Leader du championnat avec la bagatelle de 12 points d’avance, le PSG a accueilli Bordeaux, lanterne rouge, ce dimanche, pour tenter de continuer son chemin vers un 10e titre de champion de France. Mais l’important n’était pas là pour les supporters parisiens. Bien au contraire. Et ces derniers avaient prévenus : le Collectif des ultras du Paris Saint-Germain (CUP) a appelé ce samedi à la "démission" de la direction de leur club pour la première fois depuis l'arrivée des Qataris en 2011. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont joint les actes à la parole.
Sorti des vestiaires dans un premier groupe, Kylian Mbappé, comme à son habitude, a été fortement applaudi par les supporters parisiens. Il faut dire que le champion du monde français n’a personnellement rien à se reprocher sur ses prestations en huitième de finale aller (1-0) et retour (1-3) face au Real Madrid. Mais que penser de ses deux compères d’attaque, Lionel Messi et Neymar ? Lors de leur entrée sur la pelouse du Parc des princes, les deux stars internationales n’ont pas pu passer à côté de la bronca à leur encontre qui venait des tribunes.
Ligue 1
Mbappé : "C’est le projet du club, pas mon projet"
24/06/2022 À 19:34

Mbappé et le reste du monde

Une situation inédite à domicile. Particulièrement ciblés, au même titre que leur entraîneur argentin Mauricio Pochettino durant la présentation des équipes, ces deux-là ont été sifflés lors de chacune de leurs touches de balle, rendant logiquement leurs décisions compliquées. Alors que les Girondins ont été à deux doigts d'ouvrir le score dès les premières minutes de jeu, un silence de cathédrale se faisait ressentir sur la pelouse, comme si rien ni personne ne pouvait rendre le sourire à ces supporters déçus. "De moins en moins amoureux du club", "certains joueurs n’ont plus leur place", "les saisons se répètent", "tout simplement déçu et dégoûté", pouvait-on entendre aux abords du stade.

Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Mais c'était sans compter l'inévitable chouchou du Parc, Kylian Mbappé. Plus que pressenti pour rejoindre les rangs du Real Madrid dès cet été, l'attaquant prodige a été à la conclusion d'une belle action éclair pour ouvrir le score d'une frappe sèche du pied droit (1-0, 24e). A ce moment-là, d’un seul homme, ses supporters l'ont ovationné. Comme pour lui susurrer que, quelle que soit sa décision, lui serait pardonné.
Comme on pouvait s'y attendre, cette explosion de joie depuis les tribunes n'a été que de courte durée. Entre les "Président démission !" et quelques banderoles hostiles, dont celle-ci : "Mbappé à Paris, Leonardo au pilori", les sifflets ont continué à faire trembler les tympans des joueurs parisiens, qui n'étaient encore qu'au début de leur très longue après-midi.

Neymar buteur, les Ultras n’en démordent pas

Pour continuer à montrer son mécontentement, la majeure partie du virage Auteuil a décidé de quitter son siège avant la pause, rendant l’ambiance encore plus morose. Interrogé par PrimeVideo juste avant de rentrer des vestiaires, Georginio Wijnaldum, passeur décisif, a donné son ressenti : "D’habitude, l’atmosphère est différente, les supporters nous soutiennent. Mais là, ils sont énervés après notre match de Ligue des champions. Ils s’expriment, c’est comme ça. Pour nous, c’est très important qu’ils soient de notre côté, mais je peux comprendre leur énervement".
Alors que la seconde période avait débuté sur un rythme lambda et sans aucun engouement, chant ou émotion, parfaitement lancé par Messi malgré les sifflets à son encontre, Hakimi a adressé une superbe passe à ras de terre en direction de Neymar, qui a doublé la mise d’un petit ballon piqué (2-0, 52e). Réaction du Parc des Princes ? Des cris hostiles accompagnés de sifflets encore plus bruyants, fermant totalement le visage de l’international brésilien, incapable d’esquisser le moindre petit sourire. Frustré et certainement dépité par son traitement, Neymar a été à deux doigts de passer ses nerfs sur Kwateng, mais monsieur Letexier l’en a rapidement dissuadé.
Amorphe, Bordeaux a semblé à son tour tétanisé par l’ambiance morbide de la pelouse parisienne. Récupérant un tir de Neymar contré, Leandro Paredes en a profité pour ouvrir son compteur de but en championnat d’une frappe sous la transversale, provoquant l’exaltation générale de ses supporters (3-0, 61e). Avant que ces derniers ne se taisent à nouveau jusqu'au coup de sifflet final, totalement indifférents. Vous l’aurez compris : les seuls joueurs visés lors de ce "match d'après" ont été Lionel Messi et Neymar. Reste à savoir combien de temps cela durera, et si les dirigeants du Paris Saint-Germain en tireront des conclusions.
Mais, comme l'a indiqué Presnel Kimpembe à la fin de cette rencontre si particulière, c'est également à tout l'effectif parisien de prouver que le message est passé : "Il y a eu des sifflets. Il faut désormais relever la tête, on est tous fautifs de cette situation. A nous de montrer qu'on est des compétiteurs".

Neymar et Wijnaldum

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Des joueurs en échange ? Pour Galtier, Nice a fixé son prix, Paris négocie
19/06/2022 À 06:46
Ligue 1
Le 4-4-2 de Galtier serait-il transposable au PSG ?
16/06/2022 À 21:40