Ils l’attendaient, ils ont fini par la décrocher. Après quatre matches sans victoire à domicile, les Troyens ont arraché les trois points au stade de l’Aube face à Nice lors de la 10e journée de Ligue 1. Les joueurs de Laurent Batlles ont pris des Niçois décevants à la gorge dès l’entame de match. Plus dangereux sur leurs offensives, plus tranchants, les coéquipiers de Mama Baldé, unique buteur de la partie (4e), se donnent de l’air par rapport à la zone rouge. Pour les Aiglons, cette défaite ressemble à un coup d’arrêt.
Le 28 avril 2018, l’ESTAC remportait son dernier match à domicile dans l’élite face à Caen (3-1). Trois ans et demi plus tard, elle en a remporté un nouveau. En battant une équipe de Nice quasi inoffensive, Troyes a stoppé une série négative devant son public. Et les hommes de Laurent Batlles y ont ajouté la manière.
Ligue 1
Galtier prévient : "J’ai la possibilité de changer certaines choses… et je vais le faire"
IL Y A 4 HEURES
Enthousiasmants au début de chacune des deux périodes, les Troyens ont su alterner les phases de pressing haut pour gêner la relance niçoise et de bonnes séquences défensives. Une tactique rendue idéale par l’ouverture du score précoce de Baldé (4e). Servi sur un plateau par Biancone, après une talonnade superbe de Ripart, le Guinéen a inscrit son deuxième but de la saison.

Première pour Rami avec Troyes

Bien en place derrière, les Troyens n’ont pas dérogé à leurs principes de jeu. Touzghar s’est logiquement vu refuser un but magnifique d’une subtile talonnade avant la pause (39e) et a buté sur Benitez au retour des vestiaires (49e). Ils ont aussi pu compter sur un soutien presque inattendu. Sur le banc au coup d’envoi, Adil Rami a vite pris part à la bonne performance collective troyenne. Rentré à la 27e minute de jeu, le champion du monde 2018 a vite été mis à contribution dès l’instant où les Niçois ont mis le pied sur le ballon. Globalement en jambe, vigilant dans les duels, le défenseur de 35 ans a réalisé une prestation encourageante pour sa première sous son nouveau maillot.
Les Niçois, bien qu’apathiques offensivement, à l’instar du manque de repères collectifs entre Delort et Dolberg à la pointe de l’attaque azuréenne, peuvent toutefois regretter un penalty non sifflé sur Hichem Boudaoui juste avant la pause. Mais ils n’ont globalement pas mérité davantage dans le contenu. Seule l’entrée de Gouiri (56e) a fait un temps souffler un vent de fraîcheur avec deux occasions (58e, 60e), bien vite retombé.
Au classement, Nice reste provisoirement 3e avec 16 points mais est désormais sous la menace de Marseille, qui accueille Lorient à 21h. Pour les Troyens, cette victoire ressemble à une véritable bouffée d’air, tant sur le plan comptable que collectif. L’ESTAC compte provisoirement trois points d’avance sur la zone rouge et grimpe à la 16e place.

Kasper Dolberg (Nice) contre Troyes / Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Payet, le match d'après
IL Y A 4 HEURES
Ligue 1
Nice tombe de haut
IL Y A 5 HEURES