"Il y a plusieurs absents, cela rend les choses plus difficiles, mais nous sommes plein d'optimisme et de confiance". En une phrase, Mauricio Pochettino a bien résumé l'état d'esprit qui anime les Parisiens, au moment de se déplacer à Strasbourg ce samedi (17h). Celui d'une équipe ayant la priorité à sa double confrontation européenne bien embarquée, et qui doit faire souffler ses cadres, mais qui voit ce plan mis à mal par les nombreuses absences, et par une situation en championnat qui ne lui permet pas vraiment une telle rotation.
Avec la cascade d'absents pour la rencontre face au Bayern (Kurzawa, Icardi, Bernat, Verratti, Florenzi), à laquelle il faut ajouter ceux qui se sont blessés ou sont tombés malade pendant le match de mercredi (Marquinhos, Diallo), et les joueurs à préserver (Kimpembe, Mbappé, Di Maria…), le casse-tête est de taille pour l'entraîneur argentin, au moment de décider qui va débuter face à la formation alsacienne. "Nous avons encore 24h pour décider qui va jouer, a-t-il annoncé en conférence de presse d'avant-match. Nous annoncerons aux joueurs le onze contre Strasbourg demain matin, mais nous devons prendre le facteur physique en compte pour ce match face à une équipe qui met beaucoup d'impact physique."
Ligue 1
Diallo et Marquinhos à l'infirmerie, groupe remanié pour le PSG à Strasbourg
10/04/2021 À 09:42

"Le PSG a été capable de gagner comme un grand d'Europe"

Une tentation impossible de faire l'impasse ?

Car l'enfer est déjà promis face aux hommes de Thierry Laurey. Dans le passé récent, les joueurs du PSG n'ont jamais réussi à s'imposer à la Meinau en Ligue 1. Depuis le retour du Racing dans l'élite, c'est un match nul et une défaite que les joueurs de la capitale ont récolté en terre alsacienne. Pire que ça, c'est aussi face aux Strasbourgeois que Neymar avait connu la blessure qui l'avait privé de la double confrontation contre Manchester United en 2019. Le Brésilien ne sera pas sur la feuille de match, suspendu après son coup de sang contre Lille, mais le match s'annonce rude, et la tentation de faire tourner pour le PSG d'autant plus forte.
"C'est une équipe qui joue physique, a d'ailleurs reconnu Pochettino. Mais nous devons être attentifs et faire en sorte de mettre l'équipe la plus fraîche possible pour pouvoir répondre au défi". Fraîcheur donc, comme un aveu que le onze titulaire ne sera pas celui avec le meilleur niveau intrinsèque. Pourtant, le PSG est deuxième de Ligue 1, à trois points du leader et sous la menace de poursuivants qui pourraient lui passer devant en cas de mauvais résultat en Alsace. Autrement dit, il est possible que le PSG se retrouve au quatrième rang après la 32e journée, alors qu'il était leader à l'aube de la 31e. Comme un symbole que l'impasse sur le match de Strasbourg n'est pas réellement une option.

Aucun de ces cinq joueurs ne devraient être alignés d'entrée pour le choc face à Strasbourg

Crédit: Getty Images

  • La composition probable du PSG : Rico - Dagba (ou Pembélé), Kehrer, Danilo, Bakker - Paredes, Herrera, Rafinha - Sarabia, Draxler, Kean
Les Parisiens peuvent toutefois se rassurer par le fait qu'ils jouent au lendemain de leur concurrent lillois, et auront donc davantage d'informations sur la nécessité d'être le plus compétitif possible sur cette rencontre, ou pas. Ils peuvent aussi être plus tranquilles en s'appuyant sur le match contre Bordeaux en mars dernier, où un onze pareillement remanié avait fait le travail pour s'imposer 1-0 en Gironde, face à un adversaire d'un niveau équivalent à celui du RCSA.
Quoi qu'il en soit, l'appréhension est légitime avant ce match de Ligue 1 pour le PSG. Encore présents dans trois compétitions, les Parisiens peuvent souffrir de la fatigue accumulée par leur calendrier surchargé. "On ne veut pas utiliser la fatigue comme excuse, mais c'est aussi une réalité, a justifié Pochettino en conférence. Il faut faire au mieux jusqu'à la fin de la saison. Et il faudra faire la même chose face à Strasbourg, pour pouvoir relever ce défi physique et tactique". En somme, l'équation visée reste la même : faire le plein de confiance, sans le plein de blessures.

Chassé-croisé PSG-Lille, folle ascension de Monaco : comment la locomotive de L1 s'est formée

Trophée des Champions
Pour Pochettino, Hakimi "est resté concentré" malgré les sifflets
IL Y A 8 HEURES
Trophée des Champions
Gourvennec, le beau geste : "Je partage ce titre avec Galtier"
IL Y A 8 HEURES