C'est le journaliste d'investigation Jack Adamović-Davies qui a levé le lièvre, dans un article publié ce mercredi matin sur le site de Radio Free Asia. La curiosité de ce spécialiste de l'Asie du sud-est avait été éveillée par les informations qui circulent sur l'acquisition possible de l'AS Saint-Etienne par le prince Norodom Ravichak, petit-fils de Norodom Sihanouk et neveu de l'actuel roi du Cambodge Norodom Sihamoni. Norodom Ravichak avait lui-même confirmé ces informations au magazine Camdodge Mag. "Des discussions sont en cours avec des partenaires solides", avait-il dit, ajoutant que la somme mentionnée le plus souvent - 100m€ - était exagérée.
Exagérée, peut-être; mais l'investissement serait malgré tout considérable. Or Norodom Ravichak n'est pas de ces princes richissimes qui peuvent user à leur guise de leurs fortunes familiales. Il n'est pas un milliardaire, pas même un multi-multi-millionnaire, pas plus que ne le sont ses parents proches. Il n'est pas un paravent derrière lequel se cacherait la famille royale cambdogienne elle-même. Il ne compte pas de partenaires cambdogiens susceptibles de l'accompagner dans sa tentative de prise le contrôle de l'ASSE. La firme KPMG, qui est au coeur des tractations, n'est pas une banque ou un bailleur de fonds, tout juste un arbitre. Alors, avec quel argent Norodom Ravichak pourrait-il convaincre les propriétaires actuels du club de lui vendre leur bien? Pas le sien, semble-t-il. Mais lequel, alors?
Ligue 1
La tuile pour l'OL : Denayer sera absent deux mois
IL Y A 3 HEURES

Associé à Bessedik, des proches de Nasser al-Khelaïfi

En grattant un peu, Adamović-Davies se rendit compte que le jeune prince avait bien des associés: deux Français basés à Doha, les frères Ahmed et Abdelkader Bessedik, avec lesquels Son Altesse Royale avait fondé le Cambodia Consulting Group au Cambodge. Norodom Ravichak et Ahmed Bessedik avaient d'autre part monté la société B&N Conseil et stratégie, dont le siège social est au 91 rue du Faubourg St Honoré, à Paris. On avait d'évidence affaire à une relation des plus proches: les frères Bessedik sont les seuls non-Cambdogiens à être impliqués dans les affaires du prince.
Or ce nom, 'Bessedik' n'est pas inconnu dans le monde du sport français. Ahmed, qui est originaire de Mazouna, en Algérie, est en effet un ami proche, et de longue date, de...Nasser al-Khelaïfi, qu'il avait semble-t-il rencontré au début des années 1990, lorsque le futur président du PSG et de beIN Sport était un tennisman qui s'entraînait dans l'arrière-pays niçois. Cette amitié ne s'est jamais démentie depuis. Un autre frère Bessedik, Bouadbellah, s'occupa un temps de la communication du PSG et fut photographié sur la pelouse du Stade de France en compagnie de Mauricio Pochettino et de Nasser el-Khelaïfi après la victoire des Parisiens sur Monaco en finale de la Coupe de France.
Ahmed, qu'on a surnommé "l'ombre de l'ombre" de al-Khelaïfi, et fut un ancien employé de beIN Sport, n'est pas le seul Bessedik à entretenir une relation des plus étroites avec le patron du PSG. Son frère Abdelkader, autre associé de Norodom Ravichak, était en effet l'un des actionnaires de la société qatarie Golden Home Real Estate qui avait fait l'acquisition d'une luxueuse villa de la Costa Smeralda, en Sardaigne, laquelle devait causer ensuite bien des préoccupations à l'un des autres principaux actionnaires: Nasser el-Khelaïfi. Trois jours après l'acquisition de la villa, Abdelkader Bessedik se voyait attribuer une procuration qui lui permit de signer l'acte de vente de la propriété le 31 décembre 2013.

President of PSG Nasser Al Khelaifi, Bouabdellah Bessedik, coach of PSG Mauricio Pochettino celebrate following the French Cup Final match between Paris Saint-Germain (PSG) and AS Monaco

Crédit: Getty Images

L'affaire de la villa et de Jérôme Valcke

Si l'on connait tous ces détails, c'est ce que la fameuse villa, dont la valeur est estimée est 7m€, est celle qui se trouvait au coeur des poursuites engagées par la justice suisse à l'encontre de Nasser al-Khelaïfi et de l'ancien secrétaire-général de la Fifa Jérôme Valcke pour 'corruption active et passive', qui se conclurent en octobre 2020 par l'acquittement du premier et la condamnation à une peine de prison avec sursis. Selon l'accusation, al-Khelaïfi avait permis à Valcke d'utiliser à titre gracieux le luxueux domaine, le numéro 2 de la Fifa promettant pour sa part d'user de son influence pour soutenir beIN Sport dans sa tentative d'acquisition des droits de diffusion de la Coupe du monde.
Al-Khelaïfi avait toujours clamé son innocence, et soutenu que la villa avait été acquise pour le bénéfice du seul...Abdelkader Bessedik. L'affaire n'est pas close pour autant, puisque la justice suisse fit appel du premier jugement en février 2021, soupçonnant toujours al-Khelaïfi et Valcke d'avoir conclu un 'arrangement corruptif'. La date du second procès n'a pas encore été fixée.
Quoi qu'il en soit, le fait que les associés les plus proches de l'acquéreur potentiel de l'ASSE fassent aussi partie de l'entourage immédiat du président du PSG, et que l'un d'entre eux ait même été mêlé à la fameuse affaire de la villa de Sardaigne, mérite qu'on pose la question: les Bessedik eux-mêmes sont-ils impliqués dans la tentative de rachat de Saint Etienne?
Ligue 1
Le retour : Loïc Perrin nouveau coordinateur sportif de l'ASSE, Sablé entraîneur par intérim
IL Y A 10 HEURES
Ligue 1
De la 19e à la… 20e place : Puel, deux ans d’un trop long calvaire
IL Y A 11 HEURES