C’était il y a un mois et demi. L’AS Monaco était seulement 8e de Ligue 1, à égalité de points avec l’OL, 10e. Le tout à la veille de recevoir le PSG, qui pouvait mettre un sévère coup aux ambitions d’Europe des Monégasques. Mais le leader a pris une correction (3-0) et le Rocher s’est relancé. Forts de six victoires de suite - meilleure série en cours dans les cinq "grands championnats" -, les hommes de Philippe Clement sont de sérieux candidats au podium.
En conférence de presse, vendredi, l’entraîneur belge a avoué que le poncif "match après match" avait été difficile à appliquer à ses joueurs, lorsqu’ils étaient aux portes du bon wagon. "J’ai le sentiment que mon équipe est prête pour le sprint final. Avant, nous regardions un peu trop le classement mais désormais nous nous concentrons uniquement sur nous-mêmes, sur ce que nous pouvons contrôler", s’est-il satisfait, avant la réception du SCO, dimanche (15h).
Ligue 1
Fabregas, trois ans et demi pour quoi ?
18/06/2022 À 10:35

Le plein de confiance face à Paris

Benoît Badiashile a pour sa part confirmé l’aspect "tournant" du 3-0 infligé aux Parisiens : "Le match face au PSG nous a donné énormément de forces et nous sert de référence." Ont suivi des rencontres face à des équipes qui jouent le maintien (Metz, Troyes, Saint-Etienne) ou l’Europe (Rennes, Nice), avant Angers, qui appartient à la première catégorie. Pas de demi-mesure dans le pedigree de l’adversaire, ni dans le résultat, donc, avec six succès de rang pour Monaco.
"Ces victoires nous apportent de la confiance et nous allons essayer de reproduire ce que nous avons fait lors des semaines précédentes", poursuit le défenseur central de 21 ans, déjà dans sa quatrième saison en Ligue 1. A Monaco, Badiashile n’est pas le seul joueur de moins de 23 ans qui a un rôle majeur. "Le coach est toujours calme, optimiste et positif. C’est ce dont nous avons besoin car notre effectif est assez jeune", note-t-il.

Kevin Volland fête son but lors de Monaco - PSG (3-0) en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Tchouaméni, Vanderson… des absents de marque

Deux des plus prometteurs joueurs monégasques manqueront à l’appel lors de la 35e journée : Aurélien Tchouaméni et Vanderson, dont la montée en puissance est un facteur majeur dans la bonne dynamique du club de la Principauté. Ils sont suspendus, tout comme Axel Disasi. Clement a tenté de minimiser l’impact de ces absences : "Cela ne change pas beaucoup de choses sur le plan du système, c’est simplement une opportunité pour d’autres joueurs."
"Il y a des joueurs qui se battent chaque jour à l’entraînement pour gagner leur place. Je n’ai pas d’inquiétude sur le fait qu’ils seront performants" assure Badiashile, reconnaissant tout de même : "C’est toujours embêtant quand nous avons des joueurs importants qui ne sont pas là." Surtout quand la perspective du retour d’un monstre d’expérience s’évapore.

La rechute de Fabregas, l’éveil de Boadu

Seulement crédité de cinq matches avec l’équipe première cette saison, Cesc Fabregas effectuait son retour le week-end dernier, avec la réserve, face à Aubagne. Un retour en grande pompe, au Stade Louis-II. Blessé à une cheville, l’ancien joueur d’Arsenal, du Barça et de Chelsea a quitté le terrain après 40 minutes. "Il a reçu un coup, il en a encore pour trois semaines", a déploré Philippe Clement ce vendredi, concernant son milieu de 34 ans.
Le technicien pourra en revanche compter sur Myron Boadu (21 ans), recruté cet été et en manque de réussite sous Niko Kovac. Avec trois buts lors des cinq dernières journées, l’attaquant néerlandais est un précieux joker. "Il a beaucoup progressé physiquement lors des derniers mois, il digère mieux les charges de travail aux entraînements, et il en redemande même parfois", sourit Clement, qui ajoute que la barrière de la langue a impliqué un temps d’adaptation pour son joueur.

Louis-II, derrière les moqueries, les stats

Doublure du prolifique capitaine Wissam Ben Yedder (20 buts en 33 matches de L1 cette saison), Boadu a trouvé la faille à six reprises, toutes compétitions confondues. Mais toujours à l’extérieur, dont une fois lors du match aller, remporté à Angers (1-3). Prochaine étape : achever de conquérir le public monégasque avec un but au Stade Louis-II. Une enceinte souvent raillée pour son faible taux de remplissage, mais où Monaco maintient la cadence.
L’ASM est 4e de Ligue 1 à l’aube de la 35e journée. Une place alors occupée dans le classement "extérieur" et "domicile". L’OM, le RC Lens ou encore l’OGC Nice font moins bien à la maison. Avant le derby d’il y a dix jours, le Niçois Andy Delort avait ironisé : "On veut voir un stade Louis-II plein… de Niçois, évidemment. Il l’est rarement, sinon." Résultat : 1-0 pour les locaux. Dimanche, quelques sièges jaunes seront probablement visibles en Principauté, mais ça n’empêchera peut-être pas Monaco de s’assoir sur le podium en fin de saison.

La joie de Kevin Volland, Ismael Jakobs et Myron Boadu lors de la victoire de Monaco sur la pelouse de Saint-Etienne en Ligue 1, le 23 avril 2022

Crédit: Imago

Transferts
Plus de 100 millions : Tchouaméni est-il surpayé par le Real ?
08/06/2022 À 13:19
Transferts
Tchouaméni au Real, le renfort idéal ?
24/05/2022 À 16:22