Une conférence de presse a toujours plus ou moins un but particulier. De la présentation d'un joueur à celle d'avant-match, rares sont celles qui sont organisées pour le plaisir de parler aux journalistes. Ce mercredi, l'OM et plus particulièrement Pablo Longoria ont décidé d'innover. "Je crois que c'est sain de nous parler, d'être transparent, de parler de l'actualité du club", a ainsi expliqué le président marseillais en débarquant devant les journalistes, qui a donc accepté d'évoquer divers sujets concernant l'OM, dont notamment celui la vente du club.
En janvier, notre propriétaire a répété que le club n'était pas en vente
"C'est un sujet qui me surprend toujours, a-t-il tout d'abord expliqué. En janvier, notre propriétaire a répété que le club n'était pas en vente. Il l'a redit aux supporters. Dans mes conversations individuelles, on parle du futur. Il y a beaucoup d'intérêts de gens qui veulent nous déstabiliser. Ce sont des questions intéressées. J'ai découvert une façon de faire du business en France avec beaucoup d'intermédiaires. Quand il y a un procédé imminent de vente, normalement rien ne sort dans la presse."
Ligue 1
Le journaliste Jacques Cardoze nouveau directeur de la communication de l'OM
IL Y A UNE HEURE

Comment Sampaoli a redonné vie à l'OM

Questionné ensuite sur la santé financière de l'OM, Longoria s'est montré clair : "Tous les clubs - et pas seulement en France - sont en difficulté. La situation est encore plus compliquée en France avec les droits TV et l'insécurité sur les trois prochaines années. J'en profite pour apporter mon soutien aux salariés de Bordeaux. La situation de l'OM - un club qui a des revenus importants les jours du match - est difficile à gérer. Tous ces projets de Super Ligue... Nous nous posons beaucoup de questions sur la pérennité du football. Mais nous ne sommes pas dans une situation critique avec un propriétaire qui nous apporte tout son soutien."
Au vu du contexte économique actuel, faut-il donc s'attendre à un mercato au rabais ? "Ce n'est pas le moment de demander aux propriétaires du foot européen de faire des efforts. On doit faire avec nos possibilités, c'est aussi la responsabilité que les dirigeants doivent avoir. Nous sommes des personnes ambitieuses avec le coach", a prévenu Longoria, qui compte bien recruter "un gardien" et des joueurs "adaptés" à Jorge Sampaoli.

Longoria évoque les cas Milik, Thauvin et Kamara

Devant un président aussi ouvert à tous les sujets, les questions mercato ont fusé. Milik ? "On a le contrôle. C'est un joueur de l'OM avec une formule qui me prendrait la journée à expliquer. C'est un prêt avec obligation d'achat et des paiements qui, s'ils font faits, feront de lui un joueur de l'OM. Il n'y a pas de possibilité qu'il retourne à Naples", a-t-il répondu. Thauvin et Amavi ? "On discute et c'est un signe positif. Je suis plutôt positif mais la situation sur les joueurs en fin de contrat en Europe est très compliquée avec des salaires qui vont baisser", a rétorqué le président marseillais. Avant d'évoquer le possible départ de Boubacar Kamara.
"Nous n'avons pas une protection totale avec son contrat jusqu'en 2022, a reconnu Longoria. On parle avec son entourage, qui assure qu'il est concentré sur bien finir la saison. On va étudier la question de prolonger. Le marché est très compliqué. Notre intention est de continuer à parler avec lui, à trouver la meilleure des solutions et ça passe, pour nous, par la volonté de prolonger ce type de contrat."
Ligue 1
Le PSG fait son entrée dans le Top 50 des franchises les plus puissantes au monde
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Rachat des Girondins : Un cinquième projet mené par les dirigeants du Biarritz Olympique
IL Y A 3 HEURES