Les tops

  • Domenech et l'organisation nantaise
Pour son premier match depuis le fiasco des Bleus en Afrique du Sud en 2010, Raymond Domenech avait pour mission de remettre Nantes à l'endroit. Il n'y a pas eu révolution pour le moment. Mais il y a quand même quelques signaux positifs à retenir. Certes, Nantes n'a pas gagné comme toujours depuis neuf matches maintenant. Mais le club ligérien a gardé sa cage inviolée, et stoppe ainsi une série de sept rencontres avec au moins but encaissé.
Ligue 1
Depay : "Si on continue à me sortir quand je marque deux buts, je réfléchirai peut-être à partir"
06/01/2021 À 22:45
Largement dominés dans le jeu, ses Canaris ont respecté l'organisation mise en place pour se montrer hermétiques et ainsi stopper des Rennais, qui restaient sur quatre victoires d'affilée. Ils ont même eu quelques occasions. De quoi avoir une petite base pour bâtir la suite et amener un peu plus de folie. C’est déjà ça de pris pour un coach qui revient aux affaires après une si longue pause.
  • Golovin, retour express
Aleksandr Golovin n'avait pas joué depuis le 30 août à Metz. Mais le meneur russe n'a pas mis longtemps pour retrouver ses sensations. Dix petites secondes, pas une de plus. Tout juste entré en jeu, le "Tsar" de l'ASM a trouvé le chemin du but lorientais d'une frappe enroulée du droit à l'angle gauche de la surface à la suite d'un corner ! Un retour aussi sublime qu’express qui fait plaisir pour un artiste que la L1 va retrouver avec bonheur.
  • Villas-Boas, coaching gagnant
André Villas-Boas a eu du nez. Alors que son équipe était tenue en échec par Montpellier au Vélodrome, l'entraîneur de l'OM a lancé trois joueurs aux alentours du dernier quart d'heure : Dimitri Payet, Saîf-Eddine Khaoui et Valère Germain. Résultat, le premier a redonné l'avantage aux Marseillais d'un bel exploit personnel. Le deuxième, lui, a offert une passe décisive... au troisième. De quoi redonner le sourire au technicien portugais, un peu tendu ces dernières semaines.

Milik, Kouamé, Cutrone : que valent les pistes italiennes de l’OM ?

  • Le loupé chanceux de Larsonneur
Une belle frayeur pour Larsonneur. On joue la 35e minute d'un match que Brest a pris par le bon bout, en inscrivant deux buts avant la demi-heure de jeu face à Nice. Mais alors qu'il vient de recevoir une passe de son défenseur, à gauche de sa cage, le portier du SB29 rate complètement son dégagement. Pourtant dans un angle fermé, il envoie le ballon vers son but.
Heureusement pour lui, la balle tape la barre, puis le poteau, avant d'être miraculeusement renvoyé dans ses bras par son défenseur. "J'ai dévissé", a expliqué le portier après le match. "Il va rentrer dans vidéo gag, a ajouté son entraîneur Olivier Dall'Oglio. On en rigole mais ce qui m'intéressait, c'était de voir comment il allait réagir. Et il a eu du caractère." Finalement, plus de peur que de mal pour le gardien de but.
  • Strasbourg a deux bonnes étoiles
Strasbourg a deux porte-bonheurs : Habib Diallo et Ludovic Ajorque. C'est bien simple : depuis que l'ancien attaquant du FC Metz a débarqué au Racing, la paire a toujours inscrit au moins deux buts lors de chacune des victoires strasbourgeoises. Ce fut encore le cas ce mercredi lors du festival alsacien face à Nîmes à La Meinau. En deux minutes, les deux buteurs ont plié l'affaire et rendu le match des hommes de Thierry Laurey beaucoup plus facile. Auteur d'un doublé, Ajorque aurait même pu faire mieux s'il n'avait pas buté sur Reynet, sur penalty. Mais qu'importe. Avec ces deux-là, le Racing peut envisager la deuxième partie de saison avec beaucoup plus de sérénité.
https://i.eurosport.com/2021/01/07/2966583.jpg
  • Le régal Paqueta
Lyon a décidément eu le nez creux en allant dénicher Lucas Paqueta. Recruté pour vingt millions d'euros, le milieu brésilien ne cesse de séduire avec les Gones. Et sa copie de mercredi contre Lens (3-2) est encore à la hauteur des promesses de la fin d'année 2020. Une talonnade astucieuse, une roulette magnifique : il a régalé pour faire l'étalage de sa technique. Mais il a surtout été décisif. Car s'il a régné sur le milieu de terrain avec son volume et des récupérations précieuses, l'omniprésent brésilien bonifie le collectif lyonnais par sa vision du jeu et son sens du timing. Il est ainsi impliqué sur l'ouverture du score de Memphis Depay et a mis deux fois sur orbite Maxwel Cornet qui a obtenu un penalty.

Les flops

  • Pochettino, le "pire" départ sous QSI
Ça aurait pu être pire. Mais Mauricio Pochettino s'offre une première pas forcément glorieuse. Tous les entraîneurs nommés par QSI avant lui avaient commencé par une victoire. De Carlo Ancelotti à Thomas Tuchel en passant par Laurent Blanc et Unai Emery, ils avaient tous lancé leur aventure parisienne avec un succès, que ce soit en Coupe de France (Ancelotti) ou lors du Trophée des champions (Blanc, Emery, Tuchel). Pochettino n'a lui pas franchement réussi ses débuts. Son PSG a été bousculé par Saint-Etienne (1-1) et a en plus dû partager les points pour ses débuts, une première donc pour un coach désigné par les propriétaires qatariens du PSG.

Ramos, de Madrid à Paris ? "Le Real a l’habitude de couper des têtes"

  • La stérilité rennaise et bordelaise
C'est à se demander si ce n'est pas mieux qu'il n'y ait pas de supporters dans les tribunes. Car on n'aurait pas aimé se dire que des gens avaient payé pour voir cela. A Nantes, le Stade Rennais, qui restait pourtant sur une belle série de victoires, a été incapable de concrétiser sa domination, n’ayant presque rien à se mettre sous la dent. Le club breton, coupable de trop de déchets, a même finalement livré une copie terne, sans relief et presque ennuyeuse.
Mais le pire, c'est que ce n'est rien par rapport au match Metz - Bordeaux (0-0). Dans une rencontre où les deux équipes n'ont pas voulu se livrer, le spectacle est resté aux vestiaires. Privés d'Hatem Ben Arfa, les Girondins ont notamment offert un visage sans saveur. Pour une sortie riche d’ennui. Vivement le retour d’HBA. Déjà…
  • A Nice, le problème est toujours le même
Pour Nice, les matches se suivent et se ressemblent. Malgré des individualités bourrées de talent et un effectif au potentiel énorme, les Aiglons n'avancent pas. La raison ? Des erreurs défensives à répétition, qui plombent les résultats du Gym. C'était déjà le cas avant les fêtes, lors de la lourde défaite subie face à Lyon (1-4) puis lors du nul face à Lorient (2-2).
Cette fois, c'est Jordan Lotomba, auteur d'une passe en retrait trop molle vers son gardien, qui a péché. Depuis que Dante, blessé, n'est plus là, l'OGCN ne parvient pas à retrouver de la sérénité. Et pas sûr que William Saliba parvienne à tout changer.
  • Lille, premières secousses
Visiblement, Lille ne s'est pas encore totalement remis des fêtes... ou des nombreux changements qui ont eu lieu à la tête du club. Face à Angers, les Dogues sont entrés dans leur match au moins vingt minutes trop tard. De quoi donner le temps à Romain Thomas d'inscrire un doublé, notamment. Et quelques doutes. Car cette fois, le LOSC n'a pas su réagir. Et subi un premier revers à domicile. "On a mis beaucoup trop de temps pour rentrer dans ce match, a analysé Christophe Galtier après le match. Pendant 30-35 minutes, j'avais rarement vu mon équipe autant en difficulté dans les duels, la qualité technique. On a été battu dans tous les domaines, et notamment sur la volonté, la détermination." Pas franchement rassurant.

Christophe Galtier, très remonté ce dimanche

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Domenech commence par un 0-0, Monaco a fait le show
06/01/2021 À 19:53
Ligue 1
Nouvelles tensions à Marseille : des supporters réclament le départ d'Eyraud
06/01/2021 À 18:56