Les absents ont toujours tort. Mauro Icardi pourrait bien en faire la cruelle expérience. Pendant que l'Argentin panse ses plaies, Moise Kean fait feu de tout bois. Un doublé face à Dijon (4-0) pour débloquer son compteur sous le maillot parisien, un autre quatre jours plus tard pour offrir une victoire capitale à Istanbul face à Basaksehir (0-2) et confirmer sa montée en puissance : en bon finisseur, le jeune Italien a parfaitement saisi l'opportunité qui lui a été offerte.

Il a surtout donné une bouffée d'oxygène bienvenue pour le PSG. L'air commençait un peu à manquer dans la capitale après la déconvenue subie face à Manchester United (1-2) la semaine passée. Si les cadres étaient plutôt attendus dans ce rôle, c'est bien Moise Kean qui a éloigné les nuages du ciel parisien malgré son inexpérience en C1. Thomas Tuchel n'a pas manqué de le souligner. "Il apporte de la fraîcheur, c'est clair, a commenté l'entraîneur parisien à Istanbul. C'est la première fois qu'il commence en Ligue des champions dans sa carrière, c'est vraiment nouveau pour lui et il peut donner une énergie fraîche."

Ligue des champions
Tuchel persiste : "Danilo est un défenseur"
28/10/2020 À 22:27

"C'est à chaque fois presque le match de sa vie"

Le technicien allemand n'a pas hésité à lui donner sa chance pour ce rendez-vous très important face à Basaksehir. En confiance après ses deux buts contre Dijon, Kean fait aussi preuve d'un état d'esprit remarquable selon son entraîneur. "C'est à chaque fois presque le match de sa vie et ça donne une énergie, cela nous aide en ce moment et je suis content qu'il ait marqué deux buts, s'est réjoui Tuchel après le nouveau doublé de son attaquant en Turquie. Il y a un peu de chance mais c'est mérité et il doit continuer comme ça."

5 matches, 10 buts : Quel est le secret de Lewandowski ?

Au-delà de la forme récente affichée par Kean, il y a aussi un paramètre tactique qui a poussé Tuchel à l'associer à Kylian Mbappé en attaque. "On sait que Kylian aime décrocher un peu, côté gauche, pour être proche de Neymar, lui-même dans les demi-espaces, avait détaillé l'Allemand au micro de RMC Sport avant la rencontre. Parfois, on manque d'un gars qui reste dans l'axe, comme Moise, pour finir (les actions) et peut-être aussi pour (fixer) un défenseur et ouvrir un espace pour Kylian ou Neymar. Moise a la capacité d'être au combat physiquement avec les défenseurs centraux. Ce n'est pas la caractéristique de Kylian."

Kean et Icardi ont des arguments différents

Offrir un complément idéal à Mbappé dans l'axe de l'attaque, c'est normalement le rôle dévolu à Icardi. Kean a montré qu'il était lui aussi capable de le tenir, mais l'Italien présente également l'avantage d'avoir un registre plus large que l'Argentin. Habitué à jouer sur un côté, il donne davantage de flexibilité tactique à Tuchel qui apprécie justement de pouvoir changer de système entre les matches, voire en cours de match. Sa vitesse et sa puissance sont des atouts qui font défaut à Icardi.

47 tirs concédés en trois matches : "Indigne des ambitions parisiennes"

Mais l'ancien joueur de l'Inter a d'autres arguments à faire valoir. Ses références déjà. Trois fois meilleur buteur de Serie A, Icardi présente un CV plus en adéquation que celui de Kean pour un statut d'avant-centre titulaire au PSG. Souvent décrié pour son apport insuffisant dans le jeu, l'Argentin n'en reste pas moins un point d'appui précieux dans l'animation offensive parisienne. Son intelligence dans les déplacements et sa finesse technique dans le jeu de remise sont rarement mises en avant. Mais ce sont deux qualités qui profitent au collectif parisien en général, et à ses coéquipiers de l'attaque en particulier.

Une concurrence bienvenue

Cela ne lui garantit pas pour autant de rester le numéro un au poste d'avant-centre dans la hiérarchie de Tuchel. L'entraîneur parisien n'avait d'ailleurs pas hésité à la reléguer sur le banc au profit d'Edinson Cavani au printemps dernier, quand l'Argentin n'affichait plus le même rendement qu'en début de saison. L'Allemand lui avait même préféré Eric Maxim Choupo-Moting lors du Final 8 de la Ligue des champions, alors que le PSG venait de débourser 50 millions d'euros pour le transfert définitif du joueur formé au Barça.

Tuchel n'est pas encore dans la situation de devoir choisir entre Icardi et Kean. Remis plus rapidement que prévu de sa blessure au genou, l'Argentin a repris l'entraînement cette semaine mais ne devrait pas postuler à une place dans le onze de départ avant le rendez-vous avec le RB Leipzig mardi prochain en Ligue des champions. L'entraîneur du PSG pourrait alors avoir une décision à prendre. Cette concurrence a du bon et ne serait certainement pas pour lui déplaire. Par les temps qui courent, avoir des problèmes de riches est devenu un luxe dont le coach parisien ne se plaindra pas.

Le bilan de C1, le monstre Lewandowski et la situation au Barça : l’intégrale de Tour d’Europe

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
IL Y A 12 HEURES
Ligue des champions
Ils y sont presque : Le PSG qualifié en huitièmes si...
IL Y A 21 HEURES