Le drame de Dimitri Payet c'est qu'à la blessure physique s'est ajoutée un réel, et semble-t-il, profond traumatisme mental. "J'ai maintenant peur d'effectuer des corners lorsque je joue à l'extérieur", a-t-il assuré aux officiers de police qui ont enregistré sa plainte après le jet de bouteille de Lyon. Sa chance ce dimanche c'est qu'il évoluera chez lui au Stade Vélodrome où l'Olympique de Marseille reçoit Troyes pour clore la 15e journée de Ligue 1(20h45). Sa malchance c'est que, suspendu, il n'a pas joué jeudi en Ligue Europa. Ce dimanche, ce sera donc le match d'après pour lui. Il a été titularisé par Jorge Sampaoli.
Podcast
A bien des égards, on peut se demander si l'absence de Dimitri Payet à Istanbul pour le match face à Galatasaray n'était finalement pas une bonne chose pour le maître à jouer marseillais. D'abord parce que les mêmes scènes sont intervenues à Lyon et à Istanbul où Guendouzi ou Lirola ont été la cible de jets de pièces notamment. Ensuite parce que son OM a sombré dans les grandes largeurs et a ajouté aux résultats faméliques (4 nuls, 1 défaites désormais en C3) une manière vraiment peu glorieuse. C'était un adieu à la Ligue Europa et c'est de loin, voire de très loin, que Payet y a assisté.
Ligue 1
Payet devrait être disponible pour jouer contre Troyes dimanche
26/11/2021 À 16:23
  • La compo de l'OM face à Troyes : Pau Lopez (G) - Saliba, Alvaro, Luan Peres - Rongier, Gueye - Lirola, Guendouzi, Payet (Cap.), De la Fuente - Milik
Pour Payet et tant d'autres, l'angoisse du tireur au moment du corner...

Payet a manqué le naufrage d'Istanbul

Puisque jeudi n'a pu livrer de réponse à cette question, tout comme il n'a levé aucun des doutes autour de l'OM de Sampaoli, on se demande encore dans quel état mental se trouve le Réunionnais. Le coach argentin a livré son sentiment vendredi en conférence de presse :"Avec Dimitri j'ai très peu parlé de tout ça, il faudra voir comment il est, émotionnellement parlant mais après le rapport du médecin, il est disponible. Un joueur qui a subi deux agressions, il est logiquement touché", a-t-il d'abord assuré faisant échos aux déclarations du joueur à la police.
"Il faut voir comment il gère ça. Mais c'est difficile, c'est quelque chose de très personnel. C'est un moment compliqué pour lui, on va voir comment il se sent. Le match de dimanche est important, il faut rebondir, passer à autre chose. S'il se sent bien, il jouera, sinon un autre prendra sa place", a conclu Sampaoli qui sait que son équipe n'a pas du tout le même visage sans son meneur de jeu. Déjà très prévisible depuis quelques semaines, elle perdrait une sacré once de génie si Payet devait s'asseoir sur le banc, ou pire, en tribunes.
Les tribunes justement. Si à Lyon ou Istanbul, elles étaient hostiles, elles sonneront désespérément vide à Marseille dimanche soir. L'occasion de se rappeler que des habitués du Vélodrome n'ont pas été plus intelligents que leurs homologues niçois, lyonnais, lensois ou lillois. Leur seule "qualité" aura été leur imprécision qui a empêché Neymar de se prendre quelque chose sur la tête lors du OM-PSG d'il y a un mois.

Le 4-4-2, un meilleur système pour Payet ?

Sans la chaleur des supporters phocéens, toujours prompts à lui donner de l'amour, manquera-t-il quelque chose à Payet ? Un match dans une atmosphère aussi bizarre que celle d'un huis clos, surtout au Vélodrome, sera-t-il une bonne ou une mauvaise chose pour lui ? Lui seul le sait. Une chose est sûre, l'OM n'a d'autre choix que de faire fi de cette semaine passée. C'est peu dire que la victoire est impérative face à Troyes.

Dimitri Payet (Marseille) lors de Bordeaux - Marseille en Ligue 1 le 2 février 2020

Crédit: Getty Images

Face à Galatasaray, c'est Gerson qui a évolué en soutien des attaquants, sans briller un nouvelle fois. Des au pluriel car Jorge Sampaoli a changé son fusil d'épaule en Turquie en troquant son système hybride (3-3-3-1) pour un plus classique 4-4-2. Jouer derrière Milik et Dieng a de quoi plaire à Dimitri Payet toujours à l'aise pour trouver la profondeur, ce sera pour le second cité, ou pour servir un partenaire dans la surface, on pense évidemment au Polonais, fantomatique dans le jeu mais auteur d'un doublé jeudi.
Avec six buts et trois passes décisives, Payet est tout à la fois le meilleur buteur, le meilleur passeur et l'homme décisif le plus régulièrement (pratiquement une fois par match) pour l'OM. Son caractère chambreur n'y est aussi sans doute pas étranger mais ce n'est pas un hasard s'il est une cible pour les supporters adverses. Ce dimanche, personne ne pourra lui faire subir ce qu'il a déjà subi tant de fois. S'il joue, c'est sur le rectangle vert, là où son expression est la plus pure, qu'il peut briller. L'OM en a besoin.

PSG : Mais qu'est-ce que Zidane irait faire dans cette galère ?

Ligue 1
Aulas, l'occasion rêvée et ratée de prendre de la hauteur
22/11/2021 À 08:19
Ligue 1
Filets anti-projections, tribunes rehaussées : six semaines après la honte, Nice retrouve son public
01/10/2021 À 21:31