Lens, Marseille, Monaco (x2), Lyon, Lorient et maintenant Nantes. La liste des bourreaux du PSG en Ligue 1 cette saison s'allonge. Sept revers en 29 matches joués, c'est quasiment un quart de ses duels que le Paris Saint-Germain a perdu dans cette saison post-finale de Ligue des champions. Un bilan décevant qui a conduit à l'éviction de Thomas Tuchel à Noël et qui fait craindre le pire pour le club de la capitale : un titre qui lui échapperait en fin de saison. Au classement, Lyon est à hauteur et Lille a désormais un matelas de trois points d'avance.
"Ce n'est pas possible", a juré Danilo Pereira au micro de Canal+ juste après le coup de sifflet final. L'incompréhension, c'est le sentiment qui règne après avoir vu Paris ouvrir le score peu avant la pause par Julian Draxler puis se faire reprendre à l'heure de jeu et enfin dépasser une dizaine de minutes plus tard. Il y avait pourtant eu un avertissement en début de match quand un duel entre Randal Kolo Muani et Presnel Kimpembe aurait pu offrir un penalty aux Nantais.

Le déchet technique dans le viseur de Danilo Pereira

Ligue 1
Sorti à l'heure de jeu, Di Maria a été victime d'un cambriolage
14/03/2021 À 22:21
"En première période on était bien, on contrôlait, on a même une occasion de marquer le deuxième", a pourtant apprécié Mauricio Pochettino. Danilo Pereira aussi estime que son équipe a fait une "bonne première période". Comment expliquer alors ce renversement de situation inattendu ? "Difficile à analyser" souffle le milieu de terrain parisien qui évoque quand même le déchet technique. Kylian Mbappé, à l'origine du second but nantais sur une perte de balle dans ses 30 mètres, ne dira pas le contraire. "Après le 1-1, l'équipe a souffert, dans un match ouvert, physique, on a un peu trop reculé, et c'est vrai qu'on n'a pas été suffisamment costaud pour accrocher ce match-là", regrette de son côté Mauricio Pochettino.

aris Saint-Germain's Italian midfielder Marco Verratti (L) reacts after Nantes scored a goal during the French L1 football match between PSG and Nantes

Crédit: Getty Images

Au micro de Canal+, l'Argentin a même évoqué un "match inexplicable" et a assuré qu'il n'y "avait pas d'excuses". En conférence de presse, quelques minutes plus tard, il s'est quand même laissé aller à un début d'explication : "Il doit bien y avoir un rapport (avec la Ligue des champions, ndlr). Après l'aller, on n'avait pas fait beaucoup de changements, mais là on a mis des joueurs frais. Une compétition comme la Ligue des champions coûte à l'équipe, physiquement. En seconde période, quand il a fallu aller chercher de l'énergie, c'est là que d'avoir joué un gros match comme mercredi a pesé."

La sortie de Di Maria, tournant du match ?

"On savait qu'après chaque match de Ligue des champions, il y a un coup à jouer ici", pointait justement Abdoulaye Touré pour Canal+. Le cas Angel Di Maria, sorti à l'heure de jeu après un cambriolage à son domicile, a aussi pu jouer dans la baisse de régime parisienne. "Ce n'est pas une excuse, mais il y a eu une baisse d'énergie inhabituelle", a dit Pochettino.

Nantes' French midfielder Abdoulaye Toure (L) fights for the ball with Paris Saint-Germain's Argentinian midfielder Angel Di Maria

Crédit: Getty Images

Si personne sur le terrain n'a dû comprendre ce qu'il se passait, une partie, au moins, des Parisiens a dû voir Mauricio Pochettino quitter la pelouse en compagnie de Di Maria et ainsi se rendre compte que quelque chose n'allait pas. "Il y a des situations hors foot dont il faut tenir compte", a conclu Pochettino. Comptablement, c'est en tout cas une très mauvaise opération pour le PSG qui affrontera Lyon dimanche prochain avec une marge d'erreur réduite au possible.
Ligue 1
Paris, la claque
14/03/2021 À 21:58
Trophée des Champions
Cyclisme, F1... et le foot : Adams, le milliardaire à la manette du Trophée des champions à Tel-Aviv
IL Y A 10 HEURES