Les Tops

  • Régis est un bon
Il s'est payé le luxe d'éclipser le très populaire Franck Haise. Régis Le Bris est lui aussi l'un des entraîneurs les plus brillants du foot français. Le technicien de 46 ans est à la tête de l'épatante équipe lorientaise, dont le début de saison est excellent. Très agréable à voir jouer, le club breton a, grâce aux idées de son coach, décroché un nouveau succès convaincant face à Auxerre pour rester dans le wagon de tête. Et offrir une marque de choix à Régis le Bris : avec 19 points pris lors de ses huit premiers matches, il détient le meilleur total d'un entraîneur français à ce stade de la compétition, au XXIe siècle. Certainement pas un hasard.
Ligue 1
Lopes, premier soutien de Bosz : "On ne lâchera personne"
HIER À 15:34
  • La pêche d'Adam
Il a débarqué à Lille dans les toutes dernières heures du marché des transferts. Et, très franchement, il fallait avoir le nez creux pour l'imaginer si performant, si vite. Mais Adam Ounas est bel et bien l'une des très bonnes pioches de ce mercato de Ligue 1. Face à Toulouse, l'international algérien a tout fait : des contrôles orientés de grande classe, des courses impressionnantes et, surtout, une superbe reprise de volée, à la réception d'une belle ouverture de Benjamin André, pour offrir les trois points au LOSC. Dans le Nord, l'ancien Bordelais s'est déjà rendu indispensable.
  • Mandanda, la belle ovation
C'était le retour le plus attendu du week-end. Pour la première fois de sa carrière, Steve Mandanda a disputé un match de football au Vélodrome sans porter le maillot de l'Olympique de Marseille. Le portier rennais, auteur d'une ou deux parades importantes en première période, a aidé les siens à partager les points avec le club phocéen. Mais ce n'était pas le plus important : avant le coup d'envoi et après coup de sifflet final, l'international tricolore a été chaudement salué par ses anciens coéquipiers et a, surtout, reçu une belle ovation des supporters marseillais. Mérité.

Les Flops

  • Stéphan, c'est inquiétant
Lui a quelque peu perdu le mojo. Auteur d'une saison 2021/2022 plus qu'encourageante avec Strasbourg, Julien Stéphan est en grande difficulté depuis le début de cet exercice. Malgré Ajorque, Diallo ou Gameiro, son animation offensive est en berne et le Racing n'avance plus. Encore battu sur le fil à Montpellier (2-1), le club alsacien n'a toujours pas décroché le moindre succès et stagne dans la zone rouge. L'ancien entraîneur de Rennes est apparu un peu abattu à l'issue de la rencontre. Peut-il encore renverser la vapeur ?
  • Alerte rouge
On avait très bien compris les nouvelles préconisations de la Direction Technique de l'Arbitrage, dont le but est à la fois de sanctionner plus durement les gestes dangereux et les contestations. En revanche, on admet avoir un peu plus de difficulté à comprendre le manque de compréhension du jeu. A Reims puis à Nice, cela a conduit à l'exclusion prématurée de Bradley Locko pour un geste totalement involontaire, et à l'expulsion (très) précoce de Jean-Clair Todibo pour une action mal jugée. Gare à ne pas entraîner une fracture définitive entre les hommes au sifflet et les autres acteurs du jeu.
  • "Moche" comme un Brest-Ajaccio
Les amoureux du beau jeu n'ont certainement pas pris beaucoup de plaisir devant le match opposant Brest à Ajaccio. D'abord parce que ce fut une rencontre âpre. Ce ne sont pas le gardien ajaccien Benjamin Leroy et le défenseur brestois Noah Fadiga, tous deux sorties sur civière, qui diront le contraire. Ensuite parce que le contenu n'avait rien d'enthousiasmant. "Le match a été assez moche", a admis Olivier Pantaloni après la courte victoire (0-1) des siens. "On a été plus moche qu'eux, on n'a rien entrepris", a répondu Michel Der Zakarian. Bien résumé.
  • Mbappé à contresens
Mine de rien, cela commence à faire quelques rencontres que Kylian Mbappé ne rayonne pas dans le jeu. En Ligue 1, il s'agit même d'une deuxième rencontre sans marquer, face à l'OL (0-1). Une rencontre traversée la mine souvent contrariée et le verbe haut dirigé vers qui se tient sur son chemin, coéquipier compris. Agacé, le Bondynois aurait pu contaminer ses partenaires avec un manque d'efficacité criant devant le but. Cela n'a pas empêché le Français de réclamer toujours plus de ballons et de tenter des gestes difficiles, à contresens de ce que le jeu réclamait. Une soirée à oublier et une dynamique à renverser.

Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Vers dix jours d'absence pour Clauss
HIER À 13:38
Ligue 1
Le dénicheur de talents lensois à Nice : les directeurs sportifs, toujours plus convoités
HIER À 13:10