Il y a un an moins neuf jours, le Paris Saint-Germain était "sacré" champion d'automne... sans jouer. Bien sûr, les temps ont changé, le championnat n'en est qu'à son tiers. Mais pour l'heure, impossible d'affirmer avec certitude que le club de la capitale sera là où il doit être à mi-saison, c'est-à-dire aux commandes de la Ligue 1 avec une marge confortable d'avance. Cette anomalie n'est qu'un pan d'une première partie d'exercice un peu étrange où, finalement, aucune tête ne dépasse mais aucune n'est sous l'eau non plus.

Ligue 1
OM-Lens reprogrammé le 3 janvier
04/12/2020 À 15:53

Le contexte y est évidemment pour quelque chose. Comme une grande majorité des clubs qui ont disputé le Final 8 en août, Paris a souffert d'un enchaînement indigeste. C'est l'une des raisons pour lesquelles il ne compte que 25 points avant la 13e journée, son plus faible total à ce stade de la compétition depuis la cuvée 2014/2015. En septembre dernier, le champion de France avait débuté la défense de son titre par deux défaites, à Lens (1-0) puis face à l'OM (0-1).

Marseille et Lyon ont "serré les dents"

Le report des matches de Marseille face à Lens et Nice n'a d'ailleurs pas aidé à offrir plus de visibilité sur ce classement. Après son succès à Nîmes vendredi soir, le club phocéen est encore en mesure d'occuper la tête du championnat s'il remporte ces deux rencontres.

C'est un constat paradoxal : miné par une campagne européenne désastreuse, pas franchement convaincant dans le jeu, l'OM est passé près d'une crise de novembre que son classement n'aurait certainement pas reflétée. D'ailleurs, aucune équipe de L1 n'a concédé moins de défaite que l'entité marseillaise.

Le PSG doit-il sacrifier Mbappé pour accueillir Messi la saison prochaine ?

L'OM a trouvé la force pour "serrer les dents", convaincu comme son entraîneur André Villas-Boas que les "difficultés des grands clubs dans tous les championnats" vont "réduire les distances". Son ennemi lyonnais s'est accroché de la même manière, alors que l'atmosphère entourant le club rhodanien n'était pas franchement plus légère au début de l'automne, lorsque les hommes de Rudi Garcia avaient enchaîné cinq matches sans succès.

Mais finalement, les deux Olympiques se portent mieux que la saison dernière à la même époque. Marseille compte cinq points de plus avec un match de moins. Lyon, sept. Preuve qu'ils ont su maximiser leurs résultats.

Et maintenant, ce sont Monaco et Montpellier qui en profitent

Tout le contraire des équipes qui, sur le terrain, semblaient reposer sur de meilleures fondations. Rennes et Lille, co-leaders du championnat à l'issue de la 6e journée, ont eu toutes les peines du monde à gérer l'enchaînement des rencontres, entre Ligue 1 et Coupe d'Europe.

"Depuis 2018, Mbappé ne progresse plus" : Est-on trop sévère avec lui ?

Le SRFC n'a gagné qu'un seul de ses sept derniers matches mais n'est pas encore totalement décroché. Le LOSC, parfois très séduisant dans le jeu, capitalise encore sur sa série d'invincibilité du début de saison mais n'a engrangé que six unités lors de ses cinq dernières sorties. Ce qui ne l'a pas empêché d'occuper la place de dauphin avant le début de cette journée.

Les locomotives européennes du championnat avancent au ralenti ? Elles ont ouvert la voie aux équipes capables d'enchaîner les succès. Voilà comment Monaco et Montpellier, de plus en plus solides collectivement, se sont installés aux 4e et 5e rangs respectifs avant la 13e journée. Le club du Rocher comme le MHSC ont remporté leurs quatre derniers matches. Et désormais, six équipes se tiennent dans un mouchoir de poche. Le PSG compris.

Ligue 1
Tuchel préserve Verratti face à Montpellier, Icardi et Sarabia toujours absents
04/12/2020 À 14:29
Ligue 1
Covid-19 : L'OM pourrait lui aussi assigner ses assureurs en justice
04/12/2020 À 13:54