Steve Mandanda pensait probablement avoir tout connu avec l'OM. Raté. En une semaine chrono, le gardien et son club ont vécu une invasion des supporters au centre d'entraînement, une conférence de presse surréaliste de Villas-Boas, une démission surprise... et finalement une mise à pied. Autant dire tout et n'importe quoi. Présent en conférence de presse ce vendredi, l'international français est revenu sur ces évènements.

Profil à la Ndombélé, attrait du marché anglais : qui est Ntcham, la nouvelle recrue de l'OM ?

Ligue 1
Depay au niveau de Messi, Nantes coule à domicile : Les tops et flops de la 28e journée
IL Y A 3 HEURES

"Les incidents à la Commanderie ? On était surpris, c'est une première, a répondu Mandanda. Il y a souvent eu des critiques mais ça restait raisonnable (...) Là, on a passé un cap. On peut être mécontents, avoir des désaccords, mais c'est difficile de cautionner ce qu'il s'est passé. Après, ce ne sont tous les supporters évidemment, j'ai d'ailleurs eu des discussions avec certains d'entre eux. On a un président et un actionnaire qui veulent remettre le club en haut, qui assurent être encore présents (...) Un message pour les supporters? C'est de faire front et d'être unis, tout simplement. Soyons tous ensemble pour que l'OM retrouve une certaine image."

Unité

Pour Mandanda, tout le monde est "responsable" de cette situation. "Il s'est passé énormément de choses, ce n'est pas un seul facteur qui a fait qu'on est arrivé à cette situation: la direction et le coach, les résultats en C1 et en L1, l'absence des supporters au stade... Il faut régler au mieux ce qui est possible d'être réglé et terminer cette saison dans l'unité."

"Je ne peux pas accepter ça" : le moment où Villas-Boas a annoncé sa démission

Interrogé sur le départ de son désormais ex-entraîneur André Villas-Boas, le gardien marseillais a regretté cette décision. "C'est quelqu'un que j'apprécie énormément, a-t-il confié. Il nous a beaucoup apporté, il a fait beaucoup pour nous. Moi comme d'autres étions déçus de son départ. Maintenant c'est le milieu qui veut ça, mais c'est dommage que ça se termine comme ça. On a eu une longue conversation la veille de son départ, j'étais plus ou moins au courant (...) Je n'ai pas pour habitude de parler de ce qu'il se dit dans le vestiaire, mais il nous a expliqué ses raisons, et comme je l'ai dit il y a eu de la déception."

Pour l'OM, c'est donc la fin d'une folle semaine. De quoi faire regretter son choix au nouvel arrivant Arkadiusz Milik ? "On en a blagué (de la crise) samedi, je lui ai dit 'bienvenue à l'OM'. Il a vécu des situations similaires à Naples, il a un gros caractère, ça ne l'a pas destabilisé, bien au contraire", a plaisanté Mandanda.

Ligue 1
"Tous les joueurs sont importants" : en attendant Neymar, Pochettino compte sur ses remplaçants
IL Y A 3 HEURES
Ligue 1
McCourt mis sous pression par le maire de Marseille : "On verra s'il nous a joué de la flûte"
IL Y A 3 HEURES