Il a rejoué ! Enfin ! Après 13 long mois d'absence pour une grave blessure à un genou, Juan Bernat a pu redevenir un footballeur à part entière ce vendredi soir. "Je suis très heureux d'être de retour dans l'équipe et de retrouver le terrain", a avoué l'Espagnol. Entré à la 63e minute lors du succès face à Angers (2-1), il est resté sur la pelouse du Parc des Princes un peu moins d'une demi-heure. Mais cela a fait son bonheur : "Je suis ravi de faire à nouveau ce que j'aime, jouer au football. Je suis aussi très heureux de l'accueil du public, c'est bon d'avoir entendu le Parc chanter mon nom".
Il est aux anges. Sans grande surprise. Car c'est la fin d'un long calvaire. Le latéral gauche a rongé son frein depuis plus d'un an. Blessé face à Metz en septembre 2020, le défenseur de 28 ans, victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, a connu de nombreux "steps backs" lors de sa convalescence, l'obligeant à repousser inlassablement son retour. Une vraie épreuve. Et pas seulement physique. "C'était une grosse blessure, il y a eu des complications, j'ai dû passer trois fois sur le billard. C'était beaucoup de sacrifice, de travail, de force mentale surtout, je devais travailler seul, à part de l'équipe, c'était assez dur, mais maintenant c'est fini", glisse-t-il, soulagé.
Ligue 1
"Bien sûr que ça m'inquiète" : Jusqu'où peut tenir Bosz, principal responsable de la crise à l'OL ?
IL Y A 9 HEURES
Je ne veux pas me mettre la pression
Et s'il a vu Paris lui garder sa confiance au cours de ce long chemin avec notamment une prolongation de contrat signée en mars dernier jusqu'en 2025, l'international espagnol sait qu'un nouveau défi se présente face à lui : redevenir une alternative crédible pour postuler dans le onze de départ. "Quand pourrais-je jouer un match entier ? Je ne sais pas, je ne veux pas me mettre la pression. Je dois continuer à travailler, je n'ai pas joué depuis plus d'un an, il faut que je retrouve le rythme. J'espère le plus vite possible !", glisse-t-il.
PODCAST EST
Encore une fois, Paris devra faire preuve de patience. Mais l'ancien du Bayern Munich sait aussi que la donne a un peu évolué. Confronté à sa longue absence, le PSG a dû s'employer pour trouver comment vivre sans lui à gauche. Et cet été, Nuno Mendes, le si prometteur Portugais, a débarqué. Une concurrence de poids pour Bernat, qui avait séduit depuis son arrivée à Paris où il avait cadenassé le poste de latéral gauche avant sa blessure, avec notamment quelques performances de choix en Ligue des champions. Mais ce n'est pas encore le sujet.
Aujourd'hui, l'Espagnol est déjà content de redevenir un footballeur. Il va y aller étape par étape, en espérant avoir mis derrière lui toutes ses galères. Et s'il retrouve son niveau, Mauricio Pochettino aura alors deux options de choix à un poste qui n'a pas toujours offert les garanties suffisantes dans le passé. Personne ne s'en plaindra dans la capitale, et surtout pas le technicien argentin.

Kylian Mbappe #7 of Paris Saint-Germain celebrates his goal with Mauro Icardi #9, Marco Verratti #6, Julian Draxler #23 and Juan Bernat Velasco #14 of Paris Saint-Germain during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint Germain and Angers SCO at Pa

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Grosse boulette : Ramos utilise l'hymne de l'OM dans une story Instagram
IL Y A 11 HEURES
Ligue 1
Les Ultras du PSG sanctionnés : la tribune Auteuil fermée deux matches
IL Y A 12 HEURES