Marseille aura attendu la 37e journée pour remettre son destin entre les mains d'un autre. En s'inclinant à Rennes (2-0) samedi dernier, l'OM a pris le risque de s'exposer à un été beaucoup plus pénible que prévu. Entre une qualification directe pour la phase de groupes de la prochaine Ligue des champions, privilège de la deuxième place du championnat, et un ticket pour le tour préliminaire, offert par la troisième, les perspectives sont bien différentes. Le club phocéen avait besoin de certitudes et d'un peu de tranquillité. S'il ne parvient pas à retrouver samedi la position qu'il occupait depuis plus de deux mois, il n'aura ni l'un ni l'autre.

Mbappé, Payet, Dante : Notre équipe-type de la saison 2021/22 de L1

Ligue 1
Pochettino n'a rien osé
IL Y A 12 HEURES
La dernière marche du podium est l'assurance de vivre un mois d'août conditionnant toute la saison. "Il y aura des différences pour la planification, expliquait Jorge Sampaoli avant le déplacement en Bretagne la semaine dernière. Ce serait super de terminer deuxième, un peu plus dur d'être troisième avec les barrages...". En l'état, l'OM disputerait deux à quatre matches supplémentaires en août (les matches aller et retour du 3e tour de qualification, puis les barrages aller et retour). Ce supplément n'est certainement pas négligeable sur le plan physique, les joueurs n'ayant pas tout à fait terminé leur préparation à cette période de l'année.

Longoria n'aura pas les coudées franches

Jorge Sampaoli et son préparateur physique historique Pablo Fernandez ont d'ailleurs l'habitude de compacter une grande partie de cette montée en régime avant les premières échéances, afin de n'effectuer que des séances avec ballon ensuite. Cette saison, la méthode a plutôt bien fonctionné et permis à l'OM de conserver une forme de régularité malgré un effectif jugé restreint par le coach argentin et la blessure de Dimitri Payet dans le sprint final. L'équation ne devrait pas être radicalement différente lors du prochain exercice : le club va perdre de nombreux joueurs en raison de départs (Kamara ? Milik ?) ou de retours de prêt (Saliba ?).
Renforcer l'effectif quantitativement et qualitativement, en tenant compte de sa toujours très fragile situation financière, apparaît utopique. D'autant qu'une troisième place finale rendrait encore la tâche de Pablo Longoria encore plus complexe. Condamné à faire des miracles avec des moyens restreints, toujours sous la menace de la FIFA, l'homme fort du recrutement marseillais devra redoubler d'ingéniosité.

Une saison en enfer : de Costil à Yilmaz, le onze des naufragés de la L1

À la fois pour convaincre les potentiels renforts sans pouvoir avancer avec certitude l'argument d'une participation à la C1, et pour négocier sans véritablement connaître ses possibilités financières, puisqu'une qualification pour la phase de groupes offre plusieurs dizaines de millions supplémentaires. S'il se qualifie pour les barrages, l'OM saura s'il participe à la C1 ou à la C3 quelques jours seulement avant la fermeture du mercato estival, le 1er septembre prochain.

Un demi-échec pour Sampaoli

Longoria, qui a d'ores et déjà entamé des manœuvres pour attirer des joueurs cet été, pourrait donc lui aussi devoir tout revoir. "On connaît les besoins du club, lâchait Sampaoli au moment d'évoquer l'importance de la deuxième place, la semaine dernière. La C1 est importante pour le club, pour ses finances, les supporters, les joueurs. Cela peut changer beaucoup de choses pour les hommes qui sont dans ce projet." Y compris... lui-même. Lié à l'OM jusqu'en 2023, l'Argentin n'a toujours pas prolongé et il est encore difficile de savoir si une troisième place finale, qui constituerait un demi-échec, pèsera dans la décision de poursuivre l'aventure au-delà de cet été. Une quatrième place rendrait l'issue... plus évidente.
La semaine dernière, le coach de 62 ans avait laissé entendre qu'elle pourrait avoir un impact. "On va discuter avec le président sur ce qui sera le meilleur pour nous deux, a-t-il confié. Ce que le club peut m'offrir, ce que je peux lui offrir. [...] Le président mérite une décision sincère." Samedi, après la défaite au Roazhon Park, Sampaoli a admis "avoir eu une part de responsabilité dans ce qui s'est passé." Preuve que pour lui aussi, la suite des événements n'est peut-être plus aussi évidente qu'elle ne l'était il y a quelques semaines encore.

"Cela ne va plus tarder" : Mbappé promet un verdict "avant" l'équipe de France

Ligue 1
Mertens, Simeone… Tudor en approche, l'OM regarde vers l'Italie
HIER À 17:21
Ligue 1
Tudor d'accord avec l'OM : ce qu'il faut savoir sur le futur coach de Marseille
02/07/2022 À 12:42