Les chemins qui mènent à la Masia sont parfois tortueux. Quand les jeunes Catalans n’ont que quelques minutes de bus ou de Rodalies pour arriver à Sant Joan Despí, la route de Konrad de la Fuente pour accéder au fleuron de la formation a été plus sinueuse. Né à Miami de parents haïtiens, il pousse le ballon en football à 7 en Floride avant d’embarquer avec toute sa famille à Barcelone pour suivre son père diplomate et nommé au consulat. Le jeune Konrad a 10 ans et c’est du côté du CE Technofutbol qu’il fait ses gammes avant d'intégrer un grand de la formation “made in Catalunya” : le CF Damm, club exclusivement axé sur les catégories inférieures financé par le célèbre brasseur. Il ne lui suffira que de deux petites saisons pour être approché par le FC Barcelone.
Il faut dire que l’ailier a de quoi attirer le regard. Virevoltant, doué balle au pied, l’Américain séduit les Blaugrana et notamment Isaac García, entraîneur et recruteur comme bon nombre de techniciens de formation du Barça. Celui qui l’a fait venir chez le géant catalan se souvient de ce qui l’a séduit : "Konrad avait toutes les caractéristiques que recherche le Barça pour un ailier : dans les un contre un, les changements de rythme, les débordements sur les deux côtés, la puissance pour être supérieur dans les espaces ainsi qu’une bonne frappe de balle des deux pieds, aussi bien pour centrer que pour finir les actions". Convaincus par les qualités du xiquet, lui et Marcel Sans, autre entraineur culé, le ramènent au club en 2013 pour une aventure qui le conduira jusqu’au banc de l’équipe première et même jusqu’à la Ligue des Champions avec quelques minutes de jeu contre le Dinamo Kiev et Ferencvaros cette saison.
Ligue 1
Accusé de racisme, Costil a décidé de porter plainte
06/04/2022 À 19:30
Pourtant, malgré les compliments de Ronald Koeman, Konrad de la Fuente ne foulera pas la pelouse du Camp Nou sous les ordres du Néerlandais. L’équipe première du Barça n’est pas vraiment en manque d'ailiers, surtout que l'ex-sélectionneur des Pays-Bas a longtemps tenté de faire cohabiter Philippe Coutinho avant sa blessure, Ousmane Dembélé une fois remis sur pied, Leo Messi et Antoine Griezmann, sans oublier Francisco Trincao sur le banc. Pas de place pour lui, malgré sa présence sur le banc à 18 reprises, rien qu’en championnat. C’est donc avec l’équipe B, sous les ordres de Francisco Javier García Pimienta, que De la Fuente brillera réellement. Actif dans la qualification pour les playoffs du filial, l’Américain est devenu un acteur majeur du XI, évoluant sur son côté gauche de prédilection, mais palliant souvent les absences sur le côté droit de l’attaque.

Des qualités made in Barça !

Une polyvalence bienvenue pour son ancien coach et sans doute aussi pour Jorge Sampaoli. L’Argentin justement est-il l’homme pour faire évoluer le jeune Américain ? Pour Isaac García, tout est question d’adaptation : "Jusqu’à présent, Konrad s’est très bien adapté à toutes les positions où on lui a demandé de jouer. Je suis convaincu qu’il peut aussi bien s’adapter au 3-5-2 de Sampaoli, même s’il est certain que ce système exige énormément." Car c’est bien là que se situe l’un des axes de progression de KDLF : sa capacité à répéter les efforts de façon régulière. Pourtant, son ex-coach le garantit, il en est capable : "je ne veux pas dire qu’il ne pourra pas ou qu’il ne saura pas défendre, mais simplement que son profil est plus offensif et que s’il est libéré des tâches défensives, il aura un meilleur rendement."
Un juste milieu toujours difficile à trouver, même si Jorge Sampaoli ne s’est pas montré fermé à l’idée de modifier son système en passant à 4 en défense. Un choix important, tout comme l’approche des matchs du coach en place qui doit permettre à Konrad de la Fuente de s'insérer dans un collectif, comme le confirme Mourad Aerts, journaliste pour Football Club Marseille : "Trop souvent les coachs à l’OM oublient toute idée de jeu pour essayer d’arracher un résultat à court terme, ce qui ne met pas un jeune joueur dans de bonnes conditions pour s’épanouir et pour développer son talent."

Konrad de la Fuente et Martin Braithwaite (Barcelona)

Crédit: Getty Images

Ailier droitier qui peut évoluer sur les flancs gauche et droit de l’attaque, excellent dribbleur, Konrad de la Fuente est aussi doté d’un grande résistance physique acquise dans les rudes joutes de la Segunda B espagnole. Un apprentissage qui pourrait lui permettre d’appréhender la Ligue 1 avec un peu plus de sérénité, même si le niveau technique, tactique et la somme des efforts seront clairement supérieurs. Mais là encore Isaac Garcia n’est pas inquiet : "sur le plan physique, Konrad est très fort, dans les contacts comme dans les duels. Il est jeune mais il n’a rien à envier physiquement à des joueurs plus âgés. Il devra s’accoutumer à un rythme différent et aux aspects du jeu de Sampaoli qu’il n’a pas encore eu à explorer jusqu’à présent. Mais il a la qualité suffisante pour s’adapter très bien et très vite".

La pression olympienne ? A consommer avec modération !

Encore à l’aube de sa carrière, Konrad de la Fuente s'apprête à tenter un défi de taille : convaincre des supporters difficiles dans un environnement qui l’est tout autant. Car des faiblesses, l’Américain en a. Son réalisme face au but reste grandement perfectible et par effet domino ses statistiques aussi. La France n’acceptera peut-être pas non plus les longues périodes de baisse de niveau. Autant de progrès à faire dans un cadre parfois écrasant et asphyxiant pour des jeunes annoncés comme des cracks.
Mais la pression, KDLF comme tous les jeunes formés au Barça, la connaît depuis son plus jeune âge et Isaac Garcia le confirme : "on attend le maximum d’eux. Ils sont toujours dans les meilleures équipes et sont façonnés pour qu’ils progressent d’année en année et montent de catégorie. Chaque saison est un défi car ils savent que s’ils ne travaillent pas, ils ne poursuivront pas leur cursus dans la meilleure université du football au monde. Pour cela, je ne crois pas que la pression sera un facteur en défaveur de Konrad."
Mais attention, l’OM ou plutôt l’atmosphère qui gravite autour de l’OM peut être destructrice : Mourad Aerts étaye : "sa réussite à Marseille ne va pas dépendre que de son talent mais aussi de son adaptation. Jeté dans un pays étranger où tu ne connais pas la langue, il devra être très fort pour s'intégrer". Mais ce n’est pas la seule difficulté à prévoir pour l’ancien Blaugrana : "il va y avoir une certaine déferlante médiatique, car il aura aussi l’étiquette Barça. Il faut aussi que l’OM travaille dans sa structure d’accueil des jeunes talents étranger." Une déferlante qui pourrait précéder de grosses attentes. Isaac Garcia prévient : "il faudra être patient avec lui car il vient d’un football qui se joue seulement au Barça. Ce sera un autre pays, une autre culture, une autre compréhension du jeu."
Malgré les inquiétudes, son ancien entraîneur affirme que l’Olympique de Marseille gagne un excellent joueur : "je suis sûr que tout ira bien, l’OM réalise un joli coup !". Un joli coup qui entre dans la nouvelle approche du président Pablo Longoria, adepte de ce genre de transfert lors de son passage au Valencia CF (Koba Leïn Koindredi, Noha Ndombasi et Yunus Musah). Acheter jeune et malin pour profiter d’un top player à en devenir, avant de s’offrir une jolie plus-value est une méthode parfois controversée, mais qui peut rapporter gros. C’est aussi une nouvelle corde à l’arc olympien d’un président dont l’entente avec le Barça pourrait s’avérer profitable pour l’OM dans les années à venir.
Comme beaucoup d’autres joueurs formés à la Masia, Konrad de la Fuente a choisi, à l’aube de ses 20 ans et alors que son contrat avec le Barça court jusqu’en 2022, de tenter un défi qui ne réussit pas à tous les anciens canteranos culés : s’imposer à l’étranger ! Et comme l’Américain ne fait pas les choses à moitié, c’est dans l’environnement incandescent de l’Olympique de Marseille que le baptême du feu s’effectuera. Mais à 20 ans, rien n’est impossible, à 20 ans, on est invincible !
Ligue 1
Antonetti prend 10 matches de suspension, Verratti sera convoqué le 2 mars
23/02/2022 À 21:17
Ligue 1
Pire défense du siècle, ambiances de feu, Milik retrouvé : les tops et flops de la 23e journée
07/02/2022 À 00:25