A l'automne dernier, Eduardo Camavinga avait le monde à ses pieds. Après une première titularisation couronnée d'un but sublime en équipe de France le 7 octobre, tout le monde ne parlait que de lui, l'Euro lui tendait les bras. Le Real Madrid et Zinedine Zidane en rêvaient, le PSG lui faisait la cour. Sept mois plus tard, le tableau a changé. Après une saison ratée à Rennes et une découverte très pénible de la Ligue des champions, le Rennais ne disputera pas l'Euro, malgré une liste élargie à 26 noms. Il a même perdu sa place de titulaire chez les Espoirs dans un secteur, le milieu de terrain, très concurrentiel. Mais il ne lui reste plus qu'un an de contrat et Camavinga souhaite donner un nouveau tournant à sa carrière.
RMC nous annonce ce mardi que Rennes a fixé son prix de départ à 100 millions d'euros et que le jeune homme de 18 ans veut rejoindre le Paris-Saint-Germain. Un prix et une destination qui posent question. Que vaut aujourd'hui Camavinga ? Paris doit-il toujours faire du Rennais une priorité ?

Eduardo Camavinga - France-Danemark - Euro U21 2021

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14

100 millions d'euros : Un prix déconnecté de la réalité du marché

"On ne va pas se mentir, je fais une saison moyenne, il y a beaucoup de bas, je n'ai pas fait tout ce qu'il fallait." Dans une interview accordée à TF1 au début du mois, Eduardo Camavinga admettait ses limites du moment. Le Breton s'est raté en Ligue 1 et en Ligue des champions. Si son extraordinaire première saison professionnelle avait fait gonfler sa valeur, il est évident que son exercice 2020/2021 raté l'a fait spectaculairement descendre. Son trou noir pose nécessairement la question de ses capacités réelles alors que le haut niveau réclame de la constance. Son âge, 18 ans rappelons-le, réclame de l'indulgence.
Mais un transfert à 100 millions d'euros ne s'embarrasse pas d'incertitudes, personne ne fait de pari à ces sommes-là. A titre de comparaison, Frenkie De Jong a rejoint le FC Barcelone contre 86 millions d'euros à l'été 2019 alors qu'il avait brillamment amené l'Ajax en demi-finale de la Ligue des champions. Rennes n'a pas franchi la phase de poules en C1 et Camavinga s'est écroulé sitôt que le niveau s'élevait.

Dogues à gogo, serial-buteurs et révélations : voici notre équipe-type de L1

Le contexte économique, alors que les pertes des grands clubs européens se chiffrent en millions d'euros, a nécessairement fait fondre la note tout comme la situation contractuelle du joueur. A un an de la fin de son contrat et alors qu'il pourrait s'engager gratuitement où bon lui semble en janvier, Camavinga a perdu de sa valeur. Aujourd'hui, elle se situerait davantage autour de 30 millions d'euros avec une possibilité de monter à 50, au grand maximum, en fonction d'éventuels bonus. Difficile pour Rennes de réclamer davantage. La somme exigée ne correspond pas à l'état du marché et ce n'est plus le SRFC qui a la main dans ce dossier mais bien les clubs intéressés. Ce sont eux qui fixeront le prix, Rennes peut difficilement tenir ses exigences à 12 mois de la fin de contrat de la plus grosse valeur marchande de son effectif.

Paris : Oui mais…

Paris a-t-il encore besoin de Camavinga ? A ce prix-là, et pour les raisons déjà évoquées, la réponse est non. Mais si le prix se divise par deux, le PSG aurait tort de ne pas y songer. D'abord pour le profil technique du joueur. A l'aise avec le ballon et dans l'orientation, il offrirait enfin une alternative à Marco Verratti et une complémentarité certaine avec Leandro Paredes ou Danilo Perreira. Mais Camavinga n'est (encore ?) pas ce genre de recrue qui change la face d'une équipe. Alors que Kylian Mbappé réclame à corps et à cri de nouveaux visages pour muscler les ambitions du club, il n'est pas certain que le recrutement de Camavinga suffise à convaincre l'attaquant de rester au PSG. Il manque d'expérience, de constance et surtout de références au plus haut niveau.

Marco Verratti

Crédit: Getty Images

En revanche, son transfert à Paris, au-delà du sportif, aurait quelques avantages. Il permettrait à Paris de gonfler son nombre de joueurs formés en France alors que son effectif doit en contenir huit pour disputer la Ligue des champions. La saison dernière, le PSG avait été contraint de ne pas inscrire l'un des étrangers de son effectif (la blessure de Juan Bernat avait permis de faciliter le choix) car il avait déjà trop de joueurs non formés en France sur sa liste.
Acheter Camavinga à un an de la fin de son contrat permettrait enfin de rendre service au propriétaire du Stade Rennais, la famille Pinault. Alors que la L1 traverse une période périlleuse, que son avenir se joue dans les mois à venir et qu'il convient à Nasser Al-Khelaifi d'avoir le plus d'alliés possibles au moment de négocier les nouveaux droits télés et les potentielles réformes à adopter pour rendre le championnat plus attractif, c'est un coup tactique qui pourrait avoir du sens. Alors même si le critère sportif reste l'argument principal, Camavinga a beaucoup à apporter au PSG… si son prix fond considérablement.
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36
Ligue 1
Boateng à l'OL, vraiment un coup de maître ?
01/09/2021 À 23:01