Mauricio Pochettino avait plein de bonnes raisons d'expliquer la soirée plutôt insipide du PSG à Lyon ce dimanche (1-1). L'épidémie de Covid-19, qui l'a privé de joueurs essentiels (Messi, Di Maria), et la CAN, qui mobilise notamment Gueye et Hakimi, en font partie. Mais le coach parisien n'a pas cherché de porte de sortie. Il l'a reconnu, son équipe n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour venir à bout de vaillants Lyonnais.
"On a eu beaucoup de difficultés en première période, dans la circulation du ballon. On a été lents, a reconnu le coach argentin en conférence de presse. Nous avons encaissé un but rapidement. Lyon jouait très bas et nous laissait peu d'espaces. Nous avons aussi commis des erreurs qui leur ont donné des chances de nous contrer."

Le podium s’est-il définitivement envolé pour l’OL ?

Ligue 1
Le triplé après la prolongation : soirée de rêve pour Mbappé et le PSG
IL Y A 26 MINUTES

Pochettino : "C'est difficile de parler de progression"

Alors qu'il conserve onze points d'avance en tête de la Ligue 1 sur le commun des mortels, le PSG n'a pas franchement à s'inquiéter du nul concédé à Lyon. Le seul rendez-vous qui l'importe aujourd'hui, c'est son 8e de finale de Ligue des champions face au Real Madrid. A un peu plus d'un mois de l'échéance, cette prestation doit en revanche l'interroger sur sa capacité à renverser l'une des meilleures équipes de la saison. "On sera prêts, a promis Marco Verratti dans les couloirs du Groupama Stadium. Le meilleur moyen d'être dans de bonnes conditions face au Real, c'est de chercher à s'améliorer." Difficile de donner tort à l'Italien.

Kylian Mbappé face à l'OL

Crédit: Getty Images

Mais force est de constater que le PSG, si moyen cette saison, n'affiche pas de spectaculaires progrès. Pour éviter un débat dans lequel il sait pertinemment que ses arguments auront du mal à trouver un écho, Pochettino a, là, sorti le parapluie à excuses : "C'est difficile de parler de progression, surtout dans les circonstances actuelles avec le Covid qui rend la situation instable." L'Argentin a raison mais même au complet à l'automne, Paris n'arrivait pas à convaincre. Rare satisfaction de ce début d'année, la classe biberon, déjà à l'aise en Coupe de France, a rappelé dans la Rhône qu'elle pouvait dépanner.
"Nos changements ont été réalisés avec l'objectif d'apporter de la fraîcheur, a reconnu Pochettino. Nous sommes contents parce que les remplaçants ont apporté l'enthousiasme dont nous avions besoin. Xavi (Simons), Edouard (Michut) ou Thilo (Kehrer) ont participé à l'action du but de l'égalisation." De l'enthousiasme et de la personnalité. Tout ce qu'il a manqué à Paris jusqu'à la 69e minute. Le PSG s'en est sorti certes mais le chantier n'a pas bougé d'un pouce.
Transferts
Cas Mbappé - La Liga "va porter plainte contre le PSG devant l'UEFA" et d'autres instances
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Il reste !
IL Y A 2 HEURES