Metz, un point c'est tout

Metz, un point c'est tout
Par Eurosport

Le 15/03/2010 à 12:33Mis à jour

Accrochés par des Nantais solides et entreprenants (1-1), lundi, en clôture de la 28e journée, les Lorrains ont raté une belle occasion de conforter leur troisième place et de creuser l'écart sur leurs poursuivants. Les Canaris, eux, ramènent leur premier point à l'extérieur depuis le 23 octobre.

METZ - NANTES : 0-0

Yvon Pouliquen grimace. L'entraîneur messin a de quoi être agacé par la prestation de son équipe, accrochée par Nantes (0-0) lundi soir, en clôture de la 28e journée de Ligue 2. Certes, les Grenats alignent un septième match sans défaite. Mais ce deuxième nul de rang a un goût nettement plus amer que celui arraché à Laval (3-3) il y a une semaine. Si le FC Metz est toujours solidement installé sur la troisième marche du podium, il vient de rater une belle occasion de creuser un écart conséquent sur ses poursuivants. Laval, Angers et Nîmes ont cinq longueurs de retard. Avec un match en retard, face à Clermont, Ajaccio n'est même virtuellement qu'à trois points des Lorrains.

Depuis six rencontres, Sylvain Wiltord avait redonné du peps de l'attaque messine. Comme un symbole du manque d'idées offensives affichées par les Grenats lundi soir, l'international de 35 ans s'est promené comme une âme en peine aux avant-postes. Avant de céder sa place à un quart d'heure de la fin, sans s'être mis une seule fois en position de frappe. Dans un stade Saint-Symphorien dégarni, sur une pelouse sableuse et, disons-le, indigne d'un club professionnel, les Grenats ont dû attendre la 82e minute pour se créer une occasion digne de ce nom. Mais Lubos Kamenar s'est magistralement interposé sur cette tête à bout portant de Nuno Frechaut.

Si le FC Metz était hors sujet, c'est parce qu'il est tombé sur des Nantais solides. Et nettement plus entreprenants. Pour être clair, les protégés de Baptiste Gentili méritaient mieux que ce point en terre lorraine. Avec un peu plus de percussion et d'adresse, ils auraient sans aucun doute aligné un deuxième succès de rang. Emmenés par un Djamel Abdoun virevoltant dans l'entrejeu, les Canaris ont eu quelques opportunités de tromper Christophe Marichez. Mais Christian Bekamenga (34e), Abdoun (36e) et Filip Djordjevic (83e) ont tour à tour manqué d'efficacité. Preuve que l'effet Gentili commence à se faire sentir, le FCN arrache son premier point à l'extérieur depuis le 23 octobre. C'est toujours ça de pris dans la course au maintien.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0