Mercato - Fabio Capello : "Florenzi, un joli coup pour le PSG"

Le 11/09/2020 à 10:26Mis à jour Le 11/09/2020 à 10:46

TRANSFERTS - Alessandro Florenzi va très probablement rejoindre le Paris Saint-Germain sous la forme d'un prêt avec option d'achat. Une arrivée surprise liée notamment à un contexte économique difficile et un mercato au rabais pour la plupart des clubs européens. Leonardo a flairé la bonne pioche. Et Fabio Capello nous a confié qu'il était séduit par l'idée.

C'est la surprise du chef. Ou bien de Leonardo, si vous préférez. Lancée dans un premier temps par Sky Italia, la rumeur d'une arrivée imminente d'Alessandro Florenzi a très rapidement trouvé de l'écho en France. Oui, l'international italien, de retour à l'AS Rome après un prêt de six mois à Valence, devrait bien débarquer au PSG dans les prochains jours, voire les prochaines heures. La formule ? Un prêt avec option d'achat, du classique à l'heure où le mercato est difficile pour la plupart des clubs européens, même pour ceux qui disposent d'une plus grande surface financière.

"Tous les clubs aujourd'hui ont besoin de vendre pour acheter, expliquait d'ailleurs le directeur sportif brésilien au Canal Football Club dimanche soir. Il y a aussi le fair-play financier qui t'interdit de mettre plus d'argent. On ne peut pas faire tout le temps comme ça. C'est sûr que le PSG vit la même situation. On a besoin de faire sortir des joueurs, peut-être à travers des ventes, oui. Ce n'est pas facile, parce que personne n'achète."

Florenzi a rapidement épousé le projet parisien

En quête d'un latéral droit offensif et expérimenté pour remplacer Thomas Meunier, Leonardo a donc travaillé en sous-marin sur la piste Florenzi, titulaire avec la sélection italienne face à la Bosnie la semaine passée. De retour à la Roma, son club formateur et celui de son coeur, l'international transalpin n'entrait toujours pas dans les plans de son entraîneur Paulo Fonseca. Ce dernier n'a jamais été réellement convaincu par ses qualités au poste de latéral droit.

Alessandro FlorenziGetty Images

"C'est l'un des plus grands entraîneurs de ma carrière, avait assuré Florenzi il y a quelques semaines au Corriere dello Sport. Je peux comprendre que je ne lui plaise pas dans cette position. On avait eu une discussion et il m'avait dit qu'il ne savait pas combien de temps de jeu il pouvait me donner." La situation n'a pas changé à son retour de prêt. Et dans une saison qui mènera tout droit à l'Euro 2021, Florenzi ne peut se permettre un temps de jeu limité. L'enjeu est bien trop important. C'est notamment dans cette optique qu'il n'a pas hésité longtemps à épouser le projet parisien.

Ces dernières années, le joueur de 29 ans a pourtant eu bien des occasions de quitter la Roma. Celui qui a disputé 279 matches avec les Giallorossi a notamment repoussé les avances de l'Inter Milan, où Antonio Conte aurait aimé en faire son piston droit dans son 3-5-2. "Mais j'ai aussi refusé d'autres offres de clubs italiens, et les plus grands", révélait-il à Sky Italia en avril dernier. Romain de naissance, et donc très attaché à la Roma, Florenzi ne se voyait alors pas quitter la Ville éternelle. Mais en manque de temps de jeu, il n'a pas eu d'autres choix en janvier dernier. "Il y a eu l'opportunité de rejoindre Valence, et j'étais tenté par une expérience à l'étranger", se justifiait-il après son choix.

Le "couteau suisse" de Rudi Garcia

Dans le club espagnol, "core de nonna" (son surnom après une course en tribunes pour embrasser sa grand-mère après un but, ndlr) ne s'imposera pas. Probablement, aussi, car il est tombé dans un club en pleine tourmente. Sa varicelle en février n'a pas arrangé ses affaires. La pause forcée liée au Covid-19 non plus. Au final, son bilan est mince : 12 matches de Liga, 11 petites minutes en Ligue des champions lors du 8e de finale retour contre l'Atalanta et zéro but. Une fois son prêt expiré, retour à la case Roma. Et donc la case départ.

A 29 ans, Florenzi est aujourd'hui à un tournant de sa carrière, lui qui peine à résoudre le quiproquo autour de sa position. Un coup latéral droit, un autre ailier ou bien au milieu (comme lors son premier match à Valence) : l'international italien ne cesse de déménager sur le terrain. "Je me sens bien en tant que latéral. Si je joue avec une équipe qui propose du foot, je m’y vois bien (...) Mes qualités se voient à partir de la ligne médiane, expliquait-il au Corriere dello Sport. En revanche, si un entraîneur veut un joueur très grand et qui n'attaque pas, je ne suis pas le bon profil." Son arrivée pourrait permettre à Thomas Tuchel de passer (parfois) à une défense à trois, et ainsi aligner sa recrue en piston droit.

Pour Capello, une "bonne pioche" pour le PSG

Dans un récent message vidéo lui étant adressé, Rudi Garcia, son ancien entraîneur à la Roma, parlait de lui comme un "couteau suisse". "Je pouvais t'utiliser dans diverses situations", souriait l'actuel technicien de l'OL. Une bonne nouvelle pour Tuchel, son futur au PSG. Avec 36 sélections et 33 matches en C1, le PSG s'est assuré un joueur expérimenté, de devoir et avec un gros volume de jeu. Florenzi sait aussi se faire apprécier de son vestiaire, notamment grâce à sa personnalité très attachante. "L'une de ses plus grandes qualités, c'est sa capacité à toujours parvenir à centrer, nous confie Fabio Capello, ancien entraîneur historique de la Roma (1999-2004). Il a aussi une très bonne frappe, et c'est un garçon très professionnel et très sérieux. Pour moi, sa meilleure position est celle de latéral droit. Je pense que c'est une bonne pioche pour le PSG et il peut très bien s'y imposer."

Fabio CapelloAFP

Victime de grosses blessure dans sa carrière, dont notamment deux ruptures du ligament croisé, Florenzi va désormais devoir retrouver la condition physique. "Ce sera capital pour sa saison, il doit absolument la retrouver", nous assure Capello. Bonne nouvelle pour Paris : il sort de trois saisons plutôt complètes (42 matches en 2017-2018, 38 en 2018-2019, 32 en 2019-2020). Souvent tourné vers l'offensive, le très probable futur latéral parisien a parfois tendance à oublier ses tâches défensives. Sa concentration sur un match entier lui fait également souvent défaut. Mais dans une équipe qui a souvent la possession du ballon, encore plus face à des adversaires qui aiment l'attendre, Florenzi pourra y étaler toutes ses qualités offensives.

"D'un côté, son départ est étonnant car la Roma joue désormais avec une défense à 3, nous confie un proche du club romain. Mais son histoire devait se terminer, plus rien ne lui est pardonné ici. Dès qu'il fait une erreur, il est pris en grippe, car il n'a jamais été un capitaine aussi aimé que Totti et De Rossi. L'héritage du brassard était très lourd, et les tifosi y tiennent beaucoup. Encore plus quand il s'agit d'un joueur né à Rome. Son départ est resté secret, personne ne savait rien ici jusqu'à ce matin. Mais pour la Roma, l'histoire était de toute façon terminée." Après la Ville éternelle, Florenzi va désormais écrire la suite de la sienne du coté de la Ville lumière.

Daniele De Rossi et Alessandro Florenzi fêtent la victoire de la RomaGetty Images