A croire qu'elles aiment nous faire attendre. Pour la quatrième fois lors de leurs sept finales disputées en Ligue des champions, les Lyonnaises sont allées jusqu'en prolongations. Mais après 90 minutes très serrées où elles ont encore fait preuve d'imprécision, les Fenottes ont marché sur Wolfsburg, pour finalement s'imposer 4-1, soit le plus gros écart enregistré sur une finale dans l'histoire de la Ligue des champions féminine.

Ligue des champions féminine
La Juve pour l'OL, Leczna pour le PSG
HIER À 13:08

Un record de plus pour l'équipe de Jean-Michel Aulas, qui s'est fait une spécialité d'écrire l'histoire depuis 2011, et son premier trophée européen glané. Car Camille Abily, qui a marqué son 207e but pour son avant-dernier match sous les couleurs rhodaniennes, et ses coéquipières, ont aussi permis à l'OL de devenir la première équipe à obtenir cinq titres dans la compétition, et à en remporter trois d'affilée.

52 buts cette saison pour Hegerberg

Rien ne fut facile pourtant face au plus grand adversaire des Rhodaniennes, Wolfsburg, qu'elles retrouvaient pour la troisième fois en finale de Ligue des champions (une victoire partout avant cette belle), après les avoir déjà éliminées en quart de finale la saison passée. Pendant 90 minutes, les occasions se sont succédées côté tricolore (6e, 23e, 35e, 43e, 67e), mais aussi côté allemand (8e, 29e, 71e, 78e). Mais Lyon a longtemps manqué d'adresse, comme en demi-finale face à Manchester City, et s'est heurté à une très bonne défense, emmenée par la capitaine Nilla Fischer, irréprochable, et la tout aussi impeccable Almult Schult dans les cages, qui a effectué une parade décisive à la 83e sur Le Sommer.

Un peu avant (69e), Lyon aurait dû ouvrir le score, mais la tête de l'avant-centre lyonnaise, prolongée par Amandine Henry, était repoussé par Maritz dans la confusion la plus totale sur sa ligne, bien que les images montrent que le ballon était rentré. Tout a semblé sourire aux Allemandes, après l'ouverture du score de la joueuse la plus dangereuse du côté des Louves ce jeudi, Pernille Harder dès le début de la prolongation (0-1, 93e).

Mais cet OL reste une équipe d'exception et sa réaction, surtout due à l'expulsion de l'Allemande Popp (96e) et à l'entrée de la Néerlandaise Van de Sanden, triple passeuse décisive, a été parfaite. D'abord grâce à une frappe puissante d'Amandine Henry (1-1, 98e), puis une déviation de près de Le Sommer (1-2, 99e). Lyon a fini de renverser ce match en cinq minutes, grâce à la volée d'Hegerberg (1-3, 103e), qui inscrivait par la même occasion son 15e but en Ligue des champions cette saison (le 52e toutes compétitions confondues !), un record à nouveau.

A un titre d'un troisième triplé de suite

La reprise de Camille Abily (1-4, 116e), recordwoman de matches disputés dans la compétition (81), venait parachever un succès historique de Lyon, qui aura l'occasion, la semaine prochaine à Strasbourg, de rajouter un nouveau trophée à son palmarès - la coupe de France - et de réussir un troisième triplé coupe-championnat-Ligue des champions d'affilée. La nuit risque d'être longue pour Reynald Pedros, qui a parfaitement géré sa première saison à la tête des Fenottes. Leur exploit, lui, sera éternel.

D1 Arkema
Le Sommer et Katoto sortent blessées avant les Bleues
20/11/2020 À 22:03
D1 Arkema
Surprise au Parc des Princes : le PSG s'offre l'ogre lyonnais
20/11/2020 À 21:52