L’information a évidemment été noyée par la retentissante élimination des Bleus contre la Suisse, en 8es de finale de l’Euro. Mais lundi soir, Christophe Galtier s’est officiellement engagé en faveur de l’OGC Nice. La fin d’un feuilleton qui a traîné, et vu Olivier Létang, président du LOSC, montrer les crocs plusieurs fois. Mais aujourd’hui, comme pressenti dès la fin de la saison dernière, Galtier est niçois. "J’ai laissé la direction de l’OGC Nice gérer le dossier mais le plus important, c’est qu’aujourd’hui je sois là devant vous", a-t-il balayé d’entrée, refusant d’entrer dans la polémique tout au long de ce point presse.
Et personne ne lui en tiendra rigueur. Parce que ce qui intéressait une bonne partie des journalistes présents, et certainement les supporters, c’est le choix de Galtier en lui-même. Celui de quitter le champion de France en titre pour rejoindre le 9e du dernier championnat, le tout en refusant l’Olympique Lyonnais. Mettez dix autres entraîneurs à sa place, et il y a fort à parier que la réflexion sera différente pour au moins sept ou huit d’entre eux. "C'était clair dans ma tête, assez rapidement au cours de la saison. J’avais pris la décision avec mon entourage de quitter Lille quel que soit le résultat obtenu", a-t-il rappelé dans un premier temps pour justifier son départ des Dogues.
Ligue 1
Le départ de Wijnaldum, symbole d'un PSG en galère avec ses milieux
05/08/2022 À 19:59
Peut-être que je suis ce type d'entraîneur et pas un autre
"Passer du champion de France à Nice, je comprends évidemment que ça peut interpeller, mais je sais ce que je veux, je sais où je veux aller, et je suis persuadé que c’est le bon projet par rapport à ce que je veux faire de la suite de ma carrière", a-t-il ensuite poursuivi. Avant d’expliquer que ses expériences passées lui ont servi à construire une identité de coach bien précise. "Quand j’ai pris la relève d’Alain Perrin, on a vu où était Saint-Etienne et ce qu’on a fait ensemble. A Lille, on était dans une mauvaise position (la lutte pour le maintien, ndlr) pour finir très haut. Peut-être que je suis ce type d’entraîneur et pas un autre".

Christophe Galtier ne l'affiche pas encore totalement, mais il vise le titre en Ligue 1 avec le LOSC

Crédit: Getty Images

Commencer bas pour finir (très) haut, donc. Voilà l’objectif du technicien de 54 ans. A la différence que sur la Côte d’Azur, il ne part pas d’une mauvaise position mais d’une position moyenne. Et qu’il dispose de moyens bien différents. "A Nice, on ne va pas partir d’une feuille blanche. Il y a une structure, un fort potentiel, on ne part pas de zéro", a-t-il reconnu, ne manquant pas de citer le projet INEOS à plusieurs reprises. Pour le reste, ne lui demandez pas d’objectif pour la saison à venir – "on ne m’a pas donné d’objectif précis" - ni de remarque sur son effectif - "Il est bien trop tôt pour faire des choix". Mardi, Galtier avait principalement deux mots à la bouche : "travail" et "ambition". A l'image du personnage.
Ligue 1
Le PSG prête Wijnaldum à la Roma
05/08/2022 À 18:20
Ligue 1
Veretout atterrit à Marseille
05/08/2022 À 17:36