On lui promettait une mort certaine, avec le Covid et Mediapro comme croque-mitaines de première classe pour organiser les funérailles. Voici pourtant la Ligue 1 pleine de vitalité, comme régénérée par les soubresauts passés. Au fond, notre championnat n'est jamais là où on l’attend, et c’est ce qui fait parfois son charme. Jamais là où on l’attend parce qu’en cette saison 2021-2022, les grands clichés ont fini par valdinguer.
La Ligue 1 s’affaiblit été après été ? Hormis Camavinga, Depay, Thauvin et Maignan, la Ligue 1 n’a perdu aucune figure de proue et a accueilli Messi, Donnarumma, Boateng, Shaqiri, Ramos, Under ou Hakimi. La balance penche assez nettement d’un côté et si le Covid a eu une vraie conséquence pour nos clubs français, c’est d’avoir empêché les plus riches de venir les piller comme à l’accoutumée.
Ligue 1
Mbappé invisible, Icardi oublié : La DTA s'explique sur les buts controversés du PSG face à Angers
IL Y A 23 MINUTES

Onze effrayant vs équipe presque banale : pour une fois, la L1 sort grandie du mercato

La Ligue 1 est ennuyeuse et défensive ? Elle n’a offert après 5 journées qu’un seul petit 0-0. Elle tourne à une moyenne de 3 buts/match (2,98) et regarde enfin dans le blanc des yeux la Bundesliga (3,17), la Serie A (3,17), la Premier League (2,7) et la Liga (2,32).
La Ligue 1 n’est qu’un repère de coachs frileux et trop franchouillards ? Elle s’est surprise à voir Gérald Baticle devenir apôtre du beau jeu avec Angers, elle s’est habituée à prendre rendez-vous pour les matches du Lens de Franck Haise, elle découvre avec envie Laurent Battles et Pascal Gatien et continue d’écouter attentivement les conférences de presse de Frédéric Antonetti et Christophe Galtier, au moins autant pour les personnages que pour ce qu’ils ont à dire.
La Ligue 1 ne réussit pas aux entraîneurs étrangers ? Si Mauricio Pochettino et Niko Kovac font désormais presque figure d’anciens, l’adoption quasi-instantanée de Peter Bosz à Lyon et la fusion née du mariage Marseille-Sampaoli tendent à infirmer la thèse de "l’homme du cru" pour relancer des dynamiques positives.

Jorge Sampaoli lors du match opposant l'Olympique de Marseille à Bordeaux, le 15 août 2021 en Ligue 1

Crédit: Imago

La Ligue 1 est dépourvue de joueurs créatifs et emballants ? Dimitri Payet, Lucas Paqueta, Aouar, Messi, Neymar, Mbappé, Diop, Savanier, Boulaya, Faivre, Fulgini, Kakuta, Blas, Boufal, Doku ou Golovin sont autant de bonnes raisons de croire au grand frisson.
Si ce retour à l’anormal vous effraie, rassurez-vous, les marqueurs du passé sont encore présents pour certains. Côté pile, la Ligue des talents continue de faire honneur à son nom en laissant deviner des potentiels qu’on a hâte de voir confirmer (Cho, Cherki, Sarr, Kebbal, De la Fuente, Sulemana). Côté face, des clubs historiques aux projets bancals sont pénalisés d’avoir pris le football français, et ses racines, de haut.

Combien de projets intrigants voire carrément excitants ?

Dans ce paysage, l’émoi vient aussi dans le nombre. Derrière le PSG et son projet déraisonné et déraisonnable, on trouve de tout. Un OM qui imite l’OL avec une science du scouting qui semble se marier parfaitement avec la folie d’une ville et d’un Sampaoli déjà comme chez lui. Un OL qui garde ses précieuses pépites et les entourent de CV plus épais que tout le football français de club. Des Aiglons aux ambitions affirmées et à l’effectif affuté. Des Bretons qui claquent 80 millions en l’espace d’un été pour (re)lancer les bases d’une nouvelle histoire. Des Monégasques qui construisent plutôt que rebâtissent. Et même des Strasbourgeois qui misent sur un coach français en devenir avec des armes à lui offrir. Au fond, combien de projets intrigants voire carrément excitants ?
Comme si cela ne suffisait pas, on a aussi retrouvé de la vie dans nos stades chéris, avec des éruptions dont on se serait passé mais des sonorités qui nous avaient franchement manquées. De Bollaert à Geoffroy-Guichard en passant par le Vélodrome, la Ligue 1 a retrouvé une partie d’elle-même et un fragment d’âme qu’on ne veut plus voir partir.
Alors, profitez. C’est bien connu, la grande faucheuse vient toujours réclamer son dû et tôt ou tard, certains finiront par être vaincus. Parce que les caisses sont toujours aussi vides, les ventes toujours aussi vitales et les projets toujours aussi dépendants du résultat final. Au fond, cette édition 2021-2022 offre une parenthèse inattendue et un sursis appréciable. Après cela, elle devrait de nouveau être emportée par le tourbillon de la vie. Cette L1, on l’a connue, on ne l’a franchement pas reconnue et, croyez-nous, on ne va pas la perdre de vue.

L'ambiance dans le Chaudron face à Lille

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Nice sera encore privé de Stengs face à l'OM
IL Y A 26 MINUTES
Ligue 1
Un mois sans Verratti : la tuile pour Paris
IL Y A 3 HEURES