Les tops

  • Volland et Ben Yedder, c'est encore mieux à deux
L'ASM attendait ça depuis deux mois et demi. Pour la première fois depuis un large succès face à Bordeaux début novembre, les deux attaquants monégasques ont marqué. A Montpellier, c'est d'abord Kevin Volland qui s'est mis en action. L'Allemand a dévié le ballon pour Ben Yedder au second poteau, qui a tenté un geste acrobatique.
Ligue 1
"Match pathétique", joueurs "indignes" : à Marseille, Eyraud tape du poing sur la table
17/01/2021 À 14:41
Repoussée par la barre, sa tentative a ensuite été reprise par l’ancien joueur de Leverkusen d’une superbe volée du gauche, inscrivant alors son 10e but de la saison en Ligue 1. Seuls Depay (11), Dia (12) et Mbappé (12) font mieux que lui cette saison. L’international français a, quant à lui, inscrit un doublé. D’abord sur une superbe tête puis sur penalty, inscrivant son 89e et 90e but en Ligue 1.
  • Keylor Navas, le "gamechanger"
Et si c’était le meilleur investissement de QSI ? Samedi, dans le bourbier d’Angers, Keylor Navas a encore prouvé qu’il était de la caste des grands, de ceux dont les arrêts font basculer les matches. Sur une tête à bout portant de Lois Diony (51e), l’ancien ange gardien du Real Madrid a sorti la parade parfaite pour maintenir Paris à flot. Une habitude pour le Costaricien qui présente un bilan franchement costaud depuis son arrivée : en 57 matches officiels, il a gardé sa cage inviolée 31 fois. Signe d’une concentration et d’une régularité de tous les instants.

Navas, un gardien qui vaut de l'or

  • Boulaya, le magicien messin
Et dire que le Covid a failli nous priver d’un spectacle rare. Absent lors des deux dernières journées après avoir été positif au début du mois de janvier, Farid Boulaya a fêté son retour par un match XXL où tous ses gestes auront mis au supplice l’arrière-garde lyonnaise mais également un Thiago Mendes qui n’avait plus connu un tel naufrage depuis bien longtemps. Comme un symbole, c’est son râteau supersonique sur Caqueret et sa passe dans l’espace qui ont permis à Leya Iseka de marquer face à l’OL. De quoi confirmer sa saison alléchante : 3 buts, 4 passes mais surtout des gestes qui marquent les esprits.

Les flops

  • OM, pire équipe d'Europe sur penalty
C'est un fléau qui pénalise franchement l'OM cette saison. Et ce fut encore le cas face à Nîmes. Ce samedi, au Vélodrome, Florian Thauvin a été touché par le virus et a envoyé son penalty hors du cadre. Depuis le début de saison, Marseille affiche un taux de conversion de penalties catastrophique (25%, soit un sur quatre), le pire parmi toutes les équipes des cinq grands championnats européens. Seul Dario Benedetto a transformé le sien. Payet reste sur deux échecs. Déjà peu séduisants dans le jeu, les hommes d'André Villas-Boas ne se facilitent décidément pas les choses.
  • Les gauchers à 11m, trois échecs sur quatre
Décidément, ce n'était pas une journée à mettre un gaucher au point de penalty. Outre Florian Thauvin, Gaël Kakuta et Ryad Boudebouz ont eux aussi tenté leur chance. Pour le même résultat : un tir hors cadre. Heureusement, Imran Louza a sauvé l'honneur des gauchers en convertissant sa tentative. Pour les droitiers, aucun problème : Wissam Ben Yedder et Clément Grenier n'ont pas tremblé face à 11 mètres.

Sur penalty, Gaël Kakuta a envoyé le ballon dans la tribune lors de Nantes - Lens, le 17 janvier 2021

Crédit: Getty Images

  • Mounié, quand ça veut pas…
Ne parlez plus de la réception de Rennes à Steve Mounié. Car à de (très) nombreuses reprises, l'attaquant a eu l'occasion de faire pencher le derby côté brestois. Mais cette fois, l'international béninois n'avait pas la réussite de son côté. S'il a été signalé en position de hors-jeu lorsqu'il a trouvé la barre une première fois (24e), il était bel et bien en position licite au moment d'envoyer le ballon sur les montants, à deux reprises (28e, 89e). Et ce n'est pas tout : l'ex-Montpelliérain s'est retrouvé en position de tir à quatre autres reprises. Pour un bilan bien maigre. Et une seule tentative cadrée.
  • Sainté, la raison et la stricte application du règlement
Les Verts ont fait ce qu'ils ont pu. Alors qu'une grosse dizaines de joueurs stéphanois, ainsi que l'entraîneur Claude Puel et plusieurs membres de son staff ont été testés positifs à la Covid-19, l'ASSE a tout de même dû disputer son match à Strasbourg (1-0), avec une flopée de jeunes issus du centre de formation et l'une des équipes les plus jeunes de son histoire.
Le club du Forez avait pourtant demandé le report de la rencontre après détection du cluster. Mais pour prendre sa décision, la LFP a décidé de s'en tenir à son règlement, qui prévoit qu'une rencontre peut être maintenue si les deux clubs sont en mesure de présenter au moins 20 joueurs testés négatifs sur une liste initiale de 30. Il aurait peut-être été plus juste de se pencher sur la question de l'équité sportive.
  • Avec Reims, ce n’est jamais fini…
"On aurait dû aller chercher ce deuxième but." David Guion ne cache pas ses regrets après avoir vu Lille arracher la victoire dans le temps additionnel contre Reims (2-1). Et ce n'est pas la première fois que l'entraîneur rémois doit se faire ce genre de réflexion cette saison. Le Stade de Reims a pris la mauvaise habitude de laisser filer des points après avoir ouvert le score : 14 au total depuis le coup d'envoi de cet exercice 2020-2021, le pire bilan pour un club de L1. Ça fait beaucoup. Surtout pour une équipe à la lutte pour le maintien. Et ça peut finir par se payer cash à la fin.
Ligue 1
Paris, attaque cinq étoiles, soirée bien maussade
16/01/2021 À 22:59
Ligue 1
"On ne peut pas faire la merde qu’on a faite aujourd’hui"
16/01/2021 À 19:37