Il est arrivé le dernier jour du mercato contre 15 millions d'euros. A 32 ans et après avoir absolument tout gagné avec le Real Madrid, dont trois Ligues des champions, Keylor Navas a débarqué au PSG sans tambour ni trompette. L'investissement tout à fait raisonnable pour un club à la surface financière si vaste, et l'arrivée conjointe de Mauro Icardi, le même jour, ont relégué au second rang un évènement pourtant majeur dans l'histoire récente du PSG.
Un an et demi plus tard, le constat est indiscutable. Avec 84% de tirs arrêtés cette saison, il présente le deuxième meilleur ratio dans le top 5 européen juste derrière Oblak et demeure, à l'image de ses prestations fantastiques en C1, une référence mondiale à son poste. A ce prix-là, Paris a signé l'affaire de l'année voire de la décennie. Si bien qu'on peut légitimement se demander si Navas n'est pas la meilleure recrue de l'ère QSI.

Navas, un gardien qui vaut de l'or

Ligue 1
Nice - OM sera rejoué sur terrain neutre, Nice sanctionné d'un point de pénalité ferme
08/09/2021 À 21:14

Intouchable Ibra ?

Peut-il tirer son épingle du jeu face à des monstres tels que Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani, devenus, tour-à-tour meilleur buteur de l'histoire du club ? Face à Thiago Silva, immense défenseur et iconique capitaine ? Face à Marco Verratti, petit prince devenu roi du Parc au fil d'une histoire d'amour indestructible ? Face à Kylian Mbappé et Neymar, stars planétaires, machines à buts et incarnations suprêmes des ambitions pharaoniques de Paris ?

Zlatan Ibrahimovic pose devant la tour Eiffel le jour de sa présentation au PSG, le 18 juillet 2012.

Crédit: Panoramic

S'il y a un terrain sur lequel Navas ne soutient pas la comparaison, c'est bien celui de l'image. L’ancien Madrilène ne joue pas dans la même catégorie que Neymar, sans doute le joueur le plus célèbre à avoir évolué en L1, Mbappé ou Zlatan. Dans l'histoire du club, Ibrahimovic garde un avantage que le Costaricain ne pourra jamais lui disputer : il a fait grandir le club en le réinstallant sur la carte du football européen. Son transfert, immortalisé au Trocadéro, a fait entrer le PSG dans une autre dimension. Et sur le terrain, le charismatique Ibra a tenu son rang. C'est avec le Suédois, triple meilleur buteur de L1, que Paris a recommencé à gagner et a régné sans partage sur la France. Tout cela contre 20 millions d'euros, une broutille au regard de l'héritage laissé par le Z.

Navas, seule recrue à laquelle on ne peut rien reprocher

Au rapport qualité/prix, Ibrahimovic regarde Navas dans le blanc des yeux. Mais le gardien parisien est la seule grande recrue de QSI à laquelle on ne peut rien reprocher. Ligue 1, Ligue des champions, grandes affiches ou matches du samedi après-midi, le portier s'est montré décisif absolument partout. Du quart de finale de C1 contre l'Atalanta au traquenard angevin samedi dernier, il est très souvent le joueur le plus décisif sur la pelouse. Quand Ibra disparaissait dans le tableau final de Ligue des champions, Navas porte les siens.
De façon plus générale, Marco Verratti paie trop souvent son physique aléatoire, Thiago Silva son mental friable, Mbappé et Cavani comme Ibrahimovic leur manque d'impact dans les grandes affiches, Neymar ses si nombreuses blessures aux moments charnières. Navas est le seul, avec Marquinhos sans doute mais dans une moindre mesure, auquel on ne peut rien reprocher parmi les grandes recrues de l'ère QSI. Même si la durée plus courte de son aventure parisienne (un an et demi) doit nécessairement tempérer le constat.

Meilleur joueur de la meilleure saison du PSG

Il reste en revanche le joueur le plus régulier et le plus décisif, avec Neymar, de la meilleure saison de l'histoire du PSG. Ce n'est pas tout à fait un hasard si Paris a atteint pour la première fois la finale de la Ligue des champions lors de sa première saison au club. Des 8es jusqu'en finale de la Ligue des champions, Navas est le Parisien le plus constant, le plus fiable et il ne s'est jamais raté. Comme depuis son arrivée à Paris.

Keylor Navas (PSG)

Crédit: Getty Images

Navas a rempli un vide. Si Paris a surtout su s'armer en attaque depuis l'arrivée de QSI en empilant les noms rutilants, le poste de gardien fut son talon d'Achille. Le mal est plus ancien encore. Depuis Bernard Lama, soit plus de vingt ans, Paris a enchainé les portiers (Landreau, Coupet, Letizi, Revault, Apoula Edel, Sirigu, Trapp, Areola, Buffon pour ne citer qu'eux) sans qu'aucun ne s'impose sur la durée et sans discussion. Navas est aussi et surtout l'une des recrues les plus utiles de QSI et rectifie à ce titre une anomalie à un poste stratégique. Sa présence a participé à rééquilibrer un collectif trop souvent porté vers l'attaque. Auréolé de son ange gardien (67% de clean sheet depuis son arrivée à Paris !), ce PSG a un atout supplémentaire et c'est précisément lui qui lui a permis d'aller plus loin en C1.
Alors est-il la meilleure recrue de l'ère QSI ? Sans doute pas. Ibrahimovic, pour la façon dont il a fait grandir le club, garde une avance certaine sur un Navas dont l'histoire avec Paris est encore un peu courte. Et il lui faudrait davantage d'accomplissements et une incarnation plus forte du projet parisien pour lui contester ce titre. Mais il reste assurément dans le top 3 des recrues les plus précieuses. A 15 millions d'euros seulement. Non décidément, son arrivée aurait mérité quelques tambours et quelques trompettes…
Ligue 1
Aucun vainqueur et zéro point : Un gel du match entre Nice et l'OM serait envisagé
07/09/2021 À 19:36
Ligue 1
Boateng à l'OL, vraiment un coup de maître ?
01/09/2021 À 23:01