Il ne s'agissait pas d'un vaccin, mais Amine Gouiri a plutôt bien réagi à la piqûre. Quelque peu chahuté par Christophe Galtier au mois de décembre dernier, alors qu'il avait réussi une première partie de saison très convaincante dans le jeu et les chiffres, l'attaquant a retrouvé le rythme qui doit être le sien pour débuter l'année. Très actif à Brest (0-3), passeur décisif pour Andy Delort et auteur d'un superbe but en fin de match, l'ancien Lyonnais a démontré, de nouveau, qu'il était le plus indispensable des nombreux joueurs offensifs à disposition de l'entraîneur niçois.
Quatrième joueur le plus décisif de Ligue 1 cette saison avec 9 buts et 5 passes décisives (seuls Mbappé, Ajorque et Payet le devancent), Gouiri avait surtout subi, avant la trêve, l'exigence de Galtier. "Il n'a pas le sourire, et heureusement, avait alors justifié l'ancien coach du LOSC. Mais c'est aussi ça l'apprentissage du très haut niveau. C'est de se dire : 'si je n'ai pas démarré à Paris, c'est que je n'ai pas tout bien fait.' Même s'il reste le meilleur buteur de l'équipe et qu'il est très efficace." En réalité, le technicien marseillais avait utilisé les deux matches face au PSG et Strasbourg pour écarter l'excès de confiance.
Ligue 1
Nice solide dauphin
HIER À 13:50

Galtier a remis un petit coup de pression

L'importance du joueur à la construction et à la finition ne devait surtout pas le décharger de l'effort défensif. D'où le souhait de "donner un petit coup de tournevis", comme l'avait expliqué 'Galette' début décembre. "Il y a ce que j'attends aussi du comportement collectif, que ce soit avec ou sans ballon", avait-il fini par admettre.
Le coach des Aiglons n'avait de toute façon pas besoin de le préciser, puisqu'il est bien difficile de reprocher autre chose à l'attaquant de 21 ans. Dans le jeu, le talent et les inspirations de Gouiri font toujours d'énormes différences. À l'aise dans le dernier geste, brillant entre les lignes, bon dribbleur et excellent pour ouvrir des brèches, l'ancien Lyonnais est un profil comme on en trouve peu en Ligue 1. De loin, ses qualités lui permettent de jouer sur deux tableaux, celui des meilleurs buteurs et celui des meilleurs passeurs.

Gouiri joue sur deux tableaux

De près aussi : il est, derrière Moses Simon, l'attaquant qui réussit le plus de passes amenant un tir (37). Mais il est aussi le quatrième joueur exécutant le plus de dribbles (8) avant un tir, derrière le monstre Kylian Mbappé (12) et les vrais spécialistes de l'exercice, Sofiane Boufal (10) et Denis Bouanga (9). À l'arrivée, seuls Dimitri Payet (115) et Benjamin Bourigeaud (87), deux distributeurs de caviars, créent plus d'actions débouchant sur une frappe que lui (78) en Ligue 1.

Pourquoi Depay pourrait repartir aussi vite qu'il est arrivé au Barça

L'international espoirs est donc indispensable à l'OGCN, tant pour le rendement global que pour celui de ses compères d'attaque. Si le duo qu'il forme avec Kasper Dolberg est convaincant à défaut d'être toujours efficace - le binôme avait bien fonctionné à Rennes notamment - son entente avec Andy Delort est, elle, vite devenue naturelle et évidente. Sur les cinq passes décisives qu'il a délivrées en championnat, trois ont d'ailleurs profité à l'ancien de Montpellier. Gouiri est associable à n'importe qui. Mais ça, Galtier ne s'en est jamais inquiété.
Ligue 1
Ces Aiglons font de solides dauphins
14/01/2022 À 21:49
Ligue 1
Pas de but, beaucoup de blessés : première morose pour Clément
09/01/2022 À 17:51