Il a rompu le silence. L'arrêt de la chaîne Telefoot et la rupture de contrat entre la Ligue de football professionnel (LFP) et Mediapro ont soulevé une vague d'indignations vendredi. Didier Quillot, qui avait en partie orchestré l'arrivée du diffuseur en tant que directeur général de la LFP, a enfin pris la parole. Resté en retrait depuis le début de l'affaire pour ne pas "gêner les négociations" à l'en croire, il a accordé un entretien à nos confrères de L'Equipe au cours duquel il s'engage à rembourser à la Ligue le bonus qu'il avait reçu sur l'appel d'offres.
La polémique avait ainsi commencé à enfler vendredi quand la somme perçue par Quillot dans l'opération a été révélée : 500 000 euros en tout en deux versements de 250 000 euros dont le dernier lors de son départ de la LFP en septembre dernier. "Me concernant, ce contrat n'allant pas à son terme, je considère normal de prendre ma part de solidarité avec le football français et je restituerai donc à la LFP le bonus que j'ai reçu à cette occasion", a-t-il dévoilé pour désamorcer ce qui apparaissait aux yeux de la majorité des observateurs comme un scandale.

Il n'y a pas que Mediapro : 2020, l'année pourrie du foot français

Ligue 1
Vu d'Espagne, Liverpool est un concurrent sérieux pour Mbappé
IL Y A UNE HEURE
Mediapro et ses actionnaires connaissaient parfaitement l'équation économique du projet français
Mais l'ancien directeur général exécutif en a aussi profité pour se défendre face aux critiques de sa gestion du dossier, notamment sur l'absence de garanties fournies par Mediapro lors de la signature du contrat. "En 2018, Mediapro était le diffuseur historique de la Liga depuis vingt-cinq ans et à l'international. Mediapro et ses actionnaires connaissaient parfaitement l'équation économique du projet français, puisque le fonds chinois Orient Hontai Capital a racheté Mediapro en juin 2018, soit un mois après l'appel d'offres. Les résultats et donc les engagements de Mediapro étaient publics et connus de tous. Et nous avions obtenu, par ailleurs, une caution solidaire de l'actionnaire de référence. Cela rend encore plus incompréhensible leur attitude aujourd'hui."
Si le geste est appréciable, il ne change rien au fond du problème. Cette rupture de contrat plonge le football français dans un marasme économique inquiétant. Si Mediapro s'est engagé à verser 100 millions d'euros à la Ligue en dédommagements, l'accord avec un nouveau diffuseur est attendu avec fébrilité par les clubs de Ligue 1 et Ligue 2.
Ligue 1
"Il faut trouver la meilleure solution" : Quand la trêve internationale inquiète Pochettino
HIER À 20:09
Ligue 1
Au-delà du bashing, Genesio est-il un bon coach ? "C’est un plat du pied sécurité"
HIER À 18:20