Nantes qui était une culture de jeu et de la formation. Ça lui permettait quand même d'avoir des résultats de haut niveau. L'ADN de ce club est là, il est toujours là. Il faut le retrouver. On n'efface pas vingt ans d'identité d'un club comme ça. Il faut le faire refleurir un peu. C'est là-dedans qu'on va avancer."

Déjà dépassé il y a dix ans, Domenech est-il la pire idée de l'ère Kita ?

Un discours bien éloigné de celui qu’aurait pu prononcer un intérimaire conscient que ses jours étaient comptés et qu’il devrait tirer le maximum de son équipe en un temps très limité. De là à se voir comme un héritier des légendes du club Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix, il n’y a qu’un pas que l’intéressé a, en partie, franchi. "Je ne suis pas là pour faire un petit bout. Je peux construire aussi, aider ce club à continuer sa vie. Je ne suis qu'un maillon d'une chaîne d'entraîneurs et de joueurs qui se succèdent. J'aimerais qu'on retrouve l'essence, l'identité du club. Il faut se l'approprier pour le faire progresser", a-t-il encore affirmé.
Loin d’un simple pompier de service, Domenech sera-t-il l’architecte du renouveau et du retour du fameux "jeu à la nantaise" ? L’objectif semble bien ambitieux, même s’il a le mérite d’exister. Avant de se heurter (ou pas) au mur de la réalité mercredi, quitte à revoir bien vite sa copie ? Souvent attaqué pour son manque de vision et de style lorsqu’il était sélectionneur, Domenech a en tout cas visiblement choisi de changer de ton.
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36
Ligue 1
Boateng à l'OL, vraiment un coup de maître ?
01/09/2021 À 23:01