Le jeu : Une histoire d'intensité

Trente-cinq minutes durant, il n'y avait qu'une équipe sur la pelouse du Stade de l'Aube, celle qui avait l'avantage quand le match avait été arrêté en août dernier. C'est tout logiquement que l'OGC Nice a ouvert le score par Amine Gouiri dès la 6e minute. Le pressing mis en place par Christophe Galtier gênait trop l'Olympique de Marseille pour que les Phocéens, vraiment médiocres techniquement, se sortent de leur camp.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Ligue 1
Nice et Marseille se quittent bons amis
27/10/2021 À 20:52
Il a fallu attendre la 40e minute pour voir l'OM sortir la tête de l'eau, sans doute à la faveur d'une baisse physique de son adversaire. Il n'en fallait pas plus à un Dimitri Payet efficace pour égaliser (42e). La suite fut plus équilibrée à la faveur d'une solidité retrouvée pour les Phocéens et d'un Nice pas assez inspiré mais qui a quand même eu les meilleures occasions en deuxième période.

Evan Guessand (OGC Nice) face à deux joueurs de l'Olympique de Marseille en Ligue 1 le 27 octobre 2021

Crédit: Getty Images

Les joueurs : Payet effacé mais efficace, Milik transparent

L'Olympique de Marseille n'a donc pas livré son meilleur match face à Nice ce mercredi soir. Heureusement pour lui, il compte un gardien qui s'affirme de plus en plus comme le numéro un avec Pau Lopez et surtout un Dimitri Payet ultra-efficace cette saison (nous y reviendrons). Arkadiusz Milik n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent et n'a d'ailleurs pas faire grand-chose pour. Pour le reste, ceux qui avaient une chance de montrer leur valeur, comme Alvaro Gonzalez, Luis Henrique ou Pape Gueye, ne l'ont pas saisie.
Côté niçois, les absences ont coûté cher. Si Amine Gouiri a bien commencé la partie, il a eu du mal à peser sur la durée. Youcef Atal a beaucoup tenté sur son côté droit mais a eu trop de déchet face à une défense marseillaise qui n'était pourtant pas dans son meilleur jour. C'est surtout le milieu niçois qui a régné sur la partie, surtout en première période. Rosario et Khéphren Thuram ont fait beaucoup de mal à Gerson, Guendouzi et les autres.

Le facteur X : La parade réflexe de Lopez

Jorge Sampaoli l'a imposé sans vraiment le dire au poste de numéro 1 il y a maintenant près de deux mois. Et sortie après sortie Pau Lopez justifie cette confiance. Celui qui a déboulonné Steve Mandanda n'en est pas à son premier arrêt mais cette parade réflexe sur un ballon poussé vers son but par Alvaro Gonzalez sur un corner venu de la droite était fabuleuse (50e). Vu comment l'OM a eu du mal à mettre à mal la défense adverse, on se dit que cette parade vaut un point.

La stat : 0,75

Dimitri Payet avait inscrit 7 buts en 33 sorties la saison dernière ? Il en est déjà à 6 en 2021/2022 après sa nouvelle réalisation face à l'OGC Nice ce mercredi soir. Le maître à jouer de l'OM pointe à un petit but de Gaëtan Laborde et Jonathan David, meilleurs scoreurs de ce début de saison. Mieux, avec 6 réalisations en 8 sorties, il affiche un ratio à peine croyable pour lui de 0,75 but par match. Personne ne fait mieux en Ligue 1. Tout simplement.

La décla : Dimitri Payet (Prime Vidéo)

Honnêtement, on avait beaucoup de craintes sur notre entame de match. Dimanche face à Paris, on avait laissé beaucoup de jus et nous en sommes à notre quatrième match en 14 jours. Nous savions que nous allions avoir un trou, c'était au début du match.
La question : L'OM a-t-il progressé depuis le 22 août ?
Il y deux mois, l'Olympique de Marseille était mené 1-0 sur la pelouse de l'OGC Nice quand le match a été interrompu. Le premier gros test de la saison mettait en lumière les failles d'une équipe jeune et très déséquilibrée. Depuis, les joueurs de Jorge Sampaoli ont battu Monaco puis Rennes et Lens, ont sombré à Lille avant de faire jeu égal avec un Paris réduit à dix. Et donc de partager les points avec l'OGC Nice. Que peut-on tirer comme conclusion de ces deux mois entre le 22 août et le 27 octobre ?
Indéniablement, l'OM de Sampaoli a gagné en solidité. Le match face au Paris Saint-Germain l'a montré et celui face à un Nice certes diminué ce mercredi soir, l'a confirmé. Il le doit en partie à un énorme William Saliba mais aussi à Pau Lopez et Duje Caleta-Car de retour en grâce après un début de saison passé sur le banc. En août, le coach de l'OM avait opté pour une formation très offensive avec souvent Under et De la Fuente sur les côtés. Les deux n'évoluent plus jamais ensemble très longtemps.
Le problème pour l'OM c'est que son jeu, emballant en tout début de saison et même par séquences en septembre semble, sinon se déliter, au moins stagner. Dimitri Payet a beau s'être mué en buteur, il ne peut pas tout faire. Sans deux flèches sur les côtés, l'OM a recentré son jeu et la présence de Milik ne l'aide pas, pour le moment, à faire mal aux défenses adverses. Finalement, Marseille était plus imprévisible quand c'était Payet qui occupait le poste de faux numéro 9. Avec un schéma plus classique, il manque d'idées.
Ligue 1
"C'est la version de Gerson qu'on veut voir" : Sampaoli a-t-il enfin trouvé la formule ?
HIER À 23:44
Ligue 1
Un PSG au petit trot se heurte à un Gym tonique
HIER À 22:02