Tout sauf une surprise. Si Nice possède la co-meilleure défense de l’élite (12 buts encaissés comme Marseille) avant d’aborder la 17e journée de championnat, ce n’est effectivement pas un hasard. Parce que le Gym est désormais entraîné par Christophe Galtier, qui a toujours fait de la solidité de son arrière-garde un pré-requis indispensable sur la voie du succès. Parce que son dernier rempart, Walter Benitez, est un roc qu’on ne présente plus. Parce que Dante est revenu de sa longue blessure et qu’il ne fait toujours pas son âge (38 ans). Enfin, parce que Jean-Clair Todibo est là.
Arrivé en prêt lors du mercato hivernal 2021, puis définitivement transféré dans la foulée, l’ancien Barcelonais s’est vite rendu indispensable sur la Côte d’Azur. Sa lecture du jeu, son sens du placement, son efficacité dans le duel et la justesse de sa relance en font un titulaire inamovible des Aiglons. Mercredi, au Parc, le PSG n’a pas réussi à percer le verrou niçois (0-0). C’est en grande partie à cause du central de 21 ans, qui a muselé Kylian Mbappé durant 90 minutes. Difficile, au vu du niveau affiché semaine après semaine, de ne pas le considérer comme l’un des tout meilleurs défenseurs de L1 cette saison.
Ligue 1
La révolte de Bordeaux et Clermont, le coup d'arrêt pour Strasbourg et Rennes
HIER À 15:55

Nice's French defender Jean-Clair Todibo (L) fights for the ball with Paris Saint-Germain's French forward Kylian Mbappe during the French L1 football match between Paris-Saint Germain (PSG) and OGC Nice at The Parc des Princes Stadium in Paris on Decembe

Crédit: Getty Images

Le Barça : trop haut, trop tôt

Il y a un an, on aurait eu du mal à penser cela possible. Car même s’il est encore très jeune, le natif de Cayenne a déjà connu de sérieux coups d’arrêt au cours de sa carrière. Celle-ci a commencé à Toulouse, à l’été 2018, quand Alain Casanova a proposé à ce milieu défensif alors âgé de 18 ans d’intégrer l’équipe première en tant que… défenseur central. Challenge accepté, et relevé avec une certaine réussite. La belle histoire n’a cependant pas duré. Todibo a refusé de signer le contrat professionnel qui lui était proposé, le TFC s’est braqué, la relation s’est tendue. Et la jeune pousse, après six mois passés au placard, s’est envolée pour le FC Barcelone.
Mais qu’allait donc faire ce défenseur français inexpérimenté, avec tout juste dix matches de L1 au compteur, dans l’un des plus grands clubs du monde ? N’a-t-il pas visé trop haut, trop tôt ? La suite a donné raison aux sceptiques, puisque l’intéressé n’a porté le maillot blaugrana qu’à cinq reprises en un an. "Je n’ai pas réussi parce qu’il y avait de très, très grands joueurs devant moi, a-t-il reconnu à l’occasion de sa conférence de presse de présentation à Nice, en février 2021. J’avais aussi un coach, Ernesto Valverde, qui était sous pression, donc c’était normal qu’il mette Gerard Piqué plutôt qu’un joueur de 19 ans sans expérience."

Todibo

Crédit: Getty Images

Je me suis relâché, j’ai manqué de respect à toutes les personnes qui m’ont fait confiance
En janvier 2020, l’international U20 tricolore a justement été prêté à Schalke 04 pour y engranger du temps de jeu. Mais cela ne s’est pas tout à fait passé comme prévu. "On a été coupés par le confinement et au retour, j’ai manqué d’humilité, a-t-il avoué. Je me suis relâché, j’ai manqué de respect à toutes les personnes qui m’ont fait confiance au sein du club. Je me suis excusé auprès d’elles. Donc j’ai beaucoup appris."
Son passage dans la Ruhr a été un échec. Celui qui a suivi, au Benfica Lisbonne, a tourné au fiasco. Victime de pépins physiques et touché par le Covid-19, Todibo n’a presque pas joué, et son prêt a été cassé quelques mois plus tard. Si élevée à ses débuts, sa cote sur le marché des transferts semblait avoir pris du plomb dans l’aile. Il faut dire que son assurance désarmante, assimilée parfois à de l’arrogance, pouvait aussi nuire à sa réputation. Nice, pourtant, a tenté de le relancer. L’ex-Toulousain a saisi cette nouvelle chance et, cette fois, il a su la bonifier.

Jean-Clair Todibo

Crédit: Getty Images

Un "nouvel homme", un autre joueur

"Mes trois expériences à Barcelone, Schalke et Benfica ont fait de moi un nouvel homme", a promis le droitier d’1,90m avant de revêtir la tenue azuréenne. Le joueur, aussi, a dû se remettre en question, notamment après une réunion avec Julien Fournier (directeur du football) et Christophe Galtier pendant l’intersaison. "Julien m’a dit que je n’étais pas fiable, a relaté Todibo lors d’un entretien récemment accordé à Canal+. Des petits ponts, des roulettes, des coups du foulard… Un défenseur ne joue pas comme ça. Le coach attend un maximum d’efficacité, et il n’a pas tort."
Alors, le numéro 25 des Aiglons a simplifié son jeu, évitant au maximum les prises de risque inutiles et privilégiant la sécurité, pour la plus grande satisfaction de son entraîneur. "Pour passer un cap, il y a des choses que je dois faire, et d’autres que je ne dois plus faire", a-t-il lâché auprès de la chaîne cryptée. Trois ans après des débuts prometteurs, Jean-Clair Todibo s’est visiblement remis en question, pour comprendre ses erreurs et progresser. Un signe évident de maturité.
Ligue 1
Nice solide dauphin
HIER À 13:50
Ligue 1
Strasbourg ne s'arrête plus !
19/01/2022 À 19:53