La façon dont Lille a arraché la victoire à Metz vendredi soir (0-2), avec les dents plutôt qu'avec talent, donnait à ce succès des airs de tournant. Mais puisqu'il est écrit que rien ne se scellera trop tôt, que tout se jouera à quatre, les réactions tour-à-tour du PSG, de Monaco puis de Lyon, meilleur quatrième de l'histoire de la L1 à ce stade de la compétition, ont rappelé que cette course au titre allait encore nous tenir en haleine quelques week-ends. Le PSG, l'ASM et l'OL n'ont absolument rien lâché et si le statu quo fait plutôt les affaires des hommes de Christophe Galtier, les victoires de ses trois concurrents ont agi comme une piqûre de rappel : aucun faux-pas ne sera toléré.
Il a fallu du caractère à Lyon, relégué à huit points de la tête à 21 heures et miné par des nuls à répétition, pour rester dans la course alors même qu'un nul face à de solides Angevins aurait largement hypothéqué ses chances de titre. Il a fallu de l'imagination à Niko Kovac pour engloutir Dijon après une première période inquiétante (3-0). Il a enfin fallu du cran à Mauricio Pochettino pour parfaitement gérer son effectif entre les deux matches les plus importants de sa saison et démolir Strasbourg (1-4), habituel poil à gratter du PSG.
Ligue 1
"Emblématique", "le meilleur", "Bioman" : Le football français rend hommage à Revault
IL Y A 2 HEURES

Moise Kean et Kylian Mbappé (PSG)

Crédit: Getty Images

Quatre équipes sur un fil

Autant dire que le suspense n'a jamais été aussi intense. Comme si chacun des quatre protagonistes finissait l'année sur un fil en attendant le moindre-faux pas de ses adversaires directs. Ce week-end, seul Paris a vraiment convaincu, les autres ont simplement vaincu en suant parfois à grosses gouttes. C'est toute la beauté et la cruauté de cette course au titre qui se joue depuis 32 journées : elle peut désormais basculer à tout moment. Un déplacement à Nantes ou Metz, une réception de Lens ou Lorient.
Les trois jours qui viennent de s'écouler ont démontré que, face au rythme du quatuor, chaque point laissé en route sera désormais traîné comme un boulet. Aucun des quatre candidats n'aura droit à autre chose que la victoire la semaine prochaine. Si Lille affronte une solide formation montpelliéraine, les trois poursuivants affronteront autant d'équipes en mauvaise posture (Saint-Etienne, Nantes, Bordeaux). Les Nordistes, avec trois points d'avance, gardent la main mais Mike Maignan ne sera pas toujours aussi fantastique que vendredi dernier.

Mike Maignan, sauveur de Lille

Crédit: Getty Images

Lille, Lyon et Monaco parlent C1, le PSG impressionne

A l'issue de leur succès, Lille, Lyon et Monaco ont davantage ciblé la Ligue des champions que le titre. La victoire du PSG au Bayern, si elle n'a rien changé en Ligue 1, a établi une référence absolue et refroidi quelques ardeurs. "Quand on voit ce que Paris a fait contre le Bayern, s'ils sont à ce niveau-là jusqu'à la fin de la saison, ça sera très compliqué. Notre objectif c'est déjà de retrouver la Ligue des champions", déclarait Christophe Galtier vendredi. La victoire à Strasbourg n'a pas fait baisser la cote des Parisiens mais, alors qu'il ne reste que six journées, ils accusent toujours trois points de retard.
Plus on s'en rapproche, plus les deux chocs de la fin de saison s'annoncent comme des tournants majeurs. Puisque personne n'a perdu de points ce week-end, il faudra bien que l'un des quatre laissent des plumes lors de Lyon – Lille (34e journée) et Monaco – Lyon (35e journée). Seul exempté de ces duels, Paris peut en profiter.

Wissam Ben Yedder (AS Monaco) célèbre son but en Ligue 1 face à Dijon le 11 avril 2021

Crédit: Getty Images

Les hommes forts au rendez-vous

A l'approche du sprint final, le week-end a enfin souligné que chacun des quatre prétendants peut compter sur ses hommes forts : Mike Maignan et Burak Yilmaz pour Lille, Kylian Mbappé pour Paris, Wissam Ben Yedder à Monaco, Lucas Paqueta et Memphis Depay à Lyon. Le sprint final révèle les grands hommes. Qui restera debout au soir de la 38e journée ? Ce 32e opus ne nous en a pas dit plus. Mais il a dressé le décor d'une fantastique lutte finale.
Ligue 1
Transfert espéré, prolongation repoussée…: Thauvin et l'OM, jamais sur la même longueur d'onde
IL Y A 4 HEURES
Ligue 1
"Le PSG ou Lille pour le titre ? Je préfère Paris" : Kakuta lance le derby, Yilmaz lui répond
IL Y A 15 HEURES