Des accélérations foudroyantes, des dribbles déroutants, des frappes surpuissantes… Sandy Baltimore ne passait déjà pas inaperçue sur un terrain de football. Ses premiers pas sous le maillot de l'équipe professionnelle du PSG laissaient entrevoir le potentiel d'une joueuse spectaculaire. Elle n'a pas seulement confirmé cette impression. La jeune Parisienne de 21 ans a franchi un cap cette saison. Elle est devenue décisive. Elle a acquis cette qualité qui peut donner une toute autre dimension à sa carrière.
Paris peut déjà être fière d'elle. La native de Colombes en porte les couleurs depuis 2015 après avoir fait ses premières gammes au Cosmo Taverny. Arrivée au club du Val-d'Oise à 10 ans, elle était alors la seule fille de son équipe. Sans complexe. "Je me suis amourachée du ballon rond dans la cour de l’école, en jouant avec les garçons, racontait-elle sur le site Le Sport au Féminin. Ils m’ont encouragé, car je me débrouillais plutôt bien lors des petits matches qu’on faisait à chaque récré." Baltimore a franchi le pas pour jouer en club. Et elle a bien fait.

Décisive une fois par match

Football
The place to be : comment l'Angleterre est devenue l'eldorado des footballeuses
24/02/2021 À 22:14
Au PSG, Baltimore n'a pas tardé à se faire remarquer. Elle a débuté en équipe première à seulement 16 ans lors d'un match à Metz. Depuis, elle n'a cessé de gravir les échelons, s'imposant doucement mais sûrement au sein de l'équipe première. Avant d'exploser littéralement cette saison. Avec 7 buts et 7 passes décisives en 15 matches de D1 Arkéma, dont 12 titularisations, la jeune ailière est directement impliquée sur un but par match en moyenne en championnat. Elle a également marqué en Coupe de France et en Ligue des champions.
Ses performances lui ont permis d'intégrer l'équipe de France. Elle la connaissait déjà. Sélectionnée avec les U17 et les U20, Baltimore a activement participé au titre européen des U19 en 2019, avec notamment un but en finale face à l'Allemagne (2-1). Chez les A, elle s'est signalée dès sa première sélection avec un but lors du carton passé face au Kazakhstan (12-0). De quoi encourager Corinne Diacre à s'appuyer sur l'ailière parisienne, un temps latérale au début de sa carrière, dans son objectif de renouveler le groupe tricolore.

Le rôle d'Echouafni

Cette arrivée en sélection est le symbole d'une ascension dont Baltimore est finalement assez surprise. "Franchement pas du tout, a-t-elle répondu quand il lui a été demandé si elle s'attendait à prendre un tel envol dans une interview sur le site L'Equipière. L’année dernière ce n’était pas du tout ça. Je pense que j’ai beaucoup pris en maturité, en confiance en moi. Après c’est aussi dû à mon entourage, au coach (Olivier Echouafni, l'entraîneur du PSG, NDLR)qui m’a fait jouer plus souvent et m’a permis de progresser. Je lui montre que je peux être performante et il faut continuer comme ça."

Sandy Baltimore (PSG) sous le maillot de la France

Crédit: Getty Images

Echouafni a tenu un rôle fondamental dans l'évolution de sa jeune joueuse. Le coach parisien ne manque pas de talents offensifs au sein de son effectif, de Ramona Bachmann à Nadia Nadim en passant par Signe Bruun, Jordyn Huitema, et évidemment Marie Katoto et Kadi Diani. Que des internationales. Mais il n'a pas hésité à donner sa chance et à faire de Baltimore son premier choix pour animer le côté gauche de l'attaque parisienne. "Sandy franchit de belles étapes dans sa vie de joueuse et de femme, a-t-il estimé dans Le Parisien. Elle enchaîne, dispose de grandes qualités. C'est pour ça qu'elle est appelée avec les A. Elle mérite complètement cette sélection."

La troisième lame

Son intégration chez les Bleues a été facilité par la présence dans le groupe tricolore de ses deux coéquipières de l'attaque parisienne, Katoto et Diani. Deux joueuses que Baltimore côtoie au quotidien et connaît depuis longtemps. "Oui c’est sûr, on a été en U19 ensemble, a-t-elle rappelé sur le site L'Equipière. Elles m’ont vue grandir. Être avec elles sur le terrain, ça m’aide énormément. Je progresse avec elles. On continue tous les jours à s’entraîner ensemble, on est des titis parisiennes (rires). Ça montre que le club s’intéresse à la préformation, aux enfants du Paris Saint-Germain, C’est bien."
Ce trio fait aussi le bonheur du PSG. Si le club de la capitale pointe en tête du championnat avant le choc face à l'OL samedi, c'est aussi grâce à l'émergence de cette troisième lame offensive aux côtés de Katoto et Diani, deux individualités déjà confirmées parmi les meilleures joueuses de D1 Arkéma. Baltimore fait elle aussi de grandes différences désormais. Avoir une autre fusée pour compléter cette triplette d'attaque explosive est peut-être tout ce qui manquait au PSG pour toucher les étoiles.

Sandy Baltimore, Perle Morroni, Grace Gayoro, Marie Katoto - PSG

Crédit: Getty Images

Transferts
70 millions d'euros pour Hakimi : le PSG fait monter les enchères
19/06/2021 À 09:06
D1 Arkema
"On a attendu ce trophée très longtemps, c’est très spécial" : le PSG libéré, délivré
04/06/2021 À 22:05