Des retrouvailles rêvées ! Bruno Genesio a vécu une soirée idyllique pour son premier match face à Lyon, son ancien club. Dimanche, son équipe de Rennes a signé une prestation de haut niveau pour l'emporter largement (4-1) face à une formation lyonnaise apathique et incapable d’éviter un naufrage mérité. Une correction dans les grandes largeurs qui n'a rien d'anodin pour l'entraîneur rennais, près de deux ans après avoir été remercié par Lyon où il était parti sous le feu des critiques de la part de certains supporters. Mais aussi d'observateurs.
Forcément après une telle démonstration, Bruno Genesio n'a pas boudé son plaisir devant les micros. En conférence de presse, il a cependant d'abord refusé de parler de "revanche". "Je suis content parce qu'on a gagné, on continue d'avancer, mais il n'y a pas de revanche particulière ou de joie plus intense parce que c'était Lyon. C'était un match à gagner, on l'a fait et avec la manière", a lancé le technicien évoquant surtout "l'état d'esprit exceptionnel" de ses protégés. Mais quelques minutes après en zone mixte, l'ancien coach de Beijing Guoan a quand même profité de l'occasion pour mettre les points sur les i.
Ligue 1
Rennes relancé, Marseille en danger : cette fois, les dynamiques sont inversées
HIER À 23:15

Bruno Genesio, le coach du Stade Rennais

Crédit: Getty Images

Ce n'est pas par rapport à mon ancien club
S'il disait avant la rencontre avoir "digéré", Bruno Genesio a visiblement encore en travers de la gorge certains épisodes de son aventure sur le banc de Lyon où il s'était installé dans le costume de numéro 1 en décembre 2015. "Certains qui m'ont bien asticoté pendant mes trois ans et demi vont peut-être pouvoir se remettre en question. Et ce serait bien. Comme on le fait même si on accepte la critique", glisse celui qui était surnommé ironiquement "Pep Genesio" sur les bords du Rhône dans des propos repris par L'Equipe.
Attention cependant, ce n'est pas l'OL et son institution qu'il a dans son viseur. "Ce n'est pas par rapport à mon ancien club. J'ai beaucoup trop de respect pour ce club. Pour les gens qui y travaillent, pour le président. Il n'y aucun sentiment de revanche. Juste la satisfaction d'avoir fait un très bon match", explique ce Lyonnais d'origine, qui n'oublie pas le passé. Car son passage sur le banc lyonnais n'est finalement qu'une parenthèse de son histoire avec les Gones.
Ce serait bien qu'ils s'offrent une petite remise en question personnelle pour certains
Avant, Genesio avait porté le maillot de l'OL comme joueur. Et était revenu en 2005 dans le staff lyonnais pour s'occuper des jeunes avant de devenir adjoint de Rémi Garde puis d'Hubert Fournier. Et donc de prendre les rênes de l'équipe phare. Les "moments difficiles" qu'il a pu connaître comme entraîneur n'effacent pas tout cela. Il garde par exemple un respect sans faille pour Jean-Michel Aulas qui l'a longtemps soutenu et qu'il qualifie de "meilleur président de toute l'Europe".
Alors, ce petit plaisir de s'offrir Lyon avec une telle leçon trouve son origine ailleurs : "Je pense que la critique a dépassé les bornes à certains moments quand j'étais à Lyon. Et je ne parle pas des supporters. Mais de certains observateurs", précise celui qui avait quitté l'Olympique lyonnais à l'issue de la saison 2018/2019, sous la pression répétée des ultras. "Certains observateurs qui je pense ont participé à un bashing pendant mes trois ans et demi à Lyon parfois mérité, parfois immérité. Ce serait bien qu'ils s'offrent une petite remise en question personnelle pour certains ". Qu'il se rassure. Après la soirée de dimanche, certains vont sûrement se poser quelques questions dans le Rhône.
Ligue 1
Nantes refroidi à Lyon
HIER À 20:52
Ligue 1
Rennes enfonce l'OM et rêve encore de C1
HIER À 20:51