Drôle de fin de mois pour Angel Di Maria. Sur le terrain, tout va bien. L'Argentin reste sur deux prestations particulièrement brillantes avec le PSG. Contre Metz, il a été le seul à sortir du marasme collectif parisien avant de signer une action de grande classe sur le but victorieux de Julian Draxler en fin de match (1-0). Face à Nice, l'ancien Madrilène a encore brillé avec une réalisation et une passe décisive pour Marquinhos (0-3). Il est au sommet de sa forme avant le déplacement des Parisiens à Reims. Sa dernière sortie personnelle avant un gros mois.

Car la vie n'est pas aussi rose pour Di Maria hors du terrain. Il a d'abord appris qu'il n'était pas convoqué en équipe d'Argentine pour les matches de qualification pour la Coupe du monde 2022 face à l'Equateur et à la Bolivie, les 8 et 13 octobre prochain. "El Fideo", qui n'a plus porté le maillot de l'Albiceleste depuis plus d'un an, n'a pas vraiment apprécié le choix de son sélectionneur Lionel Scaloni. "Ils ne m'ont jamais expliqué pourquoi ils ne m'appelaient pas, a-t-il lâché cette semaine sur les ondes de Radio Continental. Si je ne suis pas appelé, c'est parce qu'ils ne veulent pas m'appeler."

Ligue 1
Le coup de gueule de Tuchel : "On a des suspensions pour 14 matches, en face seulement 4..."
26/09/2020 À 12:16

Un mois de purgatoire

Pas de match avec l'Argentine donc, et pas beaucoup plus avec le PSG. Suspendu pour quatre rencontres de championnat après son crachat en direction d'Alvaro Gonzalez lors de la défaite face à l'OM (0-1), Di Maria ne sera pas disponible en Ligue 1 avant le duel face à Rennes, prévu pour le week-end du 8 novembre. Après ce match face à Reims, il ne devrait pas rejouer jusqu'à la 1re journée de la Ligue des champions les 20 et 21 octobre prochains. C'est quasiment un mois de purgatoire qui attend l'Argentin au retour d'Auguste-Delaune.

Angel Di Maria lors de PSG-OM le 13 septembre dernier.

Crédit: Getty Images

Un mauvais moment à passer, pour lui comme pour le PSG. Car les deux dernières prestations abouties de Di Maria n'ont fait que confirmer son impact sur le club de la capitale. A 32 ans, l'homme aux 82 buts et 93 passes décisives sous le maillot parisien (en 224 matches) reste un élément indispensable à Paris. Bien au-delà de ses statistiques. Sa capacité à faire la différence dans le jeu, sur une accélération, un dribble, une passe lumineuse ou un coup de pied, arrêté en fait un maillon essentiel de l'animation offensive francilienne.

Un cas différent de Silva et Cavani

Thomas Tuchel aura de quoi se lamenter de son absence. L'entraîneur parisien n'a jamais caché à quel point il considérait Di Maria comme un joueur clé de son effectif. "C'est toujours la même chose avec Angel : il est fiable, il est fort, il a l'expérience, la mentalité et la qualité pour être décisif", a encore insisté l'Allemand au sujet de l'ailier argentin. Pablo Sarabia, son remplaçant désigné pour animer le flanc droit de l'attaque du PSG, n'offre pas les mêmes perspectives tant l'Espagnol, bien que précieux pour le collectif, peine à tenir la comparaison sur le plan individuel.

5e j. - Tuchel fait le point sur Icardi, Sarabia, Mbappé, Neymar et Verratti

Di Maria semble irremplaçable et l'attitude des dirigeants parisiens à son égard semble aller dans ce sens. Le cas de l'Argentin, en fin de contrat en 2021, pouvait paraître comparable à ceux de Thiago Silva et Edinson Cavani, poussés vers la sortie à la fin de leur bail l'été dernier. S'en séparer permettrait notamment une économie d'environ 13 millions d'euros par an sur la masse salariale du PSG. Un argument non-négligeable pour un club qui cherche tous les fonds possibles pour prolonger Neymar et Kylian Mbappé.

"La vérité, c'est que je ne sais pas"

Mais Paris tient trop à Di Maria. Le Parisien l'a confirmé cette semaine en indiquant que les dirigeants du club de la capitale faisaient tout pour le convaincre de signer un nouveau contrat. Avec à la clé une prolongation pour "plusieurs saisons", de l'aveu même du joueur, recruté à Manchester United en 2015 pour une somme légèrement supérieure à 60 millions d'euros. Le PSG voit non seulement son présent mais aussi son avenir avec El Fideo. La question, c'est de savoir si c'est réciproque.

Di Maria n'a pas écarté cette hypothèse. Mais il a toujours à l'esprit un retour en Argentine à Rosario Central. "La vérité, c'est que je ne sais pas, a-t-il expliqué concernant son avenir. Je ne veux pas passer au-dessus de la volonté de ma famille, c'est la chose la plus importante que j'ai." A défaut de briller sur les terrains, l'Argentin va pouvoir consacrer ce temps libre qui lui est imposé à réfléchir sur le meilleur choix à faire pour son avenir. Et décider si Paris pourra toujours compter sur sa patte gauche si soyeuses dans les années qui viennent.

Ángel Di María (PSG)

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Pour Marquinhos, pas de doute : "Neymar n’a jamais proféré d’insultes racistes"
26/09/2020 À 11:38
Ligue des champions
"Ce n'était pas nous"
IL Y A 20 HEURES