Les tops

  • L'assurance Gigio, la révélation Chevalier
Les gardiens ont brillé, surtout le samedi. Marco Bizot fut efficace dans le but brestois au Parc des Princes, mais on retiendra surtout la grande prestation de Gianluigi Donnarumma. Auteur d'une grossière erreur en Ligue des champions face à la Juventus, le portier italien a livré, cette fois, un match immaculé avec plusieurs parades dont une fantastique sur un penalty tiré remarquablement par Islam Slimani. Gigio a rappelé pourquoi Christophe Galier lui faisait confiance à lui plutôt qu'à Keylor Navas.
Ligue 1
100e but et un record : Payet dans l'histoire de la L1
08/10/2022 À 15:44
Plus tôt dans la journée, la Ligue 1 avait découvert un portier, semble-t-il, plein d'avenir. Lucas Chevalier, ancienne doublure de Mike Maignan prêté à Valenciennes la saison dernière, a démarré sa première rencontre dans l'élite. Grand espoir du centre de formation des Dogues, il a sans doute vécu sa mise en orbite au Vélodrome au cours d'un match solide malgré la défaite (2-1), alors que Leo Jardim ne semble plus avoir les faveurs de son coach.
  • Haise, le nouveau Druide
Le RC Lens ne sera sans doute pas champion de France, la faute à un championnat à deux vitesses et à un PSG aux forces incomparables. Mais les Nordistes ont toutes les armes pour être les meilleurs du deuxième championnat. Avec cinq victoires, la dernière face à Troyes vendredi, et deux nuls, leur début de saison est exceptionnel. Architecte d'un fantastique collectif, Franck Haise est désormais l'entraîneur avec la meilleure moyenne de points de l'histoire du club en L1 (1,64). Il rejoint à cette place l'inoubliable Daniel Leclerc, champion de France avec le Racing en 1998. La statistique est d'autant plus folle pour Haise que, rappelons-le, Lens n'a retrouvé la L1 qu'à l'été 2020…

Franck Haise, l'entraîneur du RC Lens.

Crédit: Imago

  • Yoann Cathline, à l'image des Merlus
Sur le flanc gauche de l'attaque il y avait déjà le tout jeune (20 ans) Dango Ouattara qui réalisait un gros début de saison. Il a d'ailleurs marqué le premier but lorientais sur coup franc face à Nantes (3-2), dimanche. Il a désormais un homologue. Yoann Cathline, même âge et même poste, tout juste arrivé chez les Merlus, a connu ses premières minutes en Ligue 1 contre les Canaris. Il en a profité pour inscrire son premier but... sur sa première touche de balle. Un ballon décalé par Kalulu et une superbe frappe en lucarne depuis l'entrée de la surface. Plus qu'un jeune qui marque, Cathline est le signe qu'à Lorient, tout roule en ce début de saison. Le club est en train de réaliser le meilleur départ dans l'élite de son histoire.
  • La classe de Delort
Dans une prestation bien terne de Nice, l'éclair est venu d'Andy Delort. Sur un corner, l'attaquant niçois a eu une inspiration géniale : il a réalisé un contrôle de la poitrine, avant d'enchaîner avec un retourné acrobatique pour lober Benjamin Leroy, le gardien corse. Une inspiration magnifique, un chef d'oeuvre. A retenir surtout : son refus de célébrer son but face à son ancien club. C'est à mettre à son crédit. Un vrai moment de classe. Du Andy Delort dans le texte.
  • Mandanda, jour de premières
Même à 37 ans, Steve Mandanda découvre de nouvelles sensations en Ligue 1, lui qui écume les terrains de l'élite française depuis maintenant près de quinze saisons (excepté un court passage en Angleterre). Le portier tricolore a en effet débloqué son compteur de passe décisive en carrière, dimanche, lors du festival offensif rennais face à Auxerre (5-0). D'un long dégagement brossé dans l'axe, le champion du monde a surpris une défense bourguignonne apathique et idéalement servi Flavien Tait, auteur du quatrième but breton (78e). Un bonheur (et une première) ne venant jamais seul, Mandanda a par ailleurs signé un premier clean-sheet sous le maillot du Stade Rennais. De quoi vivre une seconde jeunesse.

Les flops

  • Quel avenir pour Payet ?
Alors oui, sa petite alerte musculaire la semaine passée a sans doute poussé son entraîneur à le laisser au repos face à Tottenham en Ligue des champions. Alors certes, Igor Tudor avait "un plan" pour fonctionner sans le Réunionnais contre Lille. Alors sans doute, Payet sera titulaire cette semaine en C1 contre Francfort. Mais tout de même, après avoir réintégré le onze ces dernières semaines, l'ancien maître à jouer de l'OM s'est encore évaporé, cloué sur le banc. Que représente Payet dans l'esprit de son coach ?
Un vestige du passé glorieux qu'il convient de faire jouer de temps en temps pour ne pas faire exploser son vestiaire ? Une sorte de "supersub" de luxe qu'on ressort du formol pour reposer les cadres ? Ou un joueur aux qualités physiques complètement inadaptées à ce qu'il veut mettre en place ? Le constat est en tout cas terrible pour celui qui n'a pas disputé la moindre minute lors de deux matches importants dans ce début de saison. La statue Payet a définitivement été déboulonnée.

Dimitri Payet avec l'OM, 2022

Crédit: Getty Images

  • Lyon, un problème de taille
"Les coups de pied arrêtés, on sait que c'est notre point faible. On manque de taille à ce niveau-là". Le constat d'Alexandre Lacazette sur Amazon Prime Vidéo est sans appel. Et ce dimanche soir, l'OL l'a payé cash. Face à Monaco qui brille dans ce secteur, le club lyonnais a pris deux buts sur deux coups de pied arrêtés déposés par Caio Henrique. Et si l'OL a aussi trop gâché devant au stade Louis-II, c'est sur ces phases que le match s'est joué - un domaine où les Gones ont régulièrement des soucis cette saison notamment dans les airs -. "Ils ont des joueurs très grands et nous non", a encore ajouté Peter Bosz, l'entraineur lyonnais qui enregistre deux défaites de rang pour la première fois avec les Gones.
  • Strasbourg à sec
Sept journées, aucune victoire pour les Strasbourgeois. Un démarrage très timide sur le plan comptable, autant que sur le plan offensif. Soit les hommes de Julian Stéphan manquent d'imagination dans le dernier tiers, soit quand ils dominent, c'était le cas dimanche contre Clermont, ils manquent la cible. Ils ont heurté deux fois les montants de Mory Diaw et vu un but sauvé par Johan Gastien. Le tout avec des attaquants comme Ludovic Ajorque, Habib Diallo et Kévin Gameiro respectivement à 12, 11 et 11 buts la saison dernière. Les trois ont défilé sur la pelouse de la Meinau, sans succès. Jamais Strasbourg n'a inscrit plus d'un but dans un match cette saison et il pointe à cinq réalisations en sept rencontres. Seul le promu Ajaccio, bon dernier de Ligue 1, fait moins bien avec trois buts marqués.
Ligue 1
Tudor s'explique pour Payet : "Je lui ai expliqué mon plan et il l'a accepté"
10/09/2022 À 22:27
Ligue des champions
Absents à Auxerre, ils seront là à Londres : Payet et Gigot présents à l'entrainement de l'OM
06/09/2022 À 15:38