Un épisode de plus dans une saison qui ressemble à un long calvaire pour l’OM et André Villas-Boas. Après les violences connues par le groupe olympien à la Commanderie samedi, l’entraîneur marseillais a étalé sur la place publique son mal-être, notamment après la clôture du mercato d’hiver. Interrogé sur l’arrivée d’Olivier Ntcham, il a fini par dévoiler la vérité, quelques minutes après le début de sa conférence de presse : "Je n’ai rien à voir avec cette décision, je l’ai apprise le matin, révèle-t-il. C’est précisément un joueur auquel j’ai dit non. J’ai présenté ma démission à la direction. Sans rien voler à OM. Je ne suis pas d’accord avec la politique sportive".
Alors, fin de l’histoire ? Ce n’est pas si simple. Car la situation sportive du club olympien reste précaire et les dirigeants marseillais semblent vouloir temporiser. "Je ne veux rien de l’OM ni de Frank [McCourt, NDLR], je veux seulement partir par rapport à la politique sportive, a-t-il asséné. J’ai donné mon avis pour le remplacement de Sanson mais je ne peux pas accepter, comme professionnel, ça [le fait de ne pas être informé, NDLR]. Ce club a déjà vécu deux, trois ans de n’importe quoi sur les transferts. Alors, on continue ? J’attends des nouvelles de la direction".

"Je ne peux pas accepter ça" : le moment où Villas-Boas a annoncé sa démission

Ligue 1
"Un club magnifique, mais aussi un club fatigant" : Pourquoi Thauvin quitte l'OM
IL Y A 3 HEURES
Rien à voir avec les incidents de samedi
"Ma décision n'a rien à voir avec les incidents de samedi dernier, a-t-il encore détaillé. C'est juste par rapport à ce que je veux sur les aspects sportifs et qui n'a pas été compris. Même pour Nemanja Radonjic, j'ai été informé le matin même".
Si son nom n’a pas été directement évoqué, Pablo Longoria, devenu le grand manitou de la stratégie sportive à l’OM cet hiver, semble clairement visé par les propos du Portugais. Entre les deux hommes, les relations sont restées fraîches depuis l’arrivée du directeur sportif olympien. Jusqu’à devenir invivable ces dernières heures à en croire AVB, qui a n’a cessé de répéter que ces méthode mettaient en cause son intégrité et son "professionnalisme".

Profil à la Ndombélé, attrait du marché anglais : qui est Ntcham, la nouvelle recrue de l'OM ?

On continue jusqu'à ce que la direction me laisse partir
Interrogé juste avant sur le cas de Jacques-Henri Eyraud, et sur le fait de savoir si le groupe n’était pas "victime collatérale" de la gestion de son président, le Portugais avait été concis : "C’est une question très sensible, je ne peux pas répondre à cette question". Signe d’un malaise toujours plus persistant. Comment Villas-Boas peut-il encore être en place à l’issue de cette conférence de presse ? Comment peut-il être même sur le banc, dès mercredi, face à Lens. A cette question, Villas-Boas a encore insisté sur son "professionnalisme" .
"Je suis lié par contrat, je vais tout faire pour respecter ce contrat, a-t-il insisté. Je suis responsable des résultats, je vais soutenir mon groupe. Maintenant, on en est là sur l'aspect sportif. La direction a demandé un peu de temps, ce n'est pas un problème. J'ai bien étudié Lens. J'ai beaucoup de respect pour Frank (McCourt). Ce n'est pas la première fois qu'un joueur qui n'est pas le choix d'un entraineur arrive dans un club, mais ce n'est pas ma façon de travailler. Si c'est non, on continue. Je veux bien préciser : je ne veux rien de l'OM, je ne veux pas d'argent. Je veux seulement partir". Juste avant, il avait cependant glisser une phrase en forme de vœux. "On continue jusqu'à ce que la direction me laisse partir". Reste à savoir quand...

Un mercato brillant et des idées en pagaille : comment Longoria a ringardisé Zubizarreta

Ligue 1
"Saison de merde" et "concours de circonstances à 12 inconnues" : Bordeaux est presque sauvé
IL Y A 3 HEURES
Ligue 1
Mbappé record, Galtier en panne et les Crocos noyés : Les Tops et Flops
IL Y A 3 HEURES