C'est le match à part pour chaque club de Ligue 1. Et un sacré casse-tête pour les entraîneurs. Il y a de quoi se retourner le cerveau au moment d'affronter le PSG. Aucune autre équipe du championnat ne dispose d'une telle armada de manière générale, et dans le secteur offensif en particulier. Quand vous affrontez Leo Messi, Kylian Mbappé, Neymar ou Angel Di Maria, cela a de quoi inciter à la prudence. Quitte à renier ses propres principes ? C'est tout le dilemme.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Ligue 1
"Il est très étrange" : Sampaoli et les Argentins du PSG, rancoeur et frustrations
22/10/2021 À 22:42
C'est au tour de Jorge Sampaoli de lui faire face. L'entraîneur de Marseille est franchement du genre à imposer son style de jeu. C'est sa marque de fabrique depuis le début de sa carrière de coach, et cela lui réussit plutôt bien depuis qu'il a posé ses valises sur la Canebière. Mais le technicien argentin n'a pas encore eu à en découdre avec l'ogre parisien. Et pour cette première, il a autant de raisons de s'accrocher à sa philosophie que de lui tourner le dos, le temps d'un soir.

L'occasion de s'affirmer

  • L'intérêt
La qualité collective, c'est la force de l'OM et la faiblesse du PSG. Un bloc haut, un pressing intense pour récupérer le ballon avant d'enclencher une phase de possession, l'alternance des passes et des changements d'aile, ce sont des principes auxquels les hommes de Sampaoli ont su adhérer pour en faire une identité de jeu. Ce style peut clairement contrarier une équipe parisienne peu à son aise quand il s'agit de courir après le ballon. Manchester City ou le RB Leipzig l'ont montré en Ligue des champions.

"Au PSG, Messi se 'ronaldoïse...'"

  • Le danger
City et Leipzig ont perdu contre le PSG. Un peu de la même manière, en se faisant cueillir sur ces transitions rapides qui font la force des hommes de Pochettino. La moindre perte de balle en position haute face à des Parisiens ultra-performants quand il s'agit d'exploiter les espaces laissés dans le dos de la défense adverse. C'est la menace qui pèse sur l'OM si Sampaoli s'appuie sur une configuration habituelle. Et Marseille a payé pour l'apprendre. En optant pour un bloc haut qui ne correspondait pas vraiment à sa philosophie, André Villas-Boas avait vu son équipe se faire transpercer au Parc en septembre 2019 (4-0).
  • La stat qui en dit long
Paris (15 secondes) et Marseille (14 secondes) sont les 2 équipes qui affichent en moyenne les plus longues séquences de jeu en Ligue 1 cette saison. Si une équipe française peut contrarier le PSG dans la possession, c'est bien l'OM.

Petites phrases, grandes conséquences : Le top 5 des piques médiatiques avant PSG-OM

La tentation de se renier

  • L'intérêt
Mettre en place un bloc plus bas et miser sur les contre-attaques peut payer face au PSG. Déjà parce que le club de la capitale a des lacunes récurrentes dans le repli défensif. Aussi parce que Marseille a les qualités pour les exploiter avec la vitesse de ses ailiers et la vista de Dimitri Payet. Enfin, c'est en employant de type de plan de jeu que l'OM a le plus souvent contrarié le PSG sous l'ère QSI. Notamment la saison passée, quand les hommes d'André Villas-Boas étaient venus s'imposer au Parc (0-1). Ou en octobre 2016, quand les Marseillais avaient ramené un nul de Paris pour la première de Rudi Garcia sur le banc olympien (0-0).

Dhorasoo : "Lors de la finale PSG-OM en 2006, je tire une fois et ça va dans le but, c’est fou"

  • Le danger
C'est jouer contre-nature, dans une configuration que Marseille n'emploie plus depuis l'arrivée de Sampaoli. Cela demande d'autant plus de temps pour mettre en place une telle stratégie et Marseille n'en a pas eu cette semaine avec son déplacement sur le terrain de la Lazio Rome en Ligue Europa (0-0). Les risques sont multiples. L'OM n'a pas l'habitude de défendre près de son but et peut rapidement s'exposer face à la qualité technique des Parisiens dans les petits espaces. Surtout, il s'interdirait alors de miser sur cette supériorité collective et ce potentiel offensif qui font sa force cette saison.
  • La stat qui en dit long
Marseille n’a encaissé que 7 buts après 9 rencontres en Ligue 1 cette saison, soit son meilleur total à ce stade depuis l’exercice 2013/14 (7 également). L'OM a donc prouvé sa capacité à bien défendre… quand il joue dans son style habituel.

Lewandowski, Messi, Benzema... Nos favoris pour le Ballon d'Or

Ligue 1
Le PSG sans Sergio Ramos à Lens
IL Y A 7 HEURES
Ligue 1
Grosse boulette : Ramos utilise l'hymne de l'OM dans une story Instagram
IL Y A UN JOUR