23 secondes. Pas une de plus. Pablo Longoria a beau être le patron de l'un des plus grands clubs de Ligue 1, il n'a pas pour habitude de se perdre dans les discours de façade ou les messages de courtoisie. Ce vendredi, lorsqu'il a débarqué face aux journalistes pour présenter sa nouvelle recrue, Cédric Bakambu, l'Espagnol a vite salué ses interlocuteurs et expédié son message de voeux. Le président de l'OM n'est jamais aussi à l'aise que lorsqu'il parle du terrain. Alors c'est ce qu'il a fait.
"C'est un joueur qui a démontré en France, en Turquie, en Espagne à Villarreal et en Chine qu'il peut jouer dans différentes positions, a-t-il débité d'entrée. Il nous offre de nouvelles possibilités sur le plan offensif." L'effet n'est pas nouveau, puisque le dirigeant avait déjà présenté une douzaine de recrues l'été dernier. Mais il continue de surprendre.
Ligue 1
Cherki, des doutes qui s'installent et l'ombre de Gouiri qui revient
IL Y A 3 HEURES

Tacle appuyé à Juninho, Bosz fragilisé et manque de classe : Mais à quoi joue Aulas ?

"Longoria connaîtra toujours le joueur qu'on lui proposera, qu'il s'agisse d'un joueur d'une équipe classée quinzième ou troisième de Liga, nous confiait Antonio Salamanca, scout passé par Tottenham, Villarreal ou encore Liverpool. Ce qui n'est pas toujours le cas avec d'autres présidents de Ligue 1 qui cherchent à s'immiscer dans le recrutement."

Longoria n'a pas lâché Bakambu d'une semelle

Bakambu a quitté le Vieux Continent il y a tout juste quatre ans pour la Chine, ses salaires mirifiques et la perspective de devenir le joueur africain le plus cher de l'histoire à l'époque - pour un transfert de plus de 70 millions d'euros. Mais Pablo Longoria, lui, ne l'a jamais perdu de vue. "C'est une histoire d'amour entre nous, a même glissé le dirigeant. On a parlé plusieurs fois dans le passé." En 2019, alors qu'il était encore directeur sportif de Valence, il avait déjà tenté de l'attirer.

"Messi ? C’est comme si la Joconde était au grenier et qu’on la sortait pour les grandes occasions"

En discussions constantes et répétées avec Jorge Sampaoli, l'entraîneur qu'il a choisi, pour connaître les besoins de l'effectif, Longoria avait une idée très claire du profil manquant au secteur offensif olympien. À voir l'enthousiasme avec lequel il a accueilli son nouveau joueur - une poignée de main très chaleureuse - on peut imaginer que l'attaquant figurait très haut sur la liste des sept ou huit noms que l'Espagnol avait couchés, comme il le fait pour chaque poste à renforcer.
À 30 ans, et alors qu'il n'a plus joué depuis de longues semaines, Cédric Bakambu devra quand même dissiper de nombreux doutes entourant son niveau réel, sur les plans technique et physique. Mais il n'est pas là par hasard. "Longoria a les bases pour faire du très bon travail car il vient du scouting", soulignait Antonio Salamanca. Visiblement, le président marseillais a conservé quelques vieux réflexes.

Les joueurs sont séduits

"Je me souviens parfaitement de son passage à Bursaspor, où il a évolué comme ailier gauche, a assuré le dirigeant vendredi. En Espagne, il a joué avec Soldado comme deuxième attaquant. Parfois, avec Léo Baptistão, il faisait le travail d'un premier attaquant. En équipe nationale, Mbokani était plutôt le point de référence et Cédric jouait autour de lui." On a vérifié, et ce fut parfois un peu fastidieux : le constat du président olympien est impeccable.

Comment la haine entre Raiola et Guardiola pourrait coûter l'arrivée d'Haaland à City

Même si les résultats de l'OM ne sont pas tout à fait à la hauteur des investissements réalisés l'été dernier, Longoria a au moins réussi un premier pari : redonner, grâce à sa connaissance du secteur sportif et des rouages du mercato, du crédit à un projet qui en avait beaucoup perdu.
C'est un cercle vertueux : l'impression globale fait aussi son petit effet auprès des joueurs. "J'ai dit à mon agent que j'étais à la recherche d'un challenge purement sportif, a confié Bakambu. Quand il m'a proposé l'OM, j'ai tout de suite accroché et dit : 'C'est là-bas que je veux aller.' On était en contact avec le président, le feeling a été bon donc ça s'est fait naturellement et de manière très fluide." Aussi fluide que le récit, par Pablo Longoria, de son évolution dans les différents clubs qu'il a fréquentés.
Ligue 1
OM : Le TAS a suspendu la sanction de Gueye
IL Y A 18 HEURES
Ligue 1
Bordeaux veut stopper l'hémorragie : Coupet nouvel entraîneur des gardiens
IL Y A 19 HEURES