Les jours passent, les semaines s'égrènent et, à mesure que le temps avance, ce qui semblait être un improbable accident tend à devenir un scénario crédible. À l'aube de la 27e journée de Ligue 1, soit aux deux tiers du championnat, le Paris Saint-Germain est en position de perdre un titre que sa supériorité économique devait pourtant bétonner. Alors que le club de la capitale fêtera dans quelques mois sa première décennie sous pavillon qatarien, le voici embourbé dans une situation sportive qu'il n'avait presque jamais connue depuis son changement de dimension.
Troisième à quatre points de Lille et un de Lyon et désormais sous la menace directe de Monaco, le PSG s'est retrouvé dans une lutte à quatre à une échéance où il avait pourtant pris l'habitude d'envisager la suite dans un fauteuil. La saison dernière, à la même époque, Paris était leader avec 13 points d'avance. La précédente ? 20 points d'avance. Même à l'an I de QSI, il était en tête avec une unité de marge sur Montpellier, finalement sacré à l'issue de cet exercice.

Mbappé, 5 ans de buts

Ligue 1
Bonne nouvelle pour le PSG : Neymar et Bernat de retour à l'entraînement
25/02/2021 À 14:21

Des similitudes avec le dernier accident

À ce stade, le champion de France en titre n'avait vécu que deux accidents de parcours. C'était en 2014/2015, où il avait fait la différence dans le sprint final. Puis deux ans plus tard, où Monaco était allé au bout de son exploit. Et pour l'heure, l'exercice en cours présente quelques points communs avec le deuxième scénario. Cette année-là, Paris avait été incapable de battre ses deux rivaux directs, à savoir l'ASM et Nice.
Constante que l'on retrouve, six ans plus tard, alors que les hommes de Mauricio Pochettino n'ont encaissé qu'un point sur douze possibles face à ses trois concurrents directs. Tous ces chiffres accompagnent une autre réalité qui n'incite pas franchement à miser sa pièce sur un titre parisien en fin de saison. Bien qu'il ait atomisé le Barça au Camp Nou, le PSG ne semble pas disposer de la même marge de manœuvre en Ligue 1.
Finaliste de la C1 en août dernier, le club de la capitale a, comme de nombreux autres grands clubs européens, souffert physiquement et tactiquement d'une intersaison tronquée. Le changement d'entraîneur ne devrait pas aider à rattraper le temps perdu : le huitième de finale aller de C1 réussi n'a pas totalement occulté les autres sorties parisiennes récentes, bien moins convaincantes, notamment face à des blocs bas.

Le temps profite aux rivaux

La méthode de Mauricio Pochettino, jugée beaucoup plus rigoureuse que celle de son prédécesseur Thomas Tuchel, n'est pas encore totalement installée. Et jusqu'ici, les options tactiques de l'Argentin ont été limitées par les absences de Neymar et Angel Di Maria. Pas encore au point collectivement, Paris n'a donc pu compter sur ses individualités fortes, moins nombreuses donc plus facilement muselées par l'adversaire, comme le fut Kylian Mbappé face à Monaco.

Kylian Mbappé taclé par Maripan lors du match opposant le PSG à Monaco, le 21 février 2021, en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Pendant ce temps, les rivaux avancent... et prennent confiance. En deux mois, le rapport de force s'est nettement inversé. Mi-décembre, après une défaite face à l'OL, Tuchel rappelait avec conviction que les siens étaient toujours les favoris, et que cela "ne changera[it] pas." Dans le même temps, l'entraîneur lillois Christophe Galtier éludait les questions liées à la course au titre et Rudi Garcia y répondait avec beaucoup de retenue : "Comme on a gagné à Paris, tout le monde croit qu'il suffit de rentrer avec le maillot de l'OL pour gagner."
Depuis, les discours ont changé. Galtier laisse volontiers le statut de favori au PSG mais il prévient : "On avance et c'est sûr que si on gagne tous les matches jusqu'à la fin de la saison, on sera champions !", disait-il en souriant en début de mois. Après la défaite encaissée au Parc face à Monaco, Pochettino, lui, donnait plutôt l'impression d'être à la tête d'une équipe qui cravache : "Tant que c'est mathématiquement possible, nous allons nous battre pour le titre." Mathématiquement, Paris a encore de la marge. Dans les faits, beaucoup moins.

L’Espagne à la dérive, la patte Conte et Martial en danger : l’intégrale de Tour d’Europe

Ligue 1
Koscielny se lâche sur le vestiaire bordelais et appelle à "faire le ménage"
25/02/2021 À 13:15
Ligue 1
"On est sur la bonne voie" : Leonardo optimiste pour prolonger Mbappé et Neymar au PSG
25/02/2021 À 07:26