Soupe à la demi-grimace chez le champion de France. Malgré son succès lors du Trophée des champions face au PSG fin juillet, qui semble appartenir à un lointain passé, le club nordiste n'a toujours pas réussi à assembler tous les câbles de sa machine en ce début de saison. Mauvaise coordination collective, fébrilité défensive, maladresse offensive, cadres loin de leur niveau, moral en berne : le derby perdu face au RC Lens (1-0) a confirmé tous les maux observés depuis un mois et demi chez les Nordistes. Le revers subi à Bollaert a même renforcé ces derniers, comme si le LOSC s'enfonçait inéluctablement vers une énorme crise sportive.
Battu à Lorient (2-1) il y a huit jours, incapables de battre un Wolfsburg bien prudent en Ligue des champions (0-0), et battu à nouveau en Ligue 1 ce samedi, Lille continue d'inquiéter. Sur la pelouse lensoise, la maladresse offensive, notamment celle d'un Burak Yilmaz loin de son niveau d'il y a quelques mois, a fortement marqué. Le sentiment d'impuissance général a été plus marquant. Comme si la belle mécanique du LOSC "champion" perdait des boulons. Dans ce derby du Nord, il y avait une équipe heureuse d'être là, Lens, et une autre qui n'avait pas envie de jouer, et surtout pas envie d'être là, Lille.
Ligue 1
Lille se rate encore
IL Y A 6 HEURES
Curieusement, le seul qui pense positif en ce moment du côté des Dogues, c'est son entraîneur. Fortement critiqué par les supporters - certains appellent même à sa démission sur les réseaux sociaux - Jocelyn Gourvennec apparaît déjà comme un capitaine de navire esseulé. Ce qui ne l'a pas empêché de tirer un bilan positif de la défaite subie face au RC Lens. Voir le positif dans le - très - négatif, c'est aussi une façon de protéger ses hommes sur le plan psychologique.
"On a répondu présent dans un match à haute intensité. Lens a l'habitude de mettre beaucoup d'intensité, de pressing, et on s'est bien organisés pour ne pas se mettre sous pression", a observé le technicien au sujet de ce match très rythmé, parfois heurté, mais jamais maîtrisé par Lille. "On a été cohérents, comme il y a quelques jours contre Wolfsburg. Nous avons été bien dans cette envie d'être équilibrés défensivement. Je trouve la défaite sévère, car on n'a quasiment rien concédé. Nous sommes battus sur une demi-occasion. On peut s'en vouloir de ne pas avoir ouvert le score."

Comptablement, le LOSC est (déjà) à la croisée des chemins

S'il y a une question qui fâche en ce moment à Lille, c'est le maintien du système en 4-4-2, héritage de Christophe Galtier. Si le bébé de "Galette" avait proposé un match digne du LOSC 20-21 face au PSG au Trophée des champions, il n'a plus le même impact quelques semaines plus tard. Les pièces ne sont plus les mêmes et les petits nouveaux ne sont pas bien intégrés. Le meilleur exemple reste Ivo Grbic, le remplaçant de Mike Maignan dans la cage, qui s'est trouvé dans une situation d'incompréhension avec un de ses défenseurs en fin de match, préférant lui donner le ballon plusieurs fois, plutôt qu'envoyer dans la boite, avant de balancer le cuir en touche de manière maladroite. "L'équipe est cohérente, défend bien ensemble. On a vu beaucoup de bonnes choses, y compris dans le jeu", a noté Gourvennec sur le plan des intentions et du contenu en lui-même.
Benjamin André a eu la même réaction au micro d'Amazon Prime Vidéo. Selon lui, le LOSC a payé son manque d'efficacité, mais il n'y a pas péril en la démeure. "Je pense qu'on a les occasions pour marquer. On était pas vraiment en danger, mais quand on ne marque pas... C'est compliqué. Ils marquent sur une de leurs rares occasions. C'est décevant. Quand on est pas réalistes, comme mardi, il faut tuer les matchs. Tu es toujours sur la limite si tu ne marques pas, aujourd'hui ça bascule du mauvais côté."
Actuellement 13e au classement avec un seul succès en six rencontres, le LOSC occupe une inquiétante 13e place avec 5 points après six journées. La réception du Stade de Reims, mercredi prochain (7e journée, 19h00), et le déplacement à la Meinau dans une semaine (8e journée, 19h00) apparaissent déjà comme des rendez-vous incontournables pour le reste de la première partie de la saison. Il y a clairement un train à prendre avant l'arrivée de l'automne.
"Comptablement, on n'y est pas. On a pris du retard en championnat, en lâchant des points. Il faudra en faire plus. Nous sommes en déficit de points", a reconnu Gourvennec, un peu plus concerné par les chiffres. "Quand vous perdez un match, il y a le résultat. Mais il convient d'apporter de la nuance. Nous faisons le travail. Nous sommes là dans l'esprit."
Ligue 1
Défense passoire et money-time fatal : pourquoi Lille y arrive en C1 et pas en L1
HIER À 22:46
Ligue 1
Lens bute sur Angers et reste au pied du podium
HIER À 21:53