Vladimir Petkovic, votre choix de rejoindre Bordeaux a surpris en Suisse. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à accepter ce challenge ?
Vladimir Petkovic. : "Après sept années merveilleuses passées avec l'équipe nationale de Suisse, j'ai compris que je voulais faire quelque chose de différent. Je suis parti en vacances sans avoir aucune idée sur ce que j'allais faire après, sans avoir aucun projet. Le mercato était déjà commencé, les clubs étaient en train de s'organiser et Bordeaux, à la surprise générale, m'a contacté et j'ai saisi l'occasion immédiatement. J'ai rencontré le directeur technique et le président, j'ai compris que nous étions sur la même longueur d'ondes. J'ai toujours aimé les challenges, surtout quand il y a derrière un très gros projet comme ici".
Ligue 1
Les supporters de l'OL de nouveau interdits de déplacement à St-Etienne
IL Y A UNE HEURE
Je déteste la défaite donc on va se mettre au travail
D'autres clubs, ou une sélection, vous ont aussi contacté ?
V.P. : "Tout entraîneur, comme tout joueur, est toujours contacté par plusieurs clubs mais il n'y avait rien de concret. Puis j'ai entamé des discussions avec Bordeaux. Quand on dit Girondins de Bordeaux, on parle d'un club prestigieux, d'une région prestigieuse, des supporteurs de prestige également, il faut juste les solliciter. On n'est pas venu ici pour tout changer mais pour améliorer les choses. En plus, je déteste la défaite donc on va se mettre au travail".
Que savez-vous de votre équipe et plus globalement de la L1 ?
V.P. : "On cherche à la connaitre mais comme je l'ai dit au président, je ne connais pas la Ligue 1, je ne connais pas l'équipe encore hormis le fait de l'avoir vue à la télé. L'important, c'est de vivre les choses. Il faut rentrer en contact avec les joueurs, ce sont des personnes, il faut découvrir leurs qualités humaines et individuelles et les amener à être ensemble et à ne faire qu'un. Je le dis toujours, on peut avoir 11 ou 25 très bons joueurs, s'ils ne jouent pas ensemble, on n'obtient pas de résultat. La chose la plus importante, c'est qu'ils travaillent tous ensemble et nous sommes d'accord avec le directeur technique qui connait le mercato et l'équipe. En tant que nouveau coach de cette équipe, tout le monde, pour moi, part avec 100 %. Après c'est au joueur de confirmer cette impression ou de la défaire. Au fur et à mesure, on prendra des décisions et on verra ce qu'il faut faire".

Le duel : Donnarumma-Navas, qui est le meilleur ?

Ligue 1
Coup dur pour l'OL : Dembélé absent "plusieurs semaines"
IL Y A 2 HEURES
Ligue 1
"Un climat global inquiétant" : pourquoi les violences entre supporters se multiplient
IL Y A 4 HEURES