Les tops

  • Le grand WBY est de retour
Il n'est pas toujours titulaire, parfois critiqué, mais diablement efficace. Wissam Ben Yedder a encore montré samedi l'étendue de son talent et justifié son statut d'international français face à Lyon (2-0). Passeur décisif puis buteur d'un subtil piqué, le numéro 10 monégasque a suivi les marques de son début d'année 2022 tonitruant. Celui qui est meilleur buteur du championnat avec 14 unités n'est désormais même plus très loin de sa meilleure saison en Ligue 1, pendant laquelle il avait inscrit 20 buts. Il reste encore plus d'un tiers du championnat au grand Wissam pour battre son record et confirmer un peu plus qu'il est à son meilleur niveau cette année.
Ligue 1
Mandanda méritait une autre sortie
IL Y A 6 HEURES
  • Il ne fallait pas enterrer Milik
Les oreilles d'Arek Milik ont pas mal sifflé ces dernières semaines. Et pour cause. L'attaquant polonais était loin d'avoir le rendement espéré sur la Canebière. Ses performances, conjuguées à l'arrivée de Cédric Bakambu lors du mercato d'hiver, ne laissaient rien présager de bon pour la suite de sa saison. C'est mal connaître l'orgueil de l'ancien Napolitain. Son réveil a été spectaculaire contre Angers avec un triplé pour marquer son retour en forme dans un nouveau système qui lui convient manifestement à merveille. Non, il ne fallait pas l'enterrer…

Arkadiusz Milik, auteur d'un triplé lors du match opposant Marseille à Angers, le 4 février 2022 en Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Avec des ambiances comme ça…
Marseille et Saint-Etienne ont renversé des rencontres bien mal embarquées, et ont bénéficié d'un coup de pouce similaire : celui d'un public omniprésent. Heureux d'être de retour sans jauge, les supporters marseillais et stéphanois nous ont offert des ambiances époustouflantes, qui ont sans nul doute aidé leurs joueurs à renverser les tendances de leurs rencontres. Tifos, chants, drapeaux, atmosphère de fête : tout y était au Vélodrome et à Geoffroy-Guichard ! Quand le public de France est encourageant et positif comme ça, il faut le souligner aussi.
  • Dupraz n'est plus "puceau"
Pour sa première victoire à domicile avec Saint-Etienne samedi contre Montpellier (3-1), Pascal Dupraz a choisi d'imager ce succès, comme à son habitude. Avec une classe plus ou moins mesurée : "On était sept puceaux à n’avoir encore jamais gagné au stade Geoffroy-Guichard, a lancé l'entraîneur stéphanois. Ce succès m'offre une cure de jouvence, car ça fait longtemps que je ne le suis plus et ça me rappelle ma prime jeunesse". Un sacré plaisir donc, partagé avec ses joueurs qui se sont relancés dans la course au maintien, et devant un public en fusion. A plusieurs, c'est toujours mieux…

Saint-Etienne après l'égalisation de Romain Hamouma contre Montpellier en Ligue 1 le 5 février 2022

Crédit: Getty Images

Les flops

  • Bordeaux, pire défense du siècle ?
Les chiffres donnent le vertige. Après l’humiliation subie à Reims ce dimanche (5-0), les Girondins de Bordeaux ont encaissé 58 buts en 23 matches cette saison. Soit une moyenne de 2,5 buts/match. Si Vladimir Petkovic ne devrait pas résister à cette nouvelle déroute, son successeur devra à tout prix éviter de nouvelles hémorragies défensives. Car, à ce rythme, les Bordelais pourraient entrer dans l'histoire en devenant, assez largement, la pire défense de L1 au 21e siècle. Pour l’instant, la "timbale" est détenue par Troyes, avec ses 83 buts encaissés en 2015-16, soit une moyenne de 2,1 buts/match...
  • Grbic n'avait pas habitué Lille à ça
Il avait la lourde charge de succéder à Mike Maignan dans le but lillois. Et depuis l'été dernier, il s'en était plutôt bien tiré. Dans une saison pas facile pour le champion en titre, Ivo Grbic était globalement ressorti comme une satisfaction jusqu'ici. Mais le constat est moins net après l'humiliation subie face au PSG. Une grossière faute de main sur l'ouverture du score de Danilo Pereira, une sortie totalement manquée sur le but de Presnel Kimpembe qui a redonné l'avantage à Paris, une relance hasardeuse qui a amené le quatrième but parisien, aucun arrêt décisif par ailleurs : le Croate s'est troué dans les grandes largeurs et le LOSC l'a payé au prix fort.

Ivo Grbic

Crédit: Getty Images

  • Wooh, en coup de vent
Au milieu du naufrage lensois chez le relégable Lorient (2-0), le défenseur Christopher Wooh a vécu une après-midi express, à oublier. Entré en jeu à la 30e minute de jeu pour pallier la blessure de Jonathan Gradit, le défenseur de 20 ans a vu son entraîneur couper court à sa rencontre dès la 60e. La faute à une nouvelle blessure ? Non, simplement un réajustement tactique de Franck Haise, qui a précipité la sortie de l'ancien joueur de Nancy après seulement une trentaine de minutes de jeu. Un coup tactique sans succès, puisque Lens a encaissé le but du break 10 minutes plus tard, et un coup de vent pour Wooh, bien malheureux.
  • Troyes - Metz ? Le néant ou presque
Les 0-0 sont rares cette saison et ce n'est pas plus mal. Mais il y en a quand même eu un lors de cette 23e journée entre Troyes et Metz. Et il pouvait difficilement en être autrement. L'ESTAC n'a en effet cadré que deux tirs sur l'ensemble de la rencontre. C'est faible, mais c'est toujours mieux que les Lorrains, incapables de cadrer la moindre frappe. Des chiffres qui viennent confirmer une impression visuelle. On s'est ennuyé ferme dans ce duel entre deux équipes en lutte pour leur maintien. Vu leur production offensive proche du néant, ce n'est pas vraiment un hasard.
Ligue 1
Le PSG prête Dabga à Strasbourg
IL Y A 8 HEURES
Ligue 1
Mandanda quitte l'OM et signe à Rennes
IL Y A 8 HEURES