AFP

Tunis l'espérait tant

L'Espérance sur le toit de l'Afrique
Par AFP

Le 12/11/2011 à 22:12Mis à jour Le 12/11/2011 à 22:40

L'Espérance Tunis a conquis samedi la première Ligue des champions d'Afrique de son histoire en battant les Marocains du Wydad Casablanca (1-0, 0-0 à l'aller), s'offrant au passage un triplé cette saison.

Le doyen des clubs tunisiens, déjà vainqueur du Championnat et de la Coupe de Tunisie, s'est offert samedi un moment inoubliable devant 55.000 supporters. Ceux-ci sont entrés en délire à un but de son défenseur ghanéen Harrison Afful d'une frappe croisée du gauche (21e), qui offre à l'Espérande Tunis la première Ligue des champions de son histoire, le deuxième de la Tunsiie dans cette compétition après celui gagné par l'Etoile sportive du Sahel en 2007. L'année de la révolution qui a entraîné la chute de l'ex-président Ben Ali, cette victoire pourrait longtemps rester comme un symbole. Surtout, les Tunisiens obtiennent une éclatante revanche après leur échec en finale 2010, face aux Congolais du Tout-Puissant Mazembé. Ils valident leur billet pour le Mondial des clubs, qui aura lieu en décembre au Japon.

"C'est un triplé historique que nous réalisons ce soir, s'est félicité le gardien de l'Espérance de Tunis, Moez Ben Cherifia. J'espère que nous saurons honorer le football tunisien en Coupe du monde au Japon. Mais laissez-nous d'abord savourer cet intense moment de bonheur." Avant même son déroulement, la finale s'annonçait serrée: durant la phase de groupes, les deux équipes n'avaient pas pu se départager (2-2 à Casablanca et 0-0 à Radès). Après un nouveau nul à l'aller, un vainqueur devait enfin émerger samedi et la tâche des Tunisiens, déjà facilitée par l'ouverture du score, semblait rendue encore plus aisée après l'exclusion du défenseur du Wydad Casablanca Mourad Lemssen dans le temps additionnel de la première période (45e+4). Pourtant, c'est l'équipe marocaine qui se montrait la plus dangereuse après la mi-temps, alors que les joueurs de l'Espérance de Tunis, crispés, ne parvenaient pas à profiter de leur supériorité numérique. Mais Ben Cherifia est resté infranchissable jusqu'au bout.

"Tactiquement, on a bien joué le coup. Pourtant, à la mi-temps, j'étais le seul dans l'équipe à ne pas trop apprécier l'expulsion de Lamssen car je savais que cela allait produire un certain relâchement dans nos rangs, a commenté Nabil Maâloul, l'entraîneur de l'Espérance de Tunis). A contrario, à dix, l'envie des Marocains a été décuplée." Skander Kasri, sont adjoint, a parlé de "consécration méritée pour la grande famille espérantiste". "A notre arrivée, l'équipe possédait des qualités. Mais nous devions corriger certaines lacunes défensives et c'est sur ce plan-là que nous avons travaillé le plus. Cette invulnérabilité derrière nous a beaucoup aidés à devenir champions d'Afrique."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0