C'est une fâcheuse tendance à laquelle le PSG est désormais habitué. Depuis son arrivée dans la capitale, Neymar collectionne les blessures et les absences longue durée. La saison actuelle n'échappera pas à la règle. Victime d'une entorse de la cheville gauche dimanche à Saint-Etienne (1-3), le Brésilien ne refoulera pas les terrains avant un mois et demi, au minimum. Paris enchaînera les matches sans l'une de ses stars offensives jusqu'au début de l'année prochaine. A commencer par celui face à Nice, ce mercredi, au Parc des Princes (21h00).
Les Aiglons sont habitués à voir le PSG sans Neymar au moment de l'affronter. Ce sera la quatrième fois d'affilée. Et cela ne lui a pas vraiment réussi, puisque le club azuréen s'est incliné à chacune de ses trois dernières confrontations avec le vice-champion de France. Car Paris n'a pas seulement pris l'habitude de vivre sans Neymar. Il a surtout appris à gagner sans lui. Le club de la capitale a remporté 75% de ses matches disputés en l'absence du Brésilien depuis son arrivée en 2017. Sachant que Neymar a manqué plus d'une centaine de matches sur cette période, ce chiffre n'a rien d'anodin.
Ligue 1
Mbappé apte pour Reims selon Pochettino, tout comme Messi
22/01/2022 À 12:45

Sans Neymar, 6 victoires en 7 matches

La saison actuelle confirme cette tendance. Sur les sept matches que le PSG a déjà dû jouer sans Neymar, il en a gagné six : face à Troyes (1-2), Strasbourg (4-2), Brest (2-4), Clermont (4-0) et Angers (2-1) en L1, et contre le RB Leipzig (3-2) en Ligue des champions. L'exception qui confirme la règle, c'est le tout premier match des Parisiens cette saison, la défaite contre Lille (1-0) lors du Trophée des champions. Le Brésilien était alors loin d'être le seul absent de marque dans la formation de Mauricio Pochettino, privée de nombreux éléments dans un été chargé en compétitions internationales.

Et de sept pour Messi : sera-t-il battu un jour (et par qui) ?

Jouer sans Neymar n'empêchera pas forcément le PSG de gagner, d'autant que le Brésilien réalisait probablement le pire début de saison de sa carrière jusqu'à sa blessure à Saint-Etienne. Ses statistiques, 3 buts et 3 passes décisives en 14 matches toutes compétitions confondues, n'ont jamais été aussi éloignées de ses standards en carrière. Et les promesses d'un retour en forme, aperçues juste avant la trêve internationale avec son doublé à Bordeaux (2-3), n'ont pas vraiment été tenues, à l'image de sa terne prestation dans le choc face à Manchester City en Ligue des champions (2-1).

"Les principes de jeu ne changent pas"

Neymar n'en demeure pas moins un titulaire indiscutable au PSG. Son indisponibilité bouleverse forcément la donne pour Mauricio Pochettino, même si l'entraîneur parisien en a plutôt minimisé l'impact. "Ce n'est pas une bonne chose mais les principes de jeu ne changent pas malgré l'absence de Neymar, a-t-il insisté mardi. On va continuer à développer ce qu'on veut depuis le début de l'année, au-delà des joueurs qui sont sur le terrain. On ne cherche pas à le remplacer, on cherche des solutions dans l'organisation des tâches offensives et défensives pour l'équilibre de l'équipe."

"C’est le Ballon d’Or du storytelling" : comment Messi a finalement supplanté Lewandowski

Cela pourrait passer par un retour au 4-3-3 avec Angel Di Maria, plus travailleur que Neymer, sur le côté gauche de l'attaque, dans un schéma ponctuellement abandonné par Pochettino dimanche à Saint-Etienne au profit d'un 4-4-2. A Geoffroy Guichard, ce système a permis un repositionnement dans l'axe de Lionel Messi, en soutien de Kylian Mbappé, pendant que Neymar (à gauche) et Di Maria (à droite) occupaient les ailes. Messi, malgré un déchet technique important sur l'ensemble du match, a eu une influence plus forte sur le jeu parisien dans cette configuration. Ses trois passes décisives en ont été la parfaite illustration.

Messi, le dommage collatéral ?

L'absence de Neymar limite les options de Pochettino pour reconduire ce système. Le maintien du 4-4-2 face à Nice a de toute façon du plomb dans l'aile compte tenu des nombreuses défections dans le secteur offensif du PSG, même si Messi, un temps incertain, devrait être en mesure de tenir sa place. Un retour éventuel au 4-3-3 contraindrait le désormais septuple Ballon d'Or à retrouver un côté droit, où son impact dans l'animation offensive est moindre, et son manque d'implication dans le travail défensif plus problématique. C'est l'un des principaux dommages collatéraux de l'indisponibilité de Neymar.

Messi : "Un sentiment d'accomplissement, il me manquait quelque chose avec l'Argentine"

Le retour de Mauro Icardi offrirait cependant la possibilité à Pochettino de garder un quatuor offensif et une position axiale pour Messi, en repositionnant Kylian Mbappé sur l'aile gauche pour laisser la pointe à l'ancien joueur de l'Inter. Le Français affectionne ce côté où il peut aussi exprimer ses qualités de vitesse et d'élimination, peut-être même davantage que dans l'axe. Deux atouts que Neymar possède lui aussi dans son jeu, mais que le Brésilien peine à utiliser cette saison. Paris peut y gagner en percussion et en verticalité.

Quand il peine, le PSG peine

Jouer sans Neymar a ses inconvénients et ses avantages. La période d'indisponibilité du Brésilien permettra certainement de vérifier si la balance penche plutôt d'un côté ou de l'autre. Si le doute est permis, c'est sur l'impression laissée par sa saison jusqu'ici. L'expression de son génie créatif dans la passe, le dribble ou la finition est devenue trop rare pour masquer le déchet de ses prises de risque. Il continue d'aimanter les ballons, mais il ne les bonifie plus assez souvent. Et quand Neymar ne parvient plus à être cet accélérateur du jeu, c'est tout le PSG qui peine à exprimer son potentiel.
La perspective que le collectif parisien puisse être plus performant en l'absence de la star auriverde n'est pas à exclure dans ces conditions. Paris n'en a jamais trop souffert dans les résultats, mais le club de la capitale avait davantage de raisons d'appréhender la vie sans Neymar les années passées que sur la saison actuelle. Les semaines à venir permettront éventuellement de corriger cette impression. Il appartiendra surtout à Neymar de la balayer à son retour en retrouvant enfin le niveau qu'il n'a que trop rarement affiché depuis cet été. Si cette nouvelle blessure peut être un mal pour un bien pour Paris, elle peut surtout l'être pour lui.

Neymar lors de PSG-Lille.

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Filer au Real ou prolonger au PSG ? Mbappé fait entrer Pochettino dans l'équation
09/01/2022 À 09:36
Ligue 1
Il fond sur Zlatan : jusqu’où Mbappé va-t-il grimper dans la hiérarchie des buteurs du PSG ?
08/01/2022 À 22:38