Les Tops

  • L'OM, victoire minimaliste pour un max de bénéfices
Et le grand gagnant de cette 16e journée de championnat est... l'Olympique de Marseille. Trois jours après avoir signé un succès plus que poussif contre Troyes (1-0), les Phocéens se sont une nouvelle fois imposés sur la plus petite des marges ce mercredi, cette fois à Nantes (0-1). Pas de quoi pavaner ? Peut-être, surtout que les Canaris ont joué à dix pendant une heure à la suite de l'expulsion de Nicolas Pallois. Néanmoins, au moment de faire les comptes et de jeter un œil au classement, on s'aperçoit que les protégés de Jorge Sampaoli se sont hissés à la deuxième place, devant Rennes, Nice et Lens. Avec de surcroît un match en moins, à savoir celui qui a été interrompu à Lyon.
Ligue 1
Des dépenses aveugles à la stratégie muselée : pourquoi le projet McCourt avance au ralenti
IL Y A 3 HEURES
  • Todibo, Aiglon aux griffes très acérées
Jean-Clair Todibo peut en agacer certains à cause de son assurance, désarmante pour un joueur de son âge et qui lui a, d'ailleurs, déjà joué de mauvais tours durant sa carrière. Mais c'est aussi, à n'en pas douter, l'un des meilleurs défenseurs de notre Ligue 1. Mercredi, le joueur formé à Toulouse a livré une prestation de très haut niveau sur la pelouse du Parc des Princes, où Nice a vaillamment accroché le PSG (0-0). Avec sa lecture du jeu, son sens du placement et sa vivacité dans les interventions, l'Azuréen a causé de sérieux problèmes à l'armada parisienne emmenée par Lionel Messi, tout frais septuple Ballon d'Or. Et sa qualité de relance a également été un atout précieux pour sa formation.

Nice's French defender Jean-Clair Todibo (L) fights for the ball with Paris Saint-Germain's French forward Kylian Mbappe during the French L1 football match between Paris-Saint Germain (PSG) and OGC Nice at The Parc des Princes Stadium in Paris on Decembe

Crédit: Getty Images

  • Volland, enfin taille patron
Élément-clé du onze de Niko Kovac la saison dernière, Kevin Volland en a déçu plus d’un depuis le début de l’exercice 2021-22. Trop discret, pas assez incisif, l’Allemand a souvent cristallisé les critiques. Ce mercredi, en revanche, difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Certes, l’ancien du Bayer Leverkusen n’a pas marqué sur la pelouse d’Angers. Mais en l’absence de Wissam Ben Yedder, remplaçant au coup d’envoi, le numéro 31 de l’ASM a assumé à merveille son rôle de patron de l’attaque. Il a en effet largement contribué au succès des siens (1-3) en délivrant deux passes décisives durant la première période, à l’attention de Myron Boadu puis de Sofiane Diop. Du travail d’orfèvre.
  • Téji "Juninho" Savanier
Il est l'un des meilleurs joueurs de notre championnat. Téji Savanier est un milieu de terrain élégant, précis, décisif. Mais aussi culotté. À Metz, le maître à jouer de Montpellier a choisi de viser le but là où la plupart des autres tireurs n'auraient pensé qu'à centrer. Sur un coup franc très excentré, à droite, l'ancien Nîmois a tenté un tir "juninhesque". Le ballon a flotté. Oukidja n'a pas bougé. Les filets ont tremblé. Mieux encore : ce but, probablement le plus beau de cette 16e journée, a mis le MHSC sur les rails d'un joli succès (1-3).

Teji Savanier (Montpellier) face à FC Metz

Crédit: Imago

  • Brest, la folle série
Savez-vous quelle est la meilleure équipe du championnat depuis un mois ? Le Paris Saint-Germain ? Non. Le Stade Rennais ? Non plus. Ne cherchez pas plus loin : il s'agit bel et bien du Stade Brestois. Vainqueur - non sans difficultés, il est vrai - de Saint-Etienne (1-0), les hommes de Michel Der Zakarian ont décroché un cinquième succès de rang en Ligue 1. Une série record dans l'histoire du club. Aucune autre équipe n'a fait aussi bien depuis la fin du mois d'octobre. Au soir de la 9e journée, après une défaite à Nice, les Bretons étaient avant-derniers de Ligue 1. Les voici désormais au milieu de tableau, à deux petits points seulement de Strasbourg, sixième. Impressionnant.
  • Le LOSC peut remercier sa colonie portugaise
Ça y est, Lille a de nouveau goûté à la victoire en championnat. À Rennes, qui plus est, là même où le PSG s'était cassé les dents (2-0) et où Lyon avait sombré (4-1) il y a quelques semaines de cela. Pour triompher d'une formation bretonne invaincue depuis 13 rencontres (1-2), les Dogues s'en sont remis à deux membres de sa colonie portugaise : Xeka et Renato Sanches. Le premier a ouvert le score en concluant un mouvement collectif limpide. Le second a doublé la mise en s'offrant un joli numéro de soliste juste avant la pause. Et le LOSC a ainsi pu remettre la marche avant.

Lille's Portuguese midfielder Xeka celebrates scoring his team's first goal during the French L1 football match between Stade Rennais FC and Lille LOSC at The Roazhon Park Stadium in Rennes, western France on December 1, 2021.

Crédit: Getty Images

Les Flops

  • Bordeaux, SOS défense
Ce n’est pas la première fois que l’on pointe du doigt les carences de Bordeaux dans le secteur défensif. Les récentes rencontres contre Brest (1-2) ou à Metz (3-3), notamment, avaient déjà mis en lumière la porosité de l’arrière-garde girondine. Celle-ci a explosé en mille morceaux sur la pelouse de Strasbourg, mercredi soir (5-2). Manque total de sérénité, pertes de balle dans des zones dangereuses, étonnants oublis au marquage… Rien, absolument rien n’allait dans les rangs bordelais, et le pauvre Benoît Costil a trop souvent été livré à lui-même. Après 16 journées, le FCGB a déjà encaissé la bagatelle de 37 buts. Aucune équipe de L1 ne fait pire.

Strasbourg - Bordeaux / Ligue 1

Crédit: Getty Images

  • Messi, Di Maria et Mbappé ont trop gâché
C'est une stat qui en dit long sur la maladresse qui a escorté les Parisiens tout au long de leur rencontre face à Nice, mercredi soir (0-0). Au total, les joueurs de Mauricio Pochettino ont tenté 22 tirs. Ils n'en ont toutefois cadré que cinq. Et aucun, surtout, n'a terminé au fond. On pense notamment à ce duel 100% argentin entre Angel Di Maria et Walter Benitez, remporté par le portier niçois (51e), à cette frappe de Kylian Mbappé que tout le Parc voyait au fond, mais qui a filé à côté (64e) ou à cette tentative largement au-dessus de Lionel Messi (83e). Tirer autant de fois au but sans marquer, ce n'était plus arrivé au PSG depuis 2016.
  • L'OL, maudit temps additionnel
C'est une très mauvaise habitude, de celles qui doivent donner envie de s'arracher les cheveux. Plusieurs fois cette saison, Lyon a perdu des points dans le temps additionnel d'un match de L1. L'exemple le plus marquant est sans doute celui du déplacement à Nice, fin octobre (3-2). Mais on pourrait aussi citer le derby contre Saint-Etienne (1-1) ou, encore plus tôt, le nul concédé face à Clermont (3-3). Ce mercredi, les Gones n'ont même pas pu se consoler avec un point, puisqu'ils se sont inclinés devant Reims (1-2). Hugo Ekitike a inscrit le but de la victoire champenoise à la... 90e+2.
  • Les Merlus ne répondent plus
Le début de saison du FC Lorient avait laissé poindre de belles promesses, entre les coups-francs millimétrés d’Armand Laurienté, le sens du but de Terem Moffi et des victoires de prestige contre Monaco (1-0) ou Lille (2-1). Tout doucement, les Merlus sont cependant rentrés dans le rang et, désormais, leur situation est clairement préoccupante. À Troyes (2-0), les joueurs de Christophe Pélissier ont concédé un cinquième revers de rang, enregistrant un neuvième match consécutif sans la moindre victoire. Ils n’ont d’ailleurs marqué qu’un seul but lors de leurs cinq dernières sorties et, avec seulement 13 réalisations au compteur, possèdent la plus mauvaise attaque de l’élite. Ou comment passer d’une Top 10 au bas de tableau (16e) en deux mois.

Troyes - Lorient / Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1
OL-OM reprogrammé le 1er ou le 10 février
IL Y A 6 HEURES
Ligue 1
Savanier voit rouge, Troyes et Irles sourient
IL Y A 7 HEURES