C'est un talent à part. Par sa finesse technique, sa vision du jeu, son adresse dans les derniers mètres mais aussi et peut-être surtout son activité, sa grinta et sa puissance, Lucas Paqueta ne cesse de démontrer depuis des mois maintenant qu'il n'est pas comme le commun des footballeurs. "Ce qui m’impressionne avec ce joueur, c’est qu'il défend et attaque avec le sourire. Pour moi, c’est pour ça qu’on peut parler de l’un des meilleurs joueurs du championnat", résume l'excellent Thierry Henry sur le plateau d'Amazon Prime.
Match après match, semaine après semaine, les Lyonnais s'en délectent, conscients d'avoir mis la main sur une pépite. "Paqueta, c'est un monstre athlétique déjà. Il est vraiment costaud", nous confie Bernard Lacombe, l'ancien conseiller de Jean-Michel Aulas qui reste proche de l'OL. "Et puis, les gauchers sont toujours des joueurs particuliers. Leur protection du ballon est différente en raison notamment de la position de leur corps. Une chose est sûre : les gens viennent au stade pour voir ce genre de joueurs".
Ligue 1
Attention danger : "Sampaoli ressemble de plus en plus à Villas-Boas"
IL Y A 2 HEURES

Lucas Paqueta avec Neymar, Marquinhos et les autres joueurs du PSG, 2021

Crédit: Getty Images

Je n’ai pas en tête de partir
Paqueta est le type d'élément qui change la physionomie d'un match par sa présence. Mais qui peut aussi faire évoluer votre projet vers une nouvelle dimension. Et forcément, cela rappelle un autre Brésilien dont l'arrivée a contribué à faire passer l'OL dans une autre sphère : Juninho. Débarqué en 2001 en France, Juni s'est très vite imposé comme un pilier des Gones. Avec sa vision du jeu et sa technique mais bien sûr aussi sa précision clinique et son style lunaire sur coup-francs, celui qui est désormais directeur sportif du club a été de toutes les conquêtes lyonnaises dans les années 2000. Alors, Lucas Paqueta peut-il marcher dans les traces de son illustre aîné et compatriote sur les bords du Rhône en s'inscrivant sur la durée ?
A l'entendre, l'international auriverde s'y verrait bien. "Je n’ai pas en tête de partir. Je vis le meilleur moment de ma carrière et j’espère que ça va durer longtemps. Je me sens chez moi ici", a-t-il glissé dimanche lors d'un entretien à Téléfoot. "Mon objectif est de jouer la Ligue des champions et j’espère le faire ici pour rendre aux supporters toute l’affection qu’ils me donnent". Sous contrat jusqu'en 2025 à Lyon où il est en train de se faire une place particulière aux yeux des fidèles du Groupama Stadium, l'ancien joueur de l'AC Milan semble avoir tout ce qu'il faut sur le papier pour s'inscrire sur la durée chez les Gones. Sur le papier. Car dans la réalité, l'affaire pourrait être bien différente.

Lucas Paqueta (Olympique Lyonnais)

Crédit: Getty Images

Lacombe : "Le temps passe maintenant tellement vite avec les joueurs"

Depuis les années Juninho, la situation a bien évolué. Et Lyon se retrouve face à des nouveaux enjeux, ce qui n'aide pas à conserver des joueurs de cette dimension. "Oui, c'est plus compliqué de garder des joueurs qu'à l’époque de Juninho ou Caçapa. Eux ont fait une grande part de leur carrière à l'OL", glisse Bernard Lacombe, qui avait repéré Juni sur vidéo. "Le temps passe maintenant tellement vite avec les joueurs. Il est là aujourd'hui. Et j'espère qu'à la fin de la saison, il sera toujours là. Mais on ne sait pas ce qu'il peut se passer aujourd'hui avec toutes les demandes que les joueurs et les agents peuvent avoir."
Si l'OL avait aussi dû céder certains de ses cadres dans les années 2000 (ndlr : Michael Essien, Florent Malouda, Mahamadou Diarra…) face à certaines sirènes difficilement refusables, la situation a bien évolué. "Le Lyon de l'époque de Juni était quasiment inattaquable car ils étaient tous les ans en Ligue des champions. Tous les ans, champion. Et Lyon commençait déjà à très bien payer", souligne Laurent Schmitt, agent de joueurs et fin connaisseur du marché. Et même si l'OL "a encore de vrais arguments à l'heure actuelle" comme l'explique Laurent Schmitt ("Si on enlève Paris de sa structure qatari, cela reste le meilleur club français à tous les niveaux"), les derniers mois n'aident pas non plus.

Neymar et Lucas Paqueta lors de Brésil - Uruguay en qualification du Mondial 2022 le 14 octobre 2021 à Manaus

Crédit: Getty Images

Le facteur X ? "Il a déjà connu un échec en Italie"

La crise rencontrée par le football français avec le fiasco Mediapro qui s'est ajouté aux conséquences désastreuses de la pandémie du Covid-19 risque de forcer l'OL à faire des concessions. "Sans l'affaire Mediapro et le Covid, le modèle économique de Lyon lui permettrait de garder ce genre de joueurs car c'est sans doute le club avec l'économie la plus pérenne dans le football français, estime Laurent Schmitt. Il n'y a rien d'artificiel. Tous les revenus sont créés sur des ressources réelles et réalistes. Mais les péripéties récentes font qu'ils sont sans nul doute contraints de se positionner sur les ventes de joueurs les plus attractifs."
Recruté en 2020 pour 20 millions d'euros, le brillant Lucas Paqueta, devenu titulaire avec le Brésil, fait bien sûr partie de ceux-là. Etant donné son influence, Lyon sait forcément que des sollicitations ne manqueront pas d'arriver au printemps. Mais l'espoir n'est pas encore perdu pour autant car il y a un facteur X sur le dossier Paqueta. "C'est qu'il a déjà connu un échec en Italie, remarque Laurent Schmitt. Or souvent après un échec, les joueurs ont tendance à vouloir se consolider s'ils sont bien à un endroit. Donc si Lyon fait la Ligue des champions, je pense qu'ils pourront le garder. Leurs intérêts seraient alors convergents. Pour lui de rester dans un club où il est épanoui pour jouer la C1. Et pour Lyon, l'économie de la C1 lui offrirait des ressources importantes afin de ne pas être forcé de le vendre." L'OL sait ce qui lui reste à faire.
Ligue 1
Idées en berne, influence diminuée et autorité limitée : A quoi sert Leonardo ?
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
Le PSG sans Sergio Ramos à Lens
IL Y A 6 HEURES